Comment s'accepter

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment s’accepter ?

Nous avons appris à être sévères envers nous-mêmes. L’acceptation de soi est essentielle pour ton bien-être mental et émotionnel. Il est important que tu apprennes à aimer qui tu es et ce qui te rend unique. Une meilleure acceptation de soi consiste à apprendre à s’aimer — à l’intérieur comme à l’extérieur. Il s’agit de lâcher prise à propos des choses que tu ne peux pas changer et d’apprécier ce qui te rend unique. Cependant, être à l’aise dans sa propre peau n’est pas toujours facile. L’acceptation de soi est la capacité d’apprécier toutes vos facettes de façon inconditionnelle. Cela signifie que vous devriez apprécier à la fois vos qualités et ce que vous aimeriez améliorer chez vous .  La procédure d’acceptation de soi-même commence par la reconnaissance des jugements que vous portez vis-à-vis de vous-même et de les adoucir afin que tous les aspects de votre personnalité puissent être appréciés. De plus, il est important de vous engager à faire passer votre tendance à vous juger et à vous accuser à un sentiment de compassion et de tolérance.
Cultiver l'estime de soi

Pourquoi cultiver l’estime de soi ?

Difficile de cultiver une bonne estime de soi. Pourtant cette dernière est essentielle à notre équilibre et notre épanouissement. S’épanouir professionnellement, cultiver ses amitiés, trouver l’amour ou tout simplement être bien dans sa peau. Autant d’enjeux que nous poursuivons tous et toutes et qui nécessitent au préalable d’avoir un minimum d’estime de soi. Il nous est pourtant souvent bien plus naturel de nous auto-dénigrer ou de nous déprécier que de parvenir à reconnaître nos qualités, nos forces et nos compétences.  “L’estime de soi est à la fois la source et la conséquence de nos actes et de nos pensées. C’est un concept riche et complexe puisqu’il donne à la fois une description de l’être humain en lui-même, mais aussi de l’être humain en interaction avec les autres”, résume Marie-Laure Cuzacq, formatrice et écrivain.

Différencier sa personnalité de ses capacités

“Nous avons une estime de soi globale, qui est le jugement que nous portons sur notre propre personne, qu’il faut différencier de l’évaluation de nos différentes compétences dans divers domaines”, écrit l’auteur. Par exemple, une personne peut avoir une assez bonne estime d’elle même tout en étant consciente d’être désordonnée ou nulle en anglais. Privilégier cette approche permet d’avoir une vision de soi plus complexe mais aussi plus juste.  Marie-Laure Cuzacq se réfère à la psychologue américaine Susan Harter, qui a beaucoup travaillé sur l’estime de soi des jeunes et qui identifie cinq principaux domaines d’évaluation de soi: la compétence scolaire, la compétence sportive, l’acceptation sociale, l’apparence physique et enfin la conduite comportementale.  Cette dernière étant notre degré de conformité aux lois et règles sociales de notre groupe de référence. Je peux par exemple être très bien accepté socialement, avoir des amis, mais souffrir du fait de ne pas pouvoir acheter les mêmes vêtements de marque qu’eux“. A ces cinq axes, la psychologue en ajoute trois qui s’appliquent plus facilement aux adultes: la compétence liée au monde du travail, la compétence dans les relations sentimentales et celle relative à la création et au maintien des amitiés profondes”. Cette façon de mesurer l’estime de soi “a une conséquence très importante”, souligne Marie-Laure Cuzacq : cela nous permet de minimiser nos échecs et de relativiser nos déboires. Attention toutefois à ne pas faire reposer toute son estime de soi sur un seul axe, en considérant par exemple que si l’on échoue professionnellement, tout le reste n’a plus d’importance.

Reconnaissez vos forces et vos caractéristiques

Reconstruisez vos forces
Faites-le pour garder un équilibre entre le travail que vous faites sur vous-même pour accepter les aspects que vous appréciez et les autres. De plus, le fait de vous rendre compte de vos forces peut changer votre façon de vous voir. Commencez par faire la liste de vos forces ou trouvez chaque jour une force, s’il est trop difficile d’y penser en une seule fois. Vous pourriez, par exemple, vous trouver les forces suivantes :
  • je suis une personne affectueuse,
  • je suis une mère courageuse,
  • je suis un peintre de talent,
  • je sais résoudre les problèmes en faisant preuve de créativité.

Faites une liste de vos réalisations

Identifiez et reconnaissez vos forces en faisant une liste de ce que vous avez réalisé. Cela peut comprendre les personnes que vous avez pu aider, vos réalisations personnelles ou les périodes difficiles que vous avez dû surmonter. Ces types d’exemples peuvent vous aider à diriger votre concentration sur des agissements ou des actes concrets. Des exemples plus concrets peuvent vous aider à identifier vos forces, comme dans les cas suivants.La mort de mon père a été dure pour ma famille, mais je suis fier d’avoir été en mesure de soutenir ma mère pendant cette épreuve. J’ai décidé de courir un semi-marathon et après un entrainement de six mois, j’ai pu franchir la ligne d’arrivée ! Après avoir perdu mon emploi, j’ai eu du mal à m’adapter et à payer les factures, mais j’ai appris bien des choses sur ma propre force et j’ai à présent un meilleur emploi.

Accepter son passé pour s’accepter comme on est

S’accepter soi-même, c’est accepter son passé. C’est arrêter de vouloir qu’il soit autrement, c’est arrêter d’y revenir sans cesse en se disant : « J’aurais dû » ou « Je n’aurais pas dû ».Tu as fait des erreurs. Tu as souffert aussi. C’est ainsi. C’est le lot de tous. Pourtant, le passé n’est pas là pour être un fardeau que l’on porte jour après jour. Il n’est pas là pour que nous nous critiquions dans le présent gâchant ainsi toutes nos chances d’être heureux dans le futur.En fait, notre passé est là pour que nous tirions des leçons et que nous apprenions de lui. C’est pourquoi pour s’accepter soi-même, il est essentiel d’accepter son passé.Accepte d’avoir fait des erreurs, parce que tu n’as pas à être parfait.e. Tu as simplement à apprendre, à grandir et à évoluer. Donc, cesse de te critiquer, de t’en vouloir pour ton passé. Prends une grande inspiration et accepte ton passé. Accepte-le autant de fois que nécessaire. En fait, rappelle-toi qu’il est trop facile pour toi de critiquer la personne que tu étais.Cette personne que tu as été a besoin de ta bienveillance et même de ta reconnaissance. En effet, si tu es qui tu es aujourd’hui, c’est grâce à la personne que tu as été. Parce que si, aujourd’hui, tu as pris conscience que telle chose est une erreur, c’est parce que tu as fait cette erreur. Alors, oui, sois plus reconnaissant.e envers ton passé au lieu de te condamner.
Reconnaître ce qui rend heureux

Reconnais ce qui te rend unique est le secret d’une acceptation de soi

Penser aux choses qui te rendent spécial.e est un bon point de départ. Demande-toi comment ces différences te seraient utiles dans le futur et de quelle façon celles-ci ajoutent de la valeur à ta vie.

Lâche prise à propos des choses que tu ne peux pas changer

Il est important de NE PAS se concentrer sur des choses que tu ne peux pas changer. Ce qui pourrait t’aider serait de t’écrire une lettre sur l’importance de laisser aller ce que tu ne peux pas changer et d’accueillir les aspects de ta personne que tu aimes.

Sachez comment vous vous jugez

Le fait de reconnaitre la façon dont vous vous jugez est important pour identifier les endroits où vous êtes trop critique vis-à-vis de vous-même. Vous êtes trop critique quand vous créez ou vous trouvez des caractéristiques de vous-même qui vous paraissent inutiles. Cela peut comprendre la honte ou la déception et ces sentiments peuvent écraser l’acceptation de soi. Commencez par rédiger une liste de pensées négatives que vous pourriez avoir. En voici des exemples :
  • je ne serai jamais capable de faire quelque chose correctement,
  • j’interprète toujours les remarques des autres de travers, il y a certainement chez moi quelque chose qui cloche,
  • je suis trop gros,
  • je ne sais absolument pas prendre de décisions.

Reconnaissez la façon dont les remarques des autres vous touchent

Quand d’autres font des remarques à notre sujet, nous avons souvent tendance à les analyser et à les assimiler à notre propre opinion de nous-mêmes. Vous pouvez commencer par revoir votre façon de vous percevoir si vous ne trouvez pas l’origine de votre tendance à vous juger . Si, par exemple, votre mère a toujours critiqué votre allure, vous pourriez ne pas être très sûr de vous par rapport à votre apparence. Mais vous devriez comprendre que ses critiques étaient issues de ses propres incertitudes. Vous pouvez retrouver de l’assurance en votre allure une fois que vous vous rendez compte de cela.

Accepter de ne pas être parfait

Accepter de ne pas être parfait
“L’acceptation de soi est parfois difficile mais nécessaire au bonheur”, écrit Marie-Laure Cuzacq. “Avant de construire une maison, n’essayez-vous pas de connaître tous les paramètres du terrain sur lequel vous la construisez? Ses limites, ses atouts, sa composition, ses aspérités? “L’estime de soi est fragile, poursuit la formatrice. Elle ne peut se construire que sur un terrain solide et connu. C’est pourquoi s’accepter est la première étape selon elle de l’estime de soi. “Etre conscient de soi, c’est accepter qu’on ne soit pas parfait et que la réalité ne corresponde pas tout à fait à l’image idéale que l’on s’est donnée.” Il faut, toujours dans cet esprit, éviter de se déresponsabiliser en se considérant comme une victime, d’une certaine éducation ou autre. “Il est plus facile d’en vouloir aux autres plutôt qu’à soi-même quand ça ne marche pas. Mais cela vous enlève aussi, en cas de réussite, une bonne partie des lauriers que vous auriez pu récolter.” Enfin insiste l’auteur, “chercher à tout prix l’acceptation des autres est inutile si vous ne vous acceptez pas déjà vous-même”.

Cultiver l’affirmation de soi

“L’affirmation de soi, c’est une question d’authenticité, mais aussi de savoir être et de savoir vivre”, explique Marie-Laure Cuzacq. Et d’interroger: qu’aimez-vous chez vos amis? Leur sincérité, le fait qu’ils vivent selon certaines valeurs tout en respectant celles des autres, non? Alors pourquoi ne pas suivre ces exemples afin de mieux vous aimer? Pour cela, il suffit d’être en connexion avec ses besoins et sentiments et de se poser les bonnes questions: “Ai-je vraiment envie d’aller à ce diner? De quoi ai-je besoin pour me sentir bien, là, maintenant?” Il est ensuite important de savoir formuler ses demandes clairement, sans attendre que l’autre s’en doute, comme par miracle.En somme, oser être soi même, tout en continuant à être attentif à l’autre, “afin de trouver un compromis entre ses propres attentes et les siennes”.

Accepter ses défauts

On se voudrait parfait. Vraiment parfait. À tout point de vue. Parce que, plus jeunes, on nous a fait croire qu’on pouvait l’être, qu’on devait l’être même. En effet, nos parents, nos professeurs nous disaient constamment : tu peux mieux faire, tu dois mieux faire.Ils étaient toujours là pour pointer du doigt nos erreurs. Alors, dans un sens, c’est grâce à ce système d’éducation que nous sommes devenues de bonnes personnes, mais le problème, c’est que pour un grand nombre d’entre nous, cela a créé un besoin de perfection.Et, ce besoin de perfection nous pousse à nous rejeter constamment. En effet, nous avons l’impression de ne pas être assez ou d’être trop. C’est pourquoi, pour s’accepter soi-même, il est essentiel d’accepter ses défauts.Tu n’es pas parfait.e et tu ne le seras jamais et tu n’as pas à l’être. En effet, tu as des défauts et c’est très bien ainsi. Autrement dit, arrête de partir en guerre contre toi, tout le temps. Tu es maniaque, bavard.e ? Tu es solitaire ou trop sociable ? Ou encore, tu es tête en l’air, pas assez organisé.e, bordélique ? Et alors ? Oui, je t’invite à te dire : « Et alors ? » Pourquoi faudrait-il avoir honte de nos défauts ? Pourquoi vouloir les cacher, les étouffer ? Tout le monde a des défauts et il ne s’agit pas de les cacher, mais de les accepter.Car, c’est en acceptant les choses que l’on peut vivre en paix avec. En effet, quand on souhaite s’accepter soi-même, il est essentiel d’apprendre à arrêter de lutter contre pour chercher à vivre avec.
Vois-tu la différence ?Alors, ce choix t’appartient : veux-tu continuer à lutter contre ou à apprendre à vivre avec ?
Accepter ses qualités

Accepter ses qualités pour s’accepter tel qu’on est

 Quand on parle de s’accepter tel qu’on est, on ne pense pas toujours aux qualités. Et, pourtant elles sont essentielles. En effet, autant il nous est facile de lister nos défauts et d’en avoir honte, autant nous avons des difficultés à lister nos qualités et à nous en réjouir. C’est pourquoi je t’invite de tout coeur à apprendre à accepter tes qualités, car c’est ça aussi t’accepter. Pour cela, prends un temps pour lister au moins 3 de tes qualités. Si tu as des difficultés, demande à des personnes de ton entourage. Tu seras surpris.e.En effet, nous sommes bien trop concentrés sur nos défauts au quotidien, et nous ne voyons que trop rarement nos qualités. Alors, fais-toi ce cadeau. Vois ce qu’il y a de bon et de beau en toi. Cela est essentiel pour t’accepter.

Sois gentil.le avec toi-même

Pense à quelques activités que tu pourrais faire pour te gâter et pour passer du temps de qualité avec toi-même (comme prendre un bon bain chaud, faire une promenade dans la nature, etc.). Il est également important que tu prennes soin de toi en ayant une bonne alimentation, en dormant suffisamment et en faisant régulièrement de l’exercice.

Mobilisez-vous d’abord sur l’acceptation de vous-même avant de chercher à vous améliorer

L’acceptation de soi est le fait de vous accepter tel que vous êtes dans l’instant présent. L’amélioration de soi se concentre plutôt sur les changements qui doivent être faits afin de mieux s’accepter à l’avenir . Identifiez des domaines avec l’intention de les apprécier tels qu’ils sont dès à présent. Vous pouvez ensuite décider si vous voulez les améliorer plus tard.Vous voudriez, par exemple, perdre du poids. Commencez par accepter votre poids actuel en vous disant que vous êtes très bien comme vous êtes et que vous l’acceptez. Vous devriez ensuite recadrer votre remise en forme d’une façon productive et positive.  Plutôt que de penser que vous n’avez pas la silhouette idéale et ne serez jamais bien dans votre peau si vous ne perdez pas dix kilos, vous pourriez vous dire que vous avez envie de perdre dix kilos afin d’être en meilleure santé et d’avoir plus d’énergie.
Pensées négatives

Prenez-vous sur le fait quand vous avez des pensées négatives

Il est temps de réduire votre petite voix critique, quand vous connaissez les domaines précis de votre vie pour lesquels vous êtes le plus critique. Votre petite voix critique peut vous dire que votre physique n’est pas idéal ou que vous faites constamment tout de travers. Le fait de réduire au silence votre petite voix critique va réduire vos pensées négatives sur vous-même, ce qui vous aidera à créer de la place pour la compassion, le pardon et l’acceptation. Pour ce faire, entrainez-vous à prendre ces pensées négatives en flagrant délit quand elles apparaissent. Si, par exemple, vous vous surprenez à penser que vous êtes un parfait imbécile, posez-vous les questions suivantes. Est-ce une pensée sympathique ? Cette pensée me met-elle à l’aise ?Pourrais-je exprimer cette pensée à un ami ou à une personne aimée ? Sachez que votre petite voix intérieure critique s’est à nouveau manifestée, si les réponses à ces questions sont non.

Défiez votre critique intérieur

Affrontez et réduisez au silence ce critique intérieur, si vous vous retrouvez à avoir des pensées négatives vis-à-vis de vous-même. Préparez-vous à y opposer une pensée plus positive ou un mantra. Vous pouvez aussi vous servir des forces que vous avez identifiées plus haut.Si, par exemple, vous vous surprenez à dire que vous n’êtes pas intelligent, changez cette pensée et faites-en une affirmation plus gentille, comme de vous dire que vous êtes intelligent dans d’autres domaines, même si vous ne connaissez rien à ce sujet en particulier et que c’est très bien ainsi. Souvenez-vous de vos forces : « Nous n’avons pas tous les mêmes talents. Je sais que je suis doué dans un autre domaine et je suis fier de cela ».Rappelez à votre critique intérieur que sa déclaration négative est fausse.  Dites-lui que vous en avez assez de l’entendre vous répéter que vous êtes idiot, parce que ce n’est pas vrai. Ajoutez que vous avez appris à comprendre que vos forces et votre intelligence se trouvent dans des domaines importants et bien précis. Assurez-vous de toujours rester gentil avec votre critique intérieur. Ne l’oubliez pas et répétez-le-vous, car vous êtes toujours en train d’apprendre à changer ce que vous pensez de vous-même.

Oser dire “Non”

Oser dire “Non”, c’est ne pas faire ce que l’on n’a pas envie de faire, ou ce que l’on ne peut pas faire pour une bonne raison. “C’est donc une façon de maintenir et de protéger son estime de soi en privilégiant ses propres besoins, son énergie, son temps, voire son argent, pour les consacrer à des activités qui paraissent plus importantes”, indique Marie-Laure Cuzacq. D’autant qu’un “Oui” donné à contre coeur génère des frustrations et engendre des actions souvent bâclées et donc un risque de se faire réprimander par la suite. Savoir dire “Non” se travaille tous les jours et nécessite de la fermeté, ajoute l’auteur. Toujours se rappeler que l’on dit “Non” à la demande, pas à la personne. Et pour faire passer la pilule, on peut essayer de chercher avec son interlocuteur des alternatives possibles le concernant lui et sa demande.
Si vous n’êtes pas sûr de vous, commencez par ailleurs par dire “Non” à des personnes de moindre importance pour vous (un vendeur insistant par exemple), puis augmentez la difficulté progressivement. Et n’oubliez pas “que quand on dit ‘non’ aux autres, c’est à soi que l’on dit ‘oui'”… 
Des attentes réaliste

Se donner des objectifs réalistes

Rêver est indispensable et nous donne les moyens de continuer à vivre et aller de l’avant. Mais un objectif se doit d’être pragmatique, mesurable, en un mot, accessible, décrit Marie-Laure Cuzacq. Il doit prendre en compte nos compétences réelles et notre énergie disponible.  Et de rappeler que l’estime de soi se nourrit d’actions, de petites ou de grandes réussites quotidiennes et non pas d’illusions. 

Ne pas se comparer ni imiter mais s’inspirer

Les personnes à basse estime de soi ont tendance à imiter leurs modèles, comme ils le faisaient adolescents, pour se sécuriser. Or imiter et se comparer c’est nier sa personnalité, ses besoins, ses envies profondes. C’est aussi le risque de poursuivre toute sa vie des chimères inaccessibles. C’est surtout la certitude de se trouver toujours moins bien que ceux à qui on se compare. Le mieux est donc de “s’inspirer des personnes de notre quotidien“. “Il existe des tas de gens autour de nous qui font du bien aux autres sans ostentation. On peut les observer, échanger avec eux, discuter, s’enrichir mutuellement, apprendre, bref, s’inspirer d’eux.”

Savoir se pardonner

 Tu as fait des erreurs et tu vas en faire encore. Tu vas dire des choses maladroites, blessantes, tu vas avoir des comportements qui heurtent certaines personnes. Et, c’est normal. Parce que nous ne sommes pas parfaits, nous ne sommes pas toujours à la hauteur. Parce que nous sommes toujours en train d’apprendre certaines choses, nous ne savons pas toujours comment réagir, comment faire. C’est pourquoi, pour s’accepter comme on est, il est essentiel d’apprendre à se pardonner. Tous les jours !Personnellement, tous les soirs, je reviens sur ma journée. Je fais la liste de ce que j’ai aimé, en fait, je fais ma liste de gratitude. Ensuite, je reviens sur ce que j’ai moins aimé, sur ce que j’aurais aimé mieux faire. Et, là, je prends le temps de me pardonner. Je reviens sur ce que j’ai fait ou pas fait et je me dis que j’ai fait de mon mieux, et je prends même un engagement : « À partir de maintenant, je vais faire comme ceci. » Pour finir, je me répète : « Je m’aime et je m’accepte comme je suis. » En fait, il est essentiel de comprendre que nous ne sommes pas là pour nous critiquer, nous condamner… Nous sommes là pour nous accepter et nous aimer. C’est notre mission. Notre devoir.C’est pourquoi, tous les soirs, prends un temps pour te pardonner. Cela peut réduire les sentiments de culpabilité du passé, lesquels peuvent vous empêcher d’accepter pleinement votre présent. Vous pourriez juger votre passé sur la base d’attentes irréalistes. Le fait de vous pardonner va soulager votre honte et vous donnera de la place pour créer une vision plus empathique et tolérante de votre passé. Notre critique intérieur est parfois peu disposé à nous laisser pardonner notre passé.
Parfois, tu auras encore besoin de te pardonner pour les mêmes erreurs plusieurs fois. Alors, accorde-toi le pardon autant de fois que nécessaire. Nous sommes parfois trop durs avec nous-mêmes en trainant un sentiment de culpabilité. Faites surtout très attention à la culpabilité que vous pourriez éprouver. Tâchez d’évaluer d’éventuels facteurs extérieurs impliqués dans la situation. Les évènements sont parfois incontrôlables, mais nous nous cramponnons toujours à nos sentiments de culpabilité. Voyez si ces actes étaient vraiment hors de votre contrôle et tâchez de vous pardonner pleinement. Le fait de rédiger une lettre peut être un outil mental et émotionnel puissant pour démarrer la procédure quand il s’agit de vous pardonner  . Rédigez une lettre à la personne que vous étiez dans le passé et employez un ton gentil et affectueux. Rappelez à cette personne du passé (votre critique intérieur) que vous avez pu faire des erreurs. Mais vous savez que vous n’êtes pas parfait et que c’est normal. Nous pouvons souvent tirer des enseignements utiles de nos erreurs.Souvenez-vous que vos agissements ou votre attitude peuvent avoir été vos seules connaissances à ce moment-là. 
Savoir se féliciter

Savoir se féliciter pour s’accepter soi-même

Après ma liste de gratitude, puis de pardon, je fais la liste de mes félicitations. Pour cela, je reviens sur ma journée et je liste les choses dont je me sens fière. Et, je me félicite, je me dis bravo. Ainsi, je m’encourage à continuer, à persévérer dans les choses qui me tiennent à coeur, à persévérer dans mon apprentissage à être une bonne personne aussi. C’est pourquoi il est essentiel pour moi, pour s’accepter soi-même, de savoir se féliciter.D’être capable de se dire : « Je suis fier.e d’avoir fait cela, d’avoir réagi comme cela, d’avoir pensé ainsi… » Parce que, trop souvent, nous croyons que c’est la critique qui nous pousse à devenir meilleurs, mais pour moi, ce sont les félicitations qui sont les plus puissantes. En effet, je pense que ce n’est pas dans le rejet de soi-même et les critiques que l’on avance dans la vie, mais c’est dans l’acceptation de soi-même et les encouragements. En fait, c’est l’amour qui est le meilleur remède dans la vie. Pas la haine, pas le rejet.

 Savoir s’aimer

Nous n’avons pas appris à nous aimer nous-mêmes. Bien au contraire, je dirais. En fait, de notre enfance, nous avons retenu que nous pouvions mieux faire, que nous devions faire des efforts. En d’autres termes, que nous n’étions jamais assez bien et que nous ne le serions jamais vraiment. Autrement dit, nous avons grandi avec cette fausse idée de ne pas être la bonne personne.  C’est pourquoi aujourd’hui il est essentiel, urgent même d’apprendre à s’aimer et à s’accepter soi-même. Mais, s’aimer c’est quoi ?S’aimer, c’est s’aimer malgré tout. Malgré nos défauts et nos imperfections. Malgré nos erreurs aussi. S’aimer, c’est arrêter de mettre des conditions à notre amour : « Je m’aimerais quand… » C’est arrêter également de s’empêcher de s’aimer, parce qu’on a fait des erreurs : « Je ne m’aime pas, parce qu’il y X années, j’ai fait cela… » En fait, il est temps de comprendre que l’amour est un élan du coeur sur l’instant, c’est une ouverture, une décision même.Oui, on décide d’aimer une personne. Parce qu’il n’est pas question ici qu’une personne mérite ou non notre amour, car ce ne serait pas de l’amour. Alors, cesse de vérifier si tu mérites ou non ton amour. Décide de t’aimer. Malgré tout.Pour cela, je t’invite de tout coeur à te regarder dans les yeux à chaque fois que tu passes devant un miroir.
 Et plutôt de chercher les choses qui ne vont pas chez toi, fais silence dans tes pensées et dis-toi seulement cela : « Je m’aime et je m’accepte comme je suis. »

Changez vos attentes en ce qui vous concerne

Quand vous avez des attentes irréalistes pour vous-même, vous allez au-devant de déceptions. Cela ne va pas, en retour, vous faciliter la tâche pour vous accepter. Changez vos attentes de vous-même. Si vous dites, par exemple, que vous étiez trop paresseux aujourd’hui pour nettoyer la cuisine, changez vos attentes et dites que vous avez préparé un diner pour toute la famille et que vous pouvez demander à vos enfants de vous donner un coup de main pour nettoyer la cuisine avec vous le lendemain après le petit-déjeuner.

Apprenez à être digne de compassion

La compassion
Il peut sembler bizarre ou malaisé de dire que vous allez vous forger de la compassion pour vous-même, parce que cela peut sembler égocentrique. Mais l’art de la compassion pour soi-même est le ciment de l’acceptation de soi. Cela est dû au fait que la compassion est la « conscience sympathique de la détresse des autres et le désir de la soulager   ». Vous méritez à votre tour cette même compréhension et cette gentillesse ! La première mesure à prendre en direction de cette compassion pour vous-même est de valider votre propre valeur.Il est facile et assez courant de laisser aux autres le soin de décider de vos pensées, de vos sentiments, opinions et convictions.  Plutôt que de laisser les autres décider à votre place, vous devriez vous forger les vôtres. Apprenez à valider et à approuver quoi que ce soit de vous-même, sans avoir besoin de le chercher auprès des autres.

Entraînez-vous à affirmer quelque chose tous les jours

Une affirmation est une déclaration positive censée vous encourager et vous remonter le moral. L’emploi de cette méthode sur vous-même peut être un outil puissant pour vous permettre d’avoir plus de compassion pour vous-même . L’autocompassion permet d’avoir plus d’empathie pour soi-même et de mieux pardonner à la personne que l’on été, ce qui aide à surmonter des sentiments de culpabilité et de regret. Des affirmations journalières peuvent changer progressivement votre façon de vous critiquer. Forgez-vous de la compassion tous les jours en faisant des affirmations à l’oral, à l’écrit ou en pensée. En voici quelques exemples.
  • Je suis capable de surmonter des périodes difficiles, je suis plus fort que je ne le crois.
  • Je ne suis pas parfait et je fais des erreurs et c’est tout à fait normal.
  • Je suis une fille gentille et attentionnée pour mes parents.
Faites une pause compassionnelle. Prenez le temps d’être gentil avec vous-même quand vous voulez avoir plus de compassion, si vous avez parfois du mal à accepter un aspect particulier de vous-même. Reconnaissez que votre jugement de vous-même vous crée des souffrances et que cela peut être trop dur. Souvenez-vous d’être gentil et de vous entrainer à vous affirmer davantage.Si vous pensez par exemple que vous n’avez pas la silhouette idéale et que vous êtes trop gros, reconnaissez que ces pensées ne vous font pas du bien et dites-vous que vous ne voudriez pas dire des choses pareilles à un ami parce qu’elles vous dépriment et sont inutiles. Dites quelque chose de gentil : « Mon corps n’est sans doute pas parfait, mais il est à moi et il est en bonne santé. Il me permet aussi de faire ce que j’aime, comme de jouer avec mes enfants. »

Faire des compliments

Le compliment stimule les sentiments positifs chez les deux personnes en interaction : l’un reçoit la reconnaissance qu’il recherche (même inconsciemment) et dont il a besoin, l’autre ressent la satisfaction de faire du bien à autrui”, vante Marie-Laure Cuzacq.Pour garder de la valeur, il doit néanmoins être sincère et ne pas être répété trop souvent…
Faire des compliments

Demander de l’aide à un professionnel

Parfois, on a beau tenter toutes les techniques d’amélioration d’estime de soi, rien à faire, on persiste à se trouver nul(le) et non avenu(e). Dans ces cas là, si la souffrance est invalidante, alors faire appel à un thérapeute peut aider à comprendre les mécanismes mis en place par notre psyché. “Il est toujourspréférable néanmoins que ce soit un choix volontaire plutôt qu’une soumission à la pression d’autrui”. Quant au choix de la thérapie, psychanalytique ou comportementale, il dépend de chacun et de la nature des traumatismes que l’on a identifiés.

S’accepter, c’est apprendre, grandir et évoluer

 Ce que j’ai à coeur que tu comprennes dans cet article, c’est que s’accepter, c’est avant tout accepter que nous sommes ici pour apprendre, grandir et évoluer.En fait, nous ne sommes pas là pour être parfaits. La vie est une école, alors apprends. Apprends dans la joie, la bienveillance et l’amour. Cesse les critiques, les reproches et même les punitions. Au contraire, ose les compliments, les félicitations et le pardon. Tout ne dépend que de toi. Personne ne pourra le faire à ta place. Alors, fais-le pour toi. Tu en es capable et tu le mérites autant que quiconque sur Terre.

Accepter son corps

Avant de terminer cet article, je voudrais également parler de notre corps.S’accepter, c’est aussi accepter son corps comme il est. Parce qu’on nous fait croire tous les jours à la télévision que la beauté est ainsi et pas autrement. On nous fait croire que nous pouvons transformer notre corps. Et s’il en était autrement ? Et si la beauté était multiple ? Crois-tu être sur Terre pour être en guerre contre ton propre corps ? Crois-tu avoir reçu le miracle de la vie pour cela ? Depuis que j’ai compris cela, tout a changé ! Alors, il est temps pour toi de t’accepter tel que tu es et d’aimer ton corps comme il est. Aime-toi et aime-le de tout ton coeur. Tu es ici pour cela. Pour cela, chaque jour, fais-toi un compliment sur ton physique. Un compliment différent de celui de la veille. Fais-en une habitude.

affirmations de reconnaissance

Affirmations de reconnaissance
Le fait de vous souvenir que vous pouvez souvent apprendre quelque chose de vos erreurs du passé peut vous aider à en avoir une vision féconde. Entrainez-vous à être reconnaissant pour ce que vous avez appris et à accepter que les erreurs fassent partie de la vie. Votre culpabilité ou honte passée ne vous empêchera plus à ce moment-là de vous accepter aujourd’hui. Notez les expressions ou pensées de culpabilité que vous pouvez avoir et faites-en des déclarations de reconnaissance.Une critique ou une pensée dépourvue de gentillesse pourrait être : j’étais horrible avec ma famille quand j’avais la vingtaine, j’ai honte de m’être comporté aussi mal. Une déclaration de reconnaissance : je suis reconnaissant de ce que j’ai tiré des leçons de mon comportement à cet âge, car cela m’a aidé dans l’éducation de mes propres enfants.Une critique ou pensée odieuse : j’ai déchiré ma famille parce que je ne pouvais pas m’arrêter de boire. Une déclaration de reconnaissance : je suis reconnaissant d’avoir réparé mes relations familiales et je le referai à l’avenir.

Entourez-vous de personnes affectueuses

Vous pourriez avoir du mal à vous accepter si vous fréquentez des gens qui vous dénient toute valeur. Quand on n’arrête pas de vous critiquer, il peut être plus dur de vous convaincre que vous avez des forces. Fréquentez des personnes qui vous soutiennent et qui vous aiment. Elles vous donneront l’élan dont vous avez besoin pour vous accepter tel que vous êtes  .

Posez des limites et sachez communiquer avec assurance avec les autres

Quand vous avez besoin d’échanger avec des personnes qui sont critiques et qui ne vous soutiennent pas, vous pourriez avoir besoin de leur imposer des limites. Parlez à ces personnes de telle sorte qu’elles comprennent en quoi leurs commentaires sont stériles et blessants. Si, par exemple, votre patron critique constamment votre travail, vous pourriez lui dire : « J’ai l’impression de ne pas être soutenu suffisamment dans ce que je fais. Je veux faire du bon travail, mais j’ai l’impression qu’il est difficile de vous satisfaire. Essayons de trouver une solution qui puisse nous convenir à tous les deux ».
Sachez communiquer

Conclusion

La procédure d’acceptation de soi-même peut prendre un certain temps. Après tout, vous devez apprendre à revoir votre façon de vous parler. Faites preuve de patience avec vous-même. Le temps est précieux. Donnez de la valeur à chaque jour en faisant preuve d’une patience et d’une compassion infinies pour vous-même.Tenez compte de ce que les autres disent de vous. Essayez de vous améliorer en conséquence, mais ne vous changez pas complètement. Il n’y a pas au monde deux personnes comme vous.
Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils