Bienvenue sur le site jeuninfo.com » Réseau social d'actualités » COMMENT OUBLIER QUELQU’UN QUI VOUS OBSÈDE

COMMENT OUBLIER QUELQU’UN QUI VOUS OBSÈDE

Oublier quelqu'un qui vous obsède

Comment oublier quelqu’un qui vous obsède ?

Beaucoup d’entre nous connaissent ce scénario : Sébastien est mignon, gentil, intéressant, intelligent et disponible. Mieux encore, il s’intéresse à une relation avec vous. Le seul problème est que vous n’êtes tout simplement pas attirée par lui. Julien, par contre, est dans votre esprit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Comme Sébastien, Julien a beaucoup de bonnes qualités, mais il est soit indisponible pour une relation en général, soit indisponible pour une relation avec vous, car il n’est tout simplement pas attiré par vous. Malgré son rejet continu, vous n’arrivez pas à l’oublier. Plus il vous rejette et plus il indique avec force qu’il ne veut pas être avec vous, plus vous semblez devenir intéressé.
Pourquoi développons-nous cette mauvaise habitude de vouloir ce que nous ne pouvons pas avoir ? Pourquoi ne voulons-nous pas toujours ce que nous pouvons avoir ? Dans d’autres domaines de la vie, il semble que nous pouvons adapter nos préférences à la situation. Vous avez peut-être déjà flirté avec l’idée de devenir une star hollywoodienne. Mais quand vous avez découvert que vous ne pouviez pas, vous avez abandonné ce rêve (j’espère). Alors pourquoi ne pouvons-nous pas laisser aller les gens qui nous rejettent continuellement ?Il est assez difficile d’oublier une personne dont l’image vous tracasse. Mais heureusement, il y a des moyens pour contrôler des idées ou des comportements obsessionnels. Par exemple, vous devrez faire un effort afin de maitriser vos pensées et les mettre au pas pour échapper aux idées fixes, ou à l’envie irrésistible de consulter la page de cette personne sur les médias sociaux.
Essayez de vous distraire en pratiquant une activité agréable, soyez productif ou rédigez un article. Il vous semble que vos sentiments feront désormais partie de votre existence. Cependant, ne vous inquiétez pas, car les choses iront mieux avec le temps.

Pourquoi le rejet romantique nous rend-il accro ?

Le rejet romantique nous rend accro
Selon Helen Fisher et ses collègues, la raison pour laquelle le rejet romantique nous rend accro est que ce type de rejet stimule des parties du cerveau associées à la motivation, à la récompense, à la dépendance et aux envies. À l’aide de l’IRM fonctionnelle, son équipe a examiné le cerveau de 15 hommes et femmes d’âge universitaire qui avaient récemment été rejetés par leur partenaire, mais qui affirmaient être encore intensément «amoureux». Pendant le scan, les sujets de recherche ont regardé une photo de la personne qui les avait rejetés. Ils ont ensuite terminé un exercice de mathématiques, tel que compter à rebours de 4 529 par 7. L’exercice était une tentative de distraire les participants de leurs pensées romantiques. Enfin, on leur a montré une photo d’une personne familière qui ne les intéressait pas romantiquement.
L’équipe a constaté que le cerveau des participants était plus actif dans les domaines associés à la motivation, à la récompense, à l’envie, à la dépendance, à la douleur physique et à la détresse lorsqu’ils regardaient la photo de la personne qui les avait rejetés que lorsqu’ils regardaient la photo de la personne neutre. L’étude, publiée dans le Journal of Neurophysiology en 2010, montre que les personnes dans cette situation souffrent vraiment d’une toxicomanie et que la drogue est la personne qui nous rejette, laissant notre amour sans réciprocité. Mais les résultats ne nous donnent pas une idée de la raison pour laquelle nous répondons au rejet romantique de cette manière, et cela ne répond pas à la question de savoir comment nous avons développé cette tendance troublante de vouloir des personnes que nous ne pouvons pas avoir.
Vous pourriez penser que c’est une question de coeur brisé et de chagrin. Mais cela ne peut pas non plus être la réponse complète, car dans certains cas, nous n’avons rien perdu dont nous pouvons pleurer la perte. Nous pouvons être follement amoureux de quelqu’un qui ne veut pas de nous, et qui n’a jamais voulu de nous, mais la situation peut parfois être aussi douloureuse que quelqu’un qui rompt avec nous. Dans un article précédent, j’ai soutenu qu’une partie de la douleur de rejet que nous ressentons lorsque l’amour n’est pas réciproque peut être causée par une répulsion au rejet social fondée sur l’évolution, combinée à une stigmatisation sociale associée aux ruptures et au divorce.
Mais cela n’explique pas non plus pourquoi nous ne voulons souvent que les individus que nous ne pouvons pas avoir.Un autre aspect de cette angoisse peut avoir à voir avec la valeur perçue de l’autre personne. Si l’autre personne ne veut pas de nous ou n’est pas disponible pour une relation, sa valeur perçue augmente. Ils deviennent si «chers» que nous ne pouvons pas les «payer». D’un point de vue évolutionnaire, cela aurait été un avantage de s’accoupler avec le partenaire le plus précieux. Il est donc logique que nous devenions plus romantiquement intéressés lorsque la valeur perçue d’une personne augmente. Une autre réponse peut avoir à voir avec nos personnalités relativement addictives. L’étude de Fisher a montré que l’angoisse et la douleur après un rejet romantique sont une sorte de dépendance. La question demeure, cependant :

À quoi sommes-nous accro dans ce scénario ?

Dans le cas d’une relation terminée, nous pouvons être dépendants du temps que nous avons passé avec l’autre personne, de ses SMS, ou du sexe. Mais si notre cerveau fonctionne de la même manière lorsque notre amour n’est pas réciproque et qu’il n’y a jamais eu de relation, quelle est la source des sentiments de dépendance ? Vraisemblablement, nous sommes accro aux pensées de ce qui aurait pu être mais ne le sera jamais. Une fois que nous sommes bloqués sur ces pensées, être rejeté par l’autre personne peut les intensifier, nous laissant face à une obsession, qui est une sorte de dépendance – ou une dépendance à des pensées d’un certain type.
Ailleurs, j’ai soutenu que les méthodes standard pour traiter le trouble obsessionnel-compulsif peuvent également vous aider à surmonter l’obsession romantique.Votre style d’attachement peut également influencer à quel point vous restez bloqué sur des personnes qui ne veulent pas de vous. Les personnes ayant un style d’attachement dépendant (également connu sous le nom de style d’attachement co-dépendant ou anxieux) sont élevées pour rechercher des personnes qui leur causeront de la douleur. Dans un scénario classique, ils ont grandi dans un ménage avec une mère ou un père qui les a rejetés émotionnellement. Pour ces personnes, le rejet romantique est un sentiment familier.
Étant donné que nous sommes toujours plus susceptibles d’agir d’une manière qui nous est familière, si nous avons des antécédents de rejet, nous sommes susceptibles de rechercher des situations dans lesquelles nous devrions nous attendre à plus de rejet. Notre cerveau interprète ces scénarios comme normaux, même si nous savons qu’il n’est pas normal de rechercher des scénarios qui mènent à la douleur et à l’angoisse. Enfin, il y a l’explication de la «fin différente» : si nous avons une histoire de rejet – par un parent, par exemple – nous cherchons parfois inconsciemment des scénarios similaires, en espérant que l’histoire aura une fin différente la prochaine fois. Mais ce n’est pas le cas. Il vaut la peine de se souvenir de la définition d’Einstein de la folie – faire la même chose encore et encore et s’attendre à un résultat différent.
Pensées et comportement obsessionnels

Recensez vos pensées et vos comportements obsessionnels

Prenez note lorsque vous ne pouvez pas oublier la personne qui cause votre obsession. Vous souhaitez peut-être visiter sa page sur les médias sociaux, l’appeler au téléphone ou lui envoyer un texto. Ressaisissez-vous et dites-vous qu’il vous reste encore assez de force pour vous contrôler .En réalité, il ne s’agit que de pensées obsessionnelles ou de comportements bizarres. Vous devrez penser : « ces idées ne me contrôlent pas, mais c’est moi qui les contrôle ».Parfois, les pensées et les actions obsessionnelles passent inaperçues, ou même elles peuvent plaire. Le fait de les nier ne vous fera aucun bien. Au lieu de cela, identifiez-les, reconnaissez leur existence et persuadez-vous que vous avez d’autres préoccupations. Quelles que soient les circonstances, ne doutez jamais de vos capacités pour les maitriser.

Identifiez les facteurs sous-jacents qui provoquent votre hantise

Celle-ci est comme une dépendance. Parfois, elle peut être le symptôme d’un besoin plus profond ou d’un problème dans votre existence. Vérifiez qu’il ne vous manque pas une chose que cette personne pourrait vous apporter. Examinez les moyens qui vous permettent de trouver ce dont vous avez besoin . Notez les sentiments que cette personne provoque en vous lorsque vous êtes ensemble. Pensez aux impressions que vous avez après son départ. Examinez les causes de ces sentiments. Par exemple, vous pouvez découvrir que la solitude vous fait peur. Dans ce cas, vous ferez mieux de vous inscrire à un cours ou d’adhérer à un club pour faire de nouvelles rencontres.

Admettre que vous êtes obsédée

Parfois, la personne à qui nous mentons le plus c’est nous-même. Il n’y a personne au monde que nous puissions aussi facilement tromper que nous-même. C’est pourquoi nous devons prendre du recul et être réalistes. Ceci est la partie la plus difficile, admettre que nous avons un problème.Je sais que cela ressemble à une sorte de désintoxication, mais c’est justement parce que la personne qui vous obsède est votre drogue, que plus vite vous vous rendrez compte que vous avez un problème, plus vite vous serez en mesure de passer à autre chose.

Aller au fin fond du problème

Le fond du problème
Le problème n’est jamais dans l’autre personne, il s’agit toujours de vous. Il doit y avoir une raison qui vous a fait entrer dans cet état d’obsession. Peut-être que vous avez eu trop de mauvaises expériences dans la vie. Peut-être que chaque relation auparavant était avec un homme toxique indigne et qu’ainsi l’homme qui vous obsède devient comme une bouffée d’air frais.Peut-être que vous vous sentez seule (même si c’est dur à l’admettre) et que vous avez créé une rêverie sur ce mec, au lieu d’une réalité. Quoi qu’il en soit, plus tôt vous en connaîtrez la cause, et plus vite l’image parfaite de lui s’estompera dans votre tête.

Chercher ses défauts

Oui, on se croirait (un peu) dans la cour de récré, mais cette méthode est approuvée : se concentrer sur les défauts de l’autre nous aide petit à petit à lui trouver moins d’importance. Évidemment, pas toujours facile d’admettre qu’il est comme-ci ou comme ça, puisque notre cœur nous souffle l’inverse. Mais avec un peu de concentration et un gros plongeon au fond de soi-même, on réalise rapidement que nous sommes dans l’idéalisation et que nous nous mentons. En vrai, ce mec ne nous correspondait pas, la preuve, il rechignait à sortir sa carte bleue, il mangeait salement, il était capricieux et surtout, toujours en retard.

Ouvrir les yeux (sur d’autres)

Quand on pense à un homme, les autres n’existent plus. Et n’existeront plus jamais : on se croit prise d’amour (et foutue) pour le restant de notre vie. Or, avec le temps et au gré des rencontres, on s’aperçoit que Jean-Paul n’était pas exceptionnel ou du moins, que d’autres le sont aussi. Du coup, plutôt que d’attendre que les mois passent et nous ouvrent les yeux, faisons-le seule : observons les hommes qui passent, questionnons-les, ne rechignons pas à faire connaissance en pensant que c’est perdu d’avance. Non, osons, discutons, réalisons sagement et tranquillement que d’autres types sont biens, la preuve, il y en a un qui nous a fait rougir cet après-midi.

Évitez les déclencheurs de vos obsessions

Prenez note de l’instant et du lieu où elles se manifestent. Cela peut être difficile, spécialement au début, mais efforcez-vous de résister quand vous faites face à un déclencheur. Si vous ne pouvez pas, concentrez-vous pour maitriser vos réactions .Par exemple, si vous visitez continuellement les pages de la personne sur les médias sociaux ou si vous avez une forte envie de lui envoyer des messages, il n’est pas pratique de ranger votre téléphone ou d’éteindre votre ordinateur. Par contre, vous pouvez ne plus la suivre ou vous désabonner de son profil pour ne plus voir ses publications.Si votre ex-conjoint vous obsède, placez-le à l’arrière-plan et détachez-vous matériellement et spirituellement des éléments qui le rappellent à votre souvenir .
Si vous ne pouvez pas éviter la personne, essayez de la garder à distance. Si elle s’assied à vos côtés à l’école, évitez de la regarder en face et imaginez que vous êtes en présence de quelqu’un d’autre. Efforcez-vous de penser à votre objectif, comme prendre des notes en classe.

Portez votre attention sur votre environnement immédiat

Environnement immédiat
Quand vos obsessions remontent à la surface, respirez profondément et fermez vos yeux. Écoutez soigneusement les bruits avoisinants et pensez aux autres sensations que vous éprouvez . Posez-vous des questions comme : « quel temps fait-il en ce moment ? Est-ce que j’ai chaud ou est-ce que je me sens bien ? Quels sont les bruits et les odeurs qui flottent dans l’air ? À quoi ressemblent les conditions météorologiques actuelles ? Quelle est la couleur du ciel ? » Souvent, l’obsession provoque des pensées comme : et si je fais ceci ou que fait-il en ce moment ? Ces pensées tournent autour d’autres lieux et d’autres époques passées ou futures. En vous concentrant sur l’instant présent, vous garderez les pieds sur terre.

S’interdire les réseaux sociaux

Les médias sociaux sont à la fois une malédiction et une bénédiction. Ce sont d’excellents moyens de communication, pour apprendre des nouvelles choses et pour s’amuser. D’un autre côté, ils vous donnent la possibilité de faire les détectives et un pouvoir de harceler que vous n’auriez jamais cru possible. Alors vous vous retrouvez à passer vos journées à enquêter sur où il était, avec qui il était, vous regardez ses photos, vous devenez obsédée par ses postes. Cela vous rend folle car vous l’avez sur l’écran mais pas dans la vraie vie.La meilleure chose à faire est donc de désactiver vos comptes pour un certain temps ou bien simplement de ne plus l’avoir dans votre liste d’amis. C’est l’une des étapes les plus utiles, sinon vous allez uniquement vous enfoncez davantage en le pourchassant sur internet.

Créer une distance physique

La phrase “loin des yeux, loin du coeur” n’existe pas sans raison. Si vous ne passez pas votre temps près de lui constamment, il sera plus facile de le sortir de votre tête. Chaque fois que vous le voyez, votre obsession ne fait que grandir. Donc, au lieu de traîner avec les mêmes personnes et d’aller aux mêmes endroits que lui, retenez-vous de le faire. Ce sera difficile au début, mais ça deviendra plus facile avec le temps.

Fuir les nouvelles techno

Il existe bien trop d’outils qui nous font tomber folle et entretiennent notre fixette : à force de guetter notre téléphone portable et un gentil texto, mais aussi le profil Facebook de Jean-Paul, ainsi que son Instagram (et son Twitter, son Snapchat, son LinkedIn et ainsi va la vie moderne), notre fixette est de pire en pire. Car en plus de ruminer, on a des réflexes qui bouffent notre temps (qui n’a jamais fait F5 toute une journée ?). Donc pour sortir de son obsession, on freine les nouvelles technologies. Petit à petit, on gagne en liberté, on se défait d’un poids et on reprend le cours de sa vie tranquillement. On se rend compte que sans téléphone, notre fixette est maigre, presque loin.

Se vider la tête

Plonger dans un film ou aller courir une heure, ça vide l’esprit. On peut aussi sortir avec ses amis jusqu’à pas d’heure, commencer une série, découvrir le tricot, la céramique ou enfin se mettre à Top Chef ou Koh Lanta. Tout ce qui vide la tête est bon à prendre. C’est même indispensable au quotidien que de faire des pauses de cerveau. En agissant ainsi, on s’habitue à décrocher cinq minutes par-ci, cinq minutes par-là, et donc à constater que c’est faisable, que de ne pas penser à Jean-Paul l’espace de quelques secondes étirées. Donc ? On est fière et puisque qu’on comprend qu’il est possible de décrocher, on le fait avec aisance. Car la fixette amoureuse tient souvent de la croyance que de toute façon, on est accro et c’est trop tard.
Ne plus parler de lui

Ne plus parler de lui

Ou le moins possible. Un peu comme il est bon de ne plus actualiser son profil Facebook, ne plus parler de lui aide aussi. Car plus on le rendra vivant dans nos conversations, plus il envahira notre petite tête. Tout comme penser « je vais tomber malade là » augmente les chances d’attraper le rhume de notre voisine. C’est pareil pour Jean-Paul, plus son prénom revient et plus on analyse ses faits et gestes, plus il prend de la place et on garde le virus. En discutant de tout et de rien, sauf de lui, on s’exerce à lui donner moins de pouvoir, on réalise qu’il y a d’autres choses au monde que cet homme et surtout, on habitue nos amis à la disparition de Jean-Paul, qui ne nous demanderont plus : « C’en est où ? ». Phrase qui peut nous relancer un bon bout de temps et nous donner l’impression de repartir à zéro.

Imaginez que les pensées intrusives quittent votre esprit

Supposez que votre cerveau est un plancher et que vos obsessions forment la terre et la poussière qui le couvrent. Chaque fois que vous commencez à faiblir, imaginez que vous nettoyez la poussière et la terre avec un balai . Vous pouvez aussi comparer vos obsessions à un chien qui aboie. Supposez que vous marchez le long d’une barrière derrière laquelle se trouve le chien. Dites-vous qu’il ne s’agit que d’un bruit et que le chien ne peut pas vous mordre. Dans quelques instants, quand vous traverserez la rue, il sera loin derrière vous.Chassez les pensées intrusives. Lorsqu’elles vous assaillent, secouez votre tête, vos bras, vos jambes et votre corps. Imaginez en même temps que vous secouez des pensées malsaines et que vous clarifiez votre esprit.

Créez un rituel qui vous aide à éloigner vos obsessions

Quand vous pensez à la personne ou lorsque vous souhaitez fortement la contacter, imaginez que vous arrivez devant un panneau portant le signe stop. Vous pouvez aussi enrouler un élastique autour de votre poignet et le faire claquer chaque fois que votre obsession apparait . Les rituels précédents sont efficaces pour vous aider à orienter vos pensées autrement. Pratiquez votre rituel et pensez quelque chose comme : « stop, je dois changer mes idées et me distraire en faisant une autre activité ».

Éviter de le contacter

Evitez de le contacter
Si vous envoyez des textos ou téléphonez régulièrement, vous ne faites que vous enfoncez davantage. Gardez vos distances. Dites-lui que vous êtes occupée au travail, dans vos études ou bien n’importe ce qui vous vient à l’esprit en premier, et que vous n’avez tout simplement pas le temps de lui envoyer des textos. Cette méthode est probablement la plus difficile à faire, mais simuler l’amitié n’a jamais rien apporté de bon à qui que ce soit.

Concentrez-vous sur vous-même

Il y a des tonnes de choses que vous pourriez faire en ce moment au lieu d’être obsédée par lui. Concentrez-vous sur ces choses. Améliorez votre vie. Travaillez sur vous-même pour vous. Dans quelques années, vous serez reconnaissante d’avoir choisi de le faire. Il y a mieux à faire, alors bougez vos fesses de ce canapé et allez-y!Le monde entier vous attend dehors. Le temps est trop précieux pour le gaspiller. Vous pouvez faire mieux.

Détendez-vous en pratiquant une activité agréable

Trouvez des occupations intéressantes qui vous plaisent. Gardez-les en mémoire et choisissez-en une pour éloigner vos obsessions quand celles-ci apparaissent. Une liste mentale vous aidera à réagir rapidement pour retrouver votre équilibre .Pensez à faire du jardinage, lire un excellent roman, vous amuser avec des jeux vidéos, jouer d’un instrument de musique, dessiner, peindre, faire du sport ou écouter de la musique qui ne vous rappelle pas la personne en question.

Faites quelque chose qui vous donne satisfaction

Pensez à un projet que vous avez mis en veilleuse récemment. Étant donné qu’il n’a aucun rapport avec la personne, il se pourrait que vous l’ayez mis à l’arrière-plan à cause de votre obsession. Reprenez ce projet et menez-le à terme. Pensez aussi à l’aide qu’il vous apportera pour oublier votre hantise . Par exemple, vous n’avez jamais joué du piano ou rangé votre chambre. Peut-être aussi que vous avez du retard sur vos projets professionnels ou universitaires. Il est temps d’agir pour remédier à tout cela. Accomplissez une tâche, particulièrement si vous l’avez reléguée au dernier plan. Ainsi, vous cultiverez un état d’esprit constructif et vous renouerez avec l’optimisme.

Socialisez davantage

Vous n’avez probablement pas beaucoup de temps pour vos amis puisque vous êtes trop occupée à être obsédée. Voyez le problème en face. Appelez vos amis, passez du temps avec eux et parlez leur de tout, sauf de lui. Il y a tant de sujets à choisir. Et du temps passé entre amis est le meilleur remède pour vous.

Soyez aventureux(se)

Aventure
Faites quelque chose que vous n’avez jamais fait auparavant.Quelque chose que vous voulez faire, mais qui peut être est un peu hors de votre zone de confort. Vous pouvez tout faire; sauter d’un avion avec un parachute, faire de la tyrolienne, monter à cheval, faire du vélo, tout ce que vous voulez, tout dépend de ce que vous aimez. Dans tous les cas, le changement est le meilleur remède. Envisagez même de voyager à un endroit où vous n’êtes jamais allée auparavant.Changer de décor peut changer de perspective, et vous allez peut-être vous rendre compte que les choses ne sont pas comme vous les avez prétendues être.

Formulez vos pensées obsessionnelles par écrit

Si vous n’arrivez pas à changer votre état d’esprit, notez vos idées sur une feuille de papier. Décrivez vos émotions, rédigez une lettre à la personne qui vous obsède, ou notez les expressions et les mots que vous ressassez sans cesse . Ne montrez pas ce que vous avez écrit à la personne qui hante vos pensées. De plus, ne relisez pas votre texte et ne vous attardez pas là-dessus. Au lieu de cela, efforcez-vous de chasser vos pensées intrusives pendant que vous rédigez. Si vous déchirez le papier et vous jetez à la corbeille, vous accomplirez un acte symbolique qui vous libèrera de vos pensées obsessionnelles.

Méditez ou essayez les techniques de relaxation

Portez des vêtements amples, écoutez de la musique douce et adoptez une posture confortable. Inspirez profondément en comptant jusqu’à 4, retenez votre respiration en comptant aussi jusqu’à 4. Puis, expirez lentement en comptant jusqu’à 8. En faisant cet exercice, imaginez un paysage apaisant, tel qu’un endroit agréable de votre enfance ou de vos vacances . Vous pouvez aussi regarder des vidéos en ligne pour apprendre à méditer facilement. Pratiquez vos exercices de méditation pour échapper à vos pensées obsessionnelles et oublier la personne qui vous hante. Vous pourrez aussi le faire pour résister à votre envie de l’appeler ou de lui envoyer un message.

Reconnaissez qu’il n’est pas parfait

Il n’est pas parfait, c’est vous qui l’avez rendu ainsi. Il se peut qu’il aie beaucoup de qualités et et que vous ressentez vraiment qu’il n’y a personne dans ce monde comme lui, mais cela est loin d’être la vérité. Vous êtes tellement éprise de lui, que vous avez créé cette image dans votre tête, qui n’a rien à voir avec le vrai lui. Vous n’êtes pas amoureuse, vous êtes obsédée.

Ne vous forcez pas à arrêter à penser à lui

Arrêtez de penser à lui
La meilleure réponse à la question “Comment arrêter d’être obsédé par quelqu’un” – c’est de ne pas se forcer. Plus vous essayerez, et plus vous penserez à lui.Remarquez comment la plupart de ces étapes n’ont rien à voir avec lui, mais sont toute liées à vous. L’essentiel ici, c’est de se concentrer sur soi-même. Occupez-vous de vous pour une fois.Vivez votre vie à pleins poumons et vous verrez comment il sortira de vos pensées, sans même faire trop d’efforts pour y parvenir.

Sortez ou appelez vos amis pour échapper à votre hantise

Vous n’avez pas besoin de divulguer la raison de votre démarche ou de parler de vos idées obsessionnelles. Vous pouvez appeler votre meilleur ami, votre frère ou un ami que vous n’avez pas rencontré depuis un moment. Par exemple, une conversation, une promenade ou un déjeuner ensemble vous fera un grand bien .Vous pouvez dire quelque chose comme : « salut, comment allez-vous ? J’ai simplement envie de vous rencontrer. Quoi de neuf ? » Essayez d’ajouter des mots comme : « que faites-vous aujourd’hui ? Nous pouvons prendre le café ou déjeuner ensemble ». Une activité sociale vous aidera à changer vos idées et oublier votre hantise. Donc, faites l’effort d’entretenir vos relations amicales en général .

Avouez vos émotions à une amie de confiance

Que vous soyez obsédée par votre ex-conjoint, une rupture ou une personne que vous enviez, le fait de garder vos émotions pour vous ne vous aidera pas. Mettez l’une de vos amies dans le secret pour soulager votre peine et aérer votre esprit . Dites simplement à votre amie ou votre parent que vous avez besoin de lui parler d’une émotion accablante : « j’aime une personne qui n’éprouve pas les mêmes sentiments à mon égard. Je ne me sens pas bien et je ne peux pas cesser de penser à elle ». Pendant la conversation, vous pourrez aussi demander conseil : « avez-vous éprouvé un sentiment analogue ? Qu’avez-vous fait pour retrouver votre sérénité ? »

Consultez un conseiller au besoin

Consultez un conseiller
Si vous agissez pour contrôler la situation et pour vous distraire, vous vous sentirez mieux avec le temps. Cependant, si vous avez des difficultés à changer votre quotidien ou si les choses ne s’améliorent pas, vous ferez mieux de vous adresser à un spécialiste. Celui-ci ne vous jugera pas et ne dira pas n’importe quoi à propos de votre obsession. Sa fonction consiste à vous aider. Donc, soyez honnête avec lui . Les émotions n’ont pas de règle. Cependant, vous devrez être en mesure de remarquer graduellement que l’intensité des vôtres baisse avec le temps. Il est peut-être temps de consulter un spécialiste si vous avez essayé tout seul sans succès, pendant au moins 1 ou 2 mois. Il est aussi préférable de chercher de l’aide, si la fréquence de vos pensées obsessionnelles augmente, si vous plongez régulièrement dans le désespoir, si vous délaissez vos activités quotidiennes ou si vous avez des idées agressives envers vous-même ou les autres. Si vous fréquentez encore l’école et si vous ne voulez pas demander à vos parents de vous aider à voir un thérapeute, parlez de votre problème à votre conseiller d’orientation.

En savoir plus sur JeunInfo

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur JeunInfo

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut