SENTIMENT DE CULPABILITÉ : COMMENT S EN DÉBARRASSER

ISENTIMENT DE CULPABILITÉ : COMMENT S ' EN DÉBARRASSER

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

 

SENTIMENT DE CULPABILITÉ : COMMENT S ‘ EN DÉBARRASSER ? 

 

Si elle est toujours douloureuse, la culpabilité n’est pas forcément négative. C’est une émotion structurante, qui favorise l ’ empathie, et un repère utile le bien et le mal. La culpabilité est une expérience émotionnelle désagréable, caractérisée par un sentiment de tension d ‘ anxiété , et d ‘ agitation, écrit Laurent Bègue, psychologue social. Mais bien avant de constituer une manifestation inadaptée, elle est  un signe de bonne santé psychologique. Elle nous signale que nous avons mal agi, transgressé nos valeurs, nos principes moraux. Par exemple, je suis toujours en colère contre moi lorsque je m ‘ énerve après une caissière du supermarché. J ’ avais le choix d ‘ agir autrement, de faire preuve de patience; et je n ‘ aime ni perdre mon self-contrôle  ni blesser les autres.

Donc, je regrette les mots  que j’ai eus. Le souvenir des tourments qui accompagne la culpabilité nous incite à être loyaux, à bien traiter les autres humains ou animaux, confirme Laurent Bègue dans son essai : Elle nous rend plus empathiques sensible à leur souffrance, plus rapides à nous excuser. Elle serait donc un utile garde-fou rester dans le droit chemin, une émotion structurante, garante de notre conscience du bien et du mal.  Pourtant, nous le constatons dans la vie quotidienne, notre   culpabilité nous fait rarement avancer sur les voies raisonnables et empathiques. Bien au contraire, il est souvent cause d ‘ angoisse inutile. D ‘ autant que notre ressenti à lui seul ne nous permet pas de distinguer la culpabilité utile de son penchant destructeur.Sentiment de culpabiliter

Depuis quand ressentez-vous ce sentiment de culpabilité ? Est-il permanent, constant, ou bien lié à une rupture ou divorce ? Vous en avez marre de ressentir de la culpabilité et vous souhaiteriez vraiment vous en sortir ? Pourquoi vouloir faire partir en soi le sentiment de culpabilité toxique ?  Peut-être parce qu ‘ alors, comme l ’ estimait Paul Ricoeur. On pourra accéder à une vérité de soi ? “La virilité ne peut être qu ‘ une vérité brisée qui émerge de l ’ épreuve, ayant réussi à faire reculer la culpabilité mortifère”. Affirmait ainsi le philosophe. Alors, comment faire pour vaincre sa culpabilité ?

 UNE ÉMOTION UNIVERSELLE 

Il n’est pas question de valoriser l ’ absence totale  de la culpabilité, caractéristique du psychopathe , pour qui l’ autre n’est qu ‘ un objet. Selon le psychanalyste Jacques Locan, comme la colère ou la joie, elle appartient aux aspects les plus universels et les plus archaïques ,ceux qui apparaissent de façon presque innée . D après la psychanalyste Mélanie Klein, l ’ une des principales spécialistes de la petite enfance ,elle se manifeste dès les premiers mois de la vie et résulte de l ’ ambivalence des sentiments éprouvés pour la mère : l ’ enfant s ‘ en veut de détester cet être par  ailleurs adoré. En raison de nos tendances à nous perdre entre réalité et imaginaire, nous sommes tous condamnés à la culpabilité, y compris pour des actes que nous ne commettrons jamais  ( tuer notre père, notre mère, les voisins ou les collègues de bureau qui nous dérangent ), y compris en prêtant aux autres des sentiments qu ‘ ils n ‘ éprouvent peut-être pas.

Une vision de nous-même trop idéalisée nous poussent aussi à ressentir nos échecs comme des fautes morales : ? Je m ‘ en veux, car je ne suis pas aussi bien que je le devrais ?pire : nous pouvons être torturés par une culpabilité inconsciente que nous ne percevons pas, mais qui nous entraîne vers des conduites  d ‘ échecs ou qui nous rend malades. Pas question, dans l ‘ affaire , de compter sur le surmoi, la conscience morale intériorisée, pour servir de repère. En effet, généralement trop sévère, il nous demande toujours plus ? Renonce à tes plaisirs ?, ? Pense aux autres avant de penser à toi?Tu aurais du réussir beaucoup mieux ?, ? Tu te complais dans ta médiocrité?, etc. Selon Jacques Locan, certains d ‘ entre nous vont jusqu’à commettre des petits délits  (griller un feu rouge, voler au supermarché. ..).Pour avoir enfin une bonne raison de se sentir fautifs.Sentiment de culpabilité

Et la preuve a contrario existe. La culpabilité est si prompte à surgir à chacun de nous que la culpabilisation est l ’ un de nos meilleurs outils pour influencer l ’ autre et l ’ amener à agir comme nous le souhaitons : ? Tu n ‘ as le temps de venir me voir ?  Ce n’est pas grave. Tu viendras quand je serais morte ), soupire cette grand mère à l ’ adresse de sa petite-fille.

 UN SENTIMENT TROMPEUR 

Pour autant, s ‘ estimer coupable ne prouver jamais que ce soit justifié. Entre la culpabilité selon le droit et celle ressenti se tien un monde. Pour preuve, la fameuse culpabilité du survivant : ? Je suis vivant alors que tous les autres passagers de l ’ avion ont péri?,? je suis pleine  santé alors que mon enfant est malade ?. La mère qui confie son bébé à une nounou pour aller au cinéma se sent parfois plus mal que l ‘ automobiliste qui a accidentellement renversé un piéton ou que le tueur en série qui  à égorgé cinquante femmes. Pourquoi cette palette de ressentis devant l ’ action? Parce que rien n’est plus compliqué que de limiter la frontière qui sépare bonnes et mauvaises conduites. Ainsi, selon le philosophe Emmanuel Kant, le mensonge est toujours un mal.

Or, mentir pour sauver des innocents ,comme l ’ ont fait les justes pendant la seconde guerre mondiale n ‘ était-il pas contraire un acte responsable ? Et nous aimons croire qu ‘ une partie de ceux qui se sont empressés de collaborer ont été torturés par la culpabilité. D ‘ ailleurs, se comporter en accord avec la loi ne nous protège même pas du malaise intérieur, physique, de cette boule dans la gorge que créé ce sentiment.
 

COMMENT DIMINUER VOTRE SENTIMENT DE CULPABILITÉ FACE À VOUS-MÊME ET AUX AUTRESCOMMENT DIMINUER VOTRE SENTIMENT DE CULPABILITÉ FACE À VOUS-MÊME ET AUX AUTRES

Tout le monde, sans exception, quels que soient la culture, la religion, l ’ âge, le métier, le sexe vit beaucoup de culpabilité. Le manque d ‘ amour est devenu un fléau partout dans le monde. La culpabilité tient une grande place dans les situations désagréables que nous vivons. En général, ce qui est le plus nuisible, c’est le manque de conscience de notre culpabilité. La plupart des gens sont conscients entre 5 et 10% de ce qu ‘ ils vivent à l ’ intérieur d ‘ eux et les mêmes incidents désagréables se répètent sans cesse. C’est pour cela que ma motivation première  est de fournir des outils pour les aider à développer leur conscience. Se sentir coupable, c’est croire être fautif. Soit nous nous tentons coupables, soit nous tentons de culpabiliser les autres quand ils se permettent d ‘ être ce que nous jugeons de mal.

Il est donc très important d ‘ être alerté à ce qui se passe en soi. Sachez qu ‘ aussitôt que vous ressentez un malaise quelconque, il y a 90 % de probabilité que vous vous sentiez coupable avec vous-même ou une autre personne. En plus de nous causer un mal être intérieur, la culpabilité est aussi la cause de nombreux malaises et maladies un problème physique qui cause de la douleur est un signe de culpabilité. C’est un moyen inconscient que vous utilisez pour vous punir, croyant être une mauvaise personne. Regardez ou cela fait mal faites le lien avec l ’ utilité et cette partie du corps pour avoir ainsi une piste sur la cause de la culpabilité. Par exemple, si vous avez mal aux jambes, qui sont nécessaires pour aller de l ’ avant, vous devez donc regarder de quoi vous vous accusez ou de quoi vous vous en voulez dans votre façon d ‘ aller de l ’ avant.LE SENTIMENT DE CULPABILITÉ PERMANANTE 

Il ne vous reste qu ‘ à vous donner le droit de ne pas pouvoir faire et être ce que vous voulez pour le moment. Les messages de votre corps vous indique toujours d ‘ accepter ce que vous n’ aimez pas de vous et non pas  de changer. Tout changement dans votre vie ne peut se produire qu ‘ au moment où vous acceptez vos limites. C’est -à -dire ce que vous n ‘ aimez pas être. C’est le seul moyen pour arriver un jour à être tel que vous voulez être. Quand vous culpabilisez quelqu’un, vous pouvez prendre conscience que ce que vous le jugez d ‘ être est le reflet d ‘ un jugement sur vous. Vous apprenez donc que vous vous en voulez du même degré quand vous osez être ce que vous jugez.

  1. La culpabilité montre que vous vous en demandez trop pour le moment. Vous avez oublié que s ‘ aimer véritablement c’est se donner le droit de vivre toutes sortes d ‘ expériences en tant qu ‘ humain pour apprendre su soi.
  2. Peut attirer votre attention sur le fait que vous ne mettez pas en application  la notion de responsabilité. Être responsable c’est savoir que nous créons sans cesse notre vie selon nos décisions, nos actions et nos réactions c’est en plus savoir que c’est nous qui devons en assumer les conséquences. Être responsable ,c’est se souvenir aussi que les autres créent leur propre vie et qu’ ils revient d ‘ assumer leurs propres conséquences.

Aussitôt que la culpabilité se manifeste dans votre vie, vous pouvez devenir conscient que ce n’est  plus vous qui dirigez votre vie, mais votre ego à qui vous donnez trop de pouvoir . Seul l ’ ego croit au bien et au mal. Quand nous sommes dans notre cœur, au lieu de nous juger, nous nous observons et avons de la compassion pour les limites humaines que nous avons tous. Selon votre ego, si vous vous accusez beaucoup, il  y a plus de chances que vous vous améliorer, alors qu ‘ en réalité c’est l ’ opposé. Par exemple, si vous êtes une personne colérique, avez-vous remarqué que plus vous vous accusez et vous promettez d ‘ arrêter de l ’ être, plus vous recommencez ? C’est la même chose quand on culpabilise l ’ autre : notre ego croit que cela l ’ aidera à ne plus commencer alors que nous savons tous que cela est faux.Sentiment de culpabilité

L’ antidote à la culpabilité : mettre en application la loi de la responsabilité . En acceptant d ‘ assumer les conséquences de nos actions. Vous apprenez ainsi ce qui est intelligent pour vous ou non. Donc,  au lieu de considérer une action comme mauvaise ou comme une erreur, vous devenez reconnaissant de pouvoir l ’ utiliser pour vous aider à vous diriger davantage vers une attitude intelligente. Prenons un exemple d ‘ être colérique. Être responsable et vous aimer, ce serait de vous demandez quelles sont les conséquences nuisibles pour vous d ‘ être colérique. Prenez le  temps d ‘ en prendre conscience. En suite, décidez de ce que vous voulez vraiment dans cette situation… cela correspond à votre besoin. Il se peut que ce soit de parler calmement… quelle que soit votre réponse dites merci à cette partie  de vous avoir aider à découvrir un besoin.

Le plus importante est de prendre conscience si les décisions sont intelligentes et bénéfiques pour vous ou pas. En gardant bien en tête ce que vous voulez, vous pouvez  tout doucement commencer à faire des actions différentes tout en vous donnant le droit de prendre le temps que cela prendra pour cibler votre besoin.

Le seul moyen pour être ce que nous voulons, c’est de se donner le droit d ‘ être ce que nous ne voulons pas, et ce, sans accusation ni culpabilité.

 

LE SENTIMENT DE CULPABILITÉ PERMANANTE 

Ce sentiment devient une expérience émotionnelle désagréable et dommageable quand il s ‘ installe durablement. Quand il s ‘ accompagne d ‘ autres sentiments négatifs comme par exemple celui d ‘ infériorité  (je suis indigne de); d ‘ illégitimité (je ne mérite pas); de honte  ( j ‘ humilie mes proches). Voilà de quoi éroder significativement l’ estime de soi. La culpabilité est notre propension à nous rendre coupable de crimes imaginaires. Elles devient alors une arme redoutable pour ceux qui savent le manier. C’est le cas notamment des pervers narcissiques qui ont l’ art de faire culpabiliser leur victime pour la rabaisser, l ’ asservir. Mais les pervers narcissiques n ‘ en ont pas l ’ apanage. Qui n ‘ à absolument jamais pratiqué un chantage effectif même inconsciemment ?Sentiment de culpalité

Et, qu’ est-ce que le chantage affectif si n’est un outil de culpabilisation ? Le sentiment de culpabilité génère par ailleurs une importante perte d ‘ énergie liée aux ruminations, aux peurs, aux stress, voire aux angoisses qui peuvent l’ accompagner, d ‘ ou l’ intérêt de se libérer de la culpabilité. Il est donc important de devenir conscients que l’ égo est la source de notre culpabilité  pour qu ‘ il cesse de diriger notre vie. L ’ égo ne peut connaître nos besoins véritable être agit comme un robot selon ce qu’ îl à appris. Il n ‘ a aucune idée à quel point notre vie serait plus agréable sans ce sentiment de culpabilité. Être coupable, c’est être fautif, c’est avoir commis une faute.

Lorsque l ’ on se sent coupable, on se blâme, on se condamne d ‘ avoir fait quelque chose de mal. Mais cela est très relatif. Qui décide ce qui est mal, ce qui est une faute?  Ce sont nos croyances, ce que nous retenons notre éducation et notre morale qui détermine notre propre degré de culpabilité ainsi que notre tendance à culpabiliser les autres. Il existe quatre facteurs majeures pouvant déclencher un sentiment de culpabilité.

  1. Laisser notion de bien et mal diriger notre vie, alors que cette a souvent été définie par d ‘ autres personnes
  2. Croire que de s ‘ accuser nous aidera à ne recommencer
  3. Croire que de sentir coupable démontre que nous sommes une bonne personne et que ceux qui ne sentent pas coupable sont indifférent au tant qu ‘ ils peuvent fais  (à eux-mêmes ou aux autres)
  4. Croire que cesser de d ‘ accuser signifie se donner le droit de faire n ‘ importe quoi, ce qui serait mal.

Il est urgent de devenir plus en plus conscients des innombrables fais où nous ressentons de la culpabilité à cause des conséquences.Sentiment de culpabilité

  • La culpabilité entretient nos blessures  qui sont à l ’ origine même du problème. Elle les renforces au lieu de les atténuer et la souffrance intérieure augmente en conséquence.
  • Nos relations sont affectés. Car nous accusons les autres ou même titre que nous-mêmes. Nous créons ainsi des relations de pouvoir où nous cherchons à imposer notre code moral et nos croyances.
  • La culpabilité nous fait vivre beaucoup d’ émotions, comme la frustration, l ’ impatience, l’ intolérance, la colère, la peur des émotions nous prennent beaucoup d ‘ énergie et fatigue notre corps physique qui peut devenir malade.
  • Nous pouvons aussi attirer des malaises, des maladies ou des accident douloureux. Croyant qu ‘ en nous punissant ainsi, nous pourrons neutraliser notre culpabilité. Nous avons effectivement appris que lorsque nous sommes déclarés coupable, nous devons être punis.

Voici quelques suggestions pour vous aider lorsque vous vous rendez compte que vous vous sentez coupable, que vous accusez une autre personne ou que vous essayez de la culpabiliser.

  • La première chose à faire est de vous remercier d ‘ en être devenu conscient, ne ne vous accusez pas. Observez, accueillez la culpabilité qui a pris le dessus dans telle situation ou avec telle personne. Sachez que quand vous culpabiliser une autre personne, vous découvrez ainsi une croyance qui vous appartient.
  • Ensuite, regardez de quoi vous avez peur pour vous dans cette situation. Il y toujours une peur cachée derrière la culpabilité. En réalité, s’il arrivait aux autres ce que vous craignez, vous n ‘ avez pas peur pour eux, mais toujours pour vous
  • Devenez une personne responsable. Reconnaissez que vous centrez votre vie selon toutes vos décisions, actions et réaction et que c’est à vous d ‘ en assumer les conséquences. Souvenez que la plupart de vos peurs sont irréelles et il y a de fortes chances qu ‘ il n ‘ arrive jamais ce que vous  vous craignez. Par exemple, si vous vous sentez coupable de trop manger, de trop vous , amuser,   de paresser parfois, êtes vous convaincus que vous ne pourriez pas gérer les conséquences ou le jugement dont vous avez peur?
  • S ‘ il s ‘ avère  que les conséquences sont vraiment au-delà de vos limites, voilà l. occasion idéale de décider d ‘ agir avec INTELLIGENCE. C’est – à-dire de choisir ce qui semble le plus bénéfique pour vous, ce qui occasionne le moins de conséquences nuisibles. Vous choisissez ainsi de changer certaines de vos comportements ou attitudes par amour pour vous et non parce que votre ego dit c’est mal.
  • Quand vous pensez avoir commis une erreur, souvenez-vous que ce ne sont pas les erreurs mais des expériences qui s ‘ avère très souvent utiles pour le futur
  • Si vous vous sentez coupable de quelque chose d ‘ odieux, d ‘ une action que vous trouvez épouvantable, inacceptable, ayez de la compassion pour la partie souffrante en vous qui a agi ainsi, c’est cela s ‘ accepter.
  • L ’ acceptation de soi est l ’ étape la plus importante pour arriver à changer une attitude. Accepter n’est pas synonyme de ?être d ‘ accord?. Au contraire, on peut ne pas être d ‘ accord avec un comportement ou un état d ‘ être tout en ayant de la compassion pour notre partie humaine, pour nos limites.

    DÉPASSER SA CULPABILITÉ AIMER LA VIE DANS TOUS LES DÉTAILS ET À TOUS INSTANTS

Écouter sont sentiment de culpabilité, puis accepter que nous faisons de notre mieux, sont les deux premières étapes pour parvenir à dépasser sa culpabilité. Troisième clé : ne pas se laisser culpabiliser par autrui, et donc parvenir à négocier, à combiner l assouvissement de ses propres besoins avec ceux de son entourage. Pour Locan, la seule chose dont nous puissions être coupable est, en effet, se ne pas assumer nos désirs, d ‘ être “moralement lâches”. Il ne parle pas, ici “de la vie lubies ou de pulsions sexuelles à assouvir sur le champ, encore moins de tendance criminelle ou perverses, mais de la force vitale qui mène notre existence” . Jung, un autre grand psychanalyste, jugeait d ‘ ailleurs la culpabilité avant tout comme celle de soi vis-à-vis de soi : en s ‘ acceptant soi-même, on pourra alors éjecter cette culpabilité.

    LA GRÂCE, UNE ISSUE À OBSESSION DE LA CULPABILITÉ 

Toute la thématique de la faute, de la souillure, du péché, de l ’ expérience du mal, qu ’ avait relancée la seconde guerre mondiale, hante l ’ oeuvre du philosophe Paul Ricoeur : il en sera même son objet privilégié d ‘ interrogation philosophique. Le philosophe Nietzsche est celui qui a le plus fortement dénoncé le sentiment de culpabilité : il critiquait ainsi le christianisme qui, pour lui, “avait fait le malheur de l ’ homme en le culpabilisant “il n ‘ avait pas totalement tort : ainsi Jean Deluneau a, dans son ouvrage Le péché et la peur démontré comment au cours des siècles “l ’ église a diffusé un message culpabilisant, insistant sur un Dieu inquisiteur, comptable et vengeur “. De fait, François Dasse, biographe de Paul Ricoeur, l ’ affirme : ” tant au plan historique qu individuel, la remontée vers l ’ origine précise du sentiment de culpabilité semble barrée.

Mais on peut affirmer qu ‘ il s’ enracine dans une déchirure du tissu relationnel”. Ce que suggère également le philosophe Martin Buber, qui estimait que la culpabilité constitue une blessure du rapport toi-moi, représentant de fait une culpabilité à l ’ égard d ‘ autrui. C’est donc en soignant le lien à l’autre qu ‘ on parviendra, aussi,à la dépasser. Le message que nous peut, alors, nous faire parvenir la psychanalyste, tel que l ‘ affirme Paul Ricoeur, c’est “sa capacité a rétablir la communication “. Et finalement, pour ce philosophe “la grâce représente une issue à obsession de la culpabilité”.

APPRENDRE À SE CONNAITRE 
 

    AIMER LA VIE DANS TOUS LES DÉTAILS ET À TOUS INSTANTS 

Dans la souffrance, l ’ écrivain russe Dostoïevski à exploré “les sous-sols de la conscience et les prisons de l ’ âme “, ainsi que l ‘ écrit le journaliste Eltchaninoff. Et il apparaît, encore aujourd’hui, bien que ayant envoyé promené depuis les années 60 les vieilles figures de l ’ autorité  ( qu ‘ il s ‘ agisse des dieux, des pères ou des traditions ), que “la culpabilité chassé par la porte s ‘ est réintroduite par la fenêtre “. Et il nous est ainsi, “difficile de se délester du sentiment d ‘ avoir mal aimé, mal agi, mal fait “. Dans son roman l ’ adolescent, Dostoïevski esquisse le principe moteur intime qui peut réhabiliter cette culpabilité, sous le terme étonnant de “vie vivant “. Et en effet, la notion d ‘ une vie “pas ennuyeuse et qui n’est autre que le sentiment d ‘ intensité de la vie, fait de la joie d ‘ être en vie le fondement d ‘ une culpabilité heureuse.

Toujours selon Dostoïevski, c’est la culpabilité envers les “petits autres ” qui soit remplacer la culpabilité aliénante face au grand acte, que représente le dieu vengeur ou le grand inquisiteur. Michel Eltchaninoff suggère alors : Aimer la vie dans ses détails, à tous les instants, telle est finalement la clé, aussi à penser que difficile à réaliser de la pensée de Dostoïevski “.

IDENTIFIER CE QUI GÉNÈRE CE SENTIMENT DE CULPABILITÉ ET L ’ INFORMATION QU ‘ IL VOUS DONNE 

Croire que l ‘ on puisse être parfait relève du fantasme. Tout être humain à ses limites. Ses contradictions, vous le savez certainement vous avez tendance à l ’ oublier, il vous suffit d ‘ observer les personnes autour de vous pour s ‘  en rendre compte.

   RECONNAÎTRE SES BESOINS Sentiment de culpabilité

Vous avez besoin de travailler pour gagner votre vie vous épanouir, n’ est-il donc pas normal que vous fassiez garder vos enfants ? Vous avez besoin de préserver votre vie familiale, n’est-il donc pas normal que vous ne preniez pas la charge à votre domicile de votre maman dépendante ?

  APPRENDRE À SE CONNAITRE 

Plus nous nous connaissons, plus nous devenons objectif sur l ’ évolution de nos qualité compétence, force et faiblesses. Nous comprenons mieux nos mécanismes comportementaux et sommes capables de les accepter ou les modifier. Le sentiment de culpabilité n ‘ a donc plus sa place.

 ÊTRE BIENVEILLANT ENVERS SOI 

Et d ‘ autres mots s ‘ aimer d ‘ avantage ! Si nous sommes capables de compassion envers les autres, pourquoi s ‘ interdire d ‘ être bienveillant avec soi ? A quoi sert de se juger ? Est-ce que vous jugeriez votre meilleur ami dans votre situation ou chercherez-vous à le rassurer, le conseiller, l’ aider ?

 AGIR POUR TRANSFORMER LA CULPABILITÉ EN RESPONSABILITÉ 

Comment ? D ‘ abord en élargissant votre point de vue. Il y a toujours plusieurs façons de regarder une situation. Changer des perspectives, plaçons-nous en spectateur de notre situation en imaginant que nous sommes quelqu’un d ‘ autres d ‘ un autre âge, d ‘ une autre culture, du sexe opposé. Que ferait cette personne, culpabiliserait-elle dans ce cas ? Si la réponse est ? non ?: nous sommes donc l ’ unique responsable de ce sentiment. Les pistes précédentes seront donc très utiles pour travailler afin d ‘ éliminer se sentiment. Il peut également être nécessaire de se faire aider par un professionnel de l ’ accompagnement. Si la réponse est ? oui ?. Il y a très certainement une action qui nous permette de réconforter notre conscience.

Qu ‘ elle est cette action ? Par exemple, si nous avons porté un jugement sur une personne ou dit du à son encontre, peut-être pouvons nous lui demander pardon. Les minutes d ‘ inconfort générées par cet aveu seront certainement largement compensée par le soulagement de notre conscience et le gain en estime de soi.

 

Sentiment de culpabilité toxique

JOUER AVEC LA CULPABILITÉ EN UTILISANT L ’ HUMOUR, L ’ AUTODÉRISION VOIRE L ’ EXAGÉRATION 

Par exemple si vous vous sentez coupable oser prendre du temps pour vous alors que n ‘ avez pas le ménage à la maison vous pouvez en plaisanter et dire à votre entourage ?tu te rends compte, la femme de ménage n’est pas passé, elle ne m ‘ a même pas prévenue. On ne peut même plus compter sur le personnel aujourd’hui ?. L ’ idée n’est évidemment pas s ‘ affranchir de ses responsabilités mais de relativiser pour limiter l ’ impact émotionnel négatif qui lui ne change pas la situation. 

 

On n’est pas responsable de ses pensées. On est coupable seulement de celle que l ‘ on cultive  (Romancier QuébécoQuébécois 

 
 
Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils