COMMENT SE PROTEGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

COMMENT SE PROTÉGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ?

Les infections sexuellement transmissibles ( IST ), autrefois appelées maladies sexuellement transmissibles ( MST ). Sont des infections au niveau de l ’ appareil génital des hommes et des femmes. Chaque jour, dans le monde, plus d ‘ un million de personnes contractent une infection sexuellement transmissible ( IST ). Les infections sexuellement transmissibles ( IST) sont des infections dues à des virus , des bactéries, des parasites ou des champions, principalement transmises au cours des relations sexuelles. La plus connue est l ’ infection par le VIH/SIDA, mais il en existe une trentaine d ‘ autres : hépatite B et herpès génital en font partie. Pour certains, les vacances sont l ’ occasion de rencontres amoureuses et de plaisirs sexuelles.

À l ’ étranger comme en France, certaines mesures de précaution, donc l ’ indispensable préservatif, doivent être respectées pour se protéger des infections sexuellement transmissibles ( IST ) qui, elles, ne connaissent pas de frontières !

QUE CACHE LE SIGLE IST ?

Une infection sexuellement transmissible ( IST) Se transmet principalement lors de relations sexuelles : rapport vaginal, ou oro-génital, chez l ’ homme comme chez la femme. Il existe plusieurs infections sexuellement transmissibles. La plupart d ‘ entre elles se soignent facilement mais, si elles ne sont pas traitées, elles peuvent entraîner de graves complications. Il est donc important de se protéger lors de rapports sexuelles et se faire dépister . Les IST se transmettent aussi par un contact avec du sang infecté, par l ’ échange de seringues usagées, par le contact avec un bouton comme par exemple l ’ herpès. Elles peuvent aussi être transmises de la mère à l ’ enfant notamment lors de l ’ accouchement (herpès, syphilis, hépatite B).
COMMENT SE PROTÉGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

LES SYMPTÔMES DES INFECTIONS SEXUELLES

  • Les démangeaisons ou des sensations de brûlure ciblées autour du sexe ou de l ’ anus
  • De la fièvre et de la fatigue
  • Des écoulement inhabituels par le punis, le vagin, ou l ’ anus. Les IST ne provoquent pas toujours des symptômes, elles passent souvent inaperçu pendant longtemps.

COMMENT PRÉVENIR LE VIH/SIDA ET LES IST ?

Évitez les conduites sexuelles à risque pour le VIH/SIDA. À moins d ‘ avoir des rapports sexuels seulement dans le cadre d ‘ une relation monogame durable avec un partenaire séronégatif et après avoir fait un test de dépistage du VIH/SIDA qui s ‘ est révélé négatif (3 mois après le dernier rapport à risque). Il faut utiliser systématiquement des préservatifs pour la pénétration vaginale , mais aussi anale et pour la fellation. Désormais, les personnes très exposés au VIH peuvent recevoir un traitement préventif à prendre avant et après un rapport sexuel (ou en continu ) pour éviter la contamination. Le traitement appelé PrEP (prophylaxie pré-exposition ) est disponible dans des consultations spécialisées dans les hôpitaux.

PRÉVENIR LA TRANSMISSION À L ’ AUTRE PERSONNE

  • Évitez tout rapport non protégé tant que l ‘ on n’est pas guéri,
  • Utilisez sympathiquement des préservatifs,
  • Se soigner correctement et en retournant voir le médecin pour vérifier la guérison,
  • Prévenir ses part susceptibles d’être infectés qu ‘ ils se soignent de leur côté.

COMMENT SE PROTÉGER DU VIH/SIDA ?

Le virus de l ’ immunodéficience humaine (VIH) provoque l ’ affaiblissement des défenses immunitaires de l ’ organisme en détruisant certains lymphocytes. Après plusieurs années et en l ’ absence de traitement. L ’ infection provoque le développement d ‘ une déficience immunitaire sévère, appelée syndrome d ‘ immunodéficience acquise (sida). Le VIH se transmet par le sang (plaies, injections,transfusions ), les sécrétions sexuelles (sperme, liquide séminal, sécrétions vaginales ), par le lait maternel et à travers le placenta pendant la grossesse. Le sida reste, à ce jour, une maladie grave malgré la mise au point de médicaments bloquant efficacement la prolifération du virus. On peut vivre avec le VIH, mais on ne peut pas encore en guérir et les traitements finissent par être lourds à supporter au quotidien.
SE PROTÉGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES
Hormis l ’ abstinence, l ’ activité l ’ utilisation correcte du préservatif reste le seul moyen de prévention efficace contre le VIH et les IST en général. Dans les pays en voie de développement, il est préférable de refuser toute transfusion sanguine et tout acte chirurgical sauf en cas de nécessité absolue. Évitez si possible des soins par voie injectable. Ces mesures vous protégeront également d ‘ autres maladies infectieuses, par exemple les hépatites. Si des injections sont impératives, prenez garde à ce que les aiguilles et les seringues soient à usage unique. Pour en être sûre, faites ouvrir les emballages sous vos yeux.
Si vous suivez un traitement injectable (contre le diabète, par exemple ), emportez votre matériel avec vous, les certificats médicaux en justifiant l ’ usage. En voyage, évitez les tatouages, les perçages d ‘ oreilles, les piercings, les barbiers, l ’ acupuncture et autres pratiques locales impliquant l ’ utilisation d ‘ instruments coupants ou piquants.
De même pour les soins dentaires : raison de plus pour faire une consultation de contrôle chez votre dentiste avant de partir.

Les préservatifs en voyage : il est préférable d ‘ acheter vos préservatifs masculin ou féminin. avant de partir car vous n’êtes pas sûr d ‘ en trouver facilement au cours de votre voyage. Choisissez-les certifiés CE, de préférence lubrifiés et avec réservoir. Si vous utilisez un lubrifiant, vérifiez qu ‘ il est compatible avec vos préservatifs : n ‘ utilisez jamais de corps gras qui fragilisent le latex pour plus de sécurité, cela augmente le risque de rupture ! Pour la fellation il existe des préservatifs non lubrifiés et aromatisés. Pour le cunnilingus, découpez un préservatif masculin dans le sens de la longueur .

COMMENT SE PROTÉGER DE L ‘ HERPÈS ?

L ’ herpès génital est dû à un virus. Il se manifeste par l ’ apparition de petites vésicules localisées au niveau de l ’ appareil génital, et l ’ anus ou des fesses. Ces vésicules entraînent souvent des démangeaisons, des brûlures, voire des douleurs, mais elles peuvent également resté à vie dans l ‘ organisme et peut réapparaître à tout moment, en périodes de fatigue ou pendant les règles. Le virus de l ’ herpès étant contagieux, l ’ utilisation de préservatifs est indispensable. Néanmoins, il est possible d ‘ être contaminé par les vésicules situées à proximité des organes génitaux, là où le préservatif ne protège pas. Il est donc préférable de s ‘ abstenir d ‘ avoir tout rapport sexuel pendant une poussée d ‘ herpès.
Si vos poussées d ‘ herpès sont fréquentes, votre médecin pourra vous prescrire un traitement préventif à emporter en voyage.

COMMENT SE PROTÉGER DES HÉPATITES B ET C?

COMMENT SE PROTÉGER DES HÉPATITES B ET C?

Les hépatites B et C se transmettent par les fluides corporels (sang, sperme, etc. l ’ hépatite B se transmet lors de contacts sexuels ( ce qui est beaucoup plus rare dans le cas de l ’ hépatite C) . Ces hépatites peuvent devenir chroniques et entraîne à terme de sérieux dommages au niveau du foie. La prévention de la contamination passe par l ’ utilisation systématique du préservatif, comme pour le VIH (le vaccin contre l ’ hépatite B est recommandé à tous les enfants et aux adultes non vaccinés.

La gale : cette maladie est causée par un petit parasite qui creuse des galeries sous la peau. Elles se manifeste par des démangeaisons de plus en plus fortes, surtout au moment du coucher, et des traînées rougeâtres, et visibles en relief sur la peau. Le parasite se transmet par contact direct avec une personne infectée ou par du linge souillé.

COMMENT SE PROTÉGER DE LA SYPHILIS ?

La syphilis est due à une bactérie. Cette maladie contagieuse se manifeste tout d ‘ abord par une ulcération, en général au niveau des organes génitaux ou de la gorge, qui n’est pas douloureuse et qui passe souvent inaperçu. Sans traitement antibiotique, de petites taches rose pâle ou rouge peuvent ensuite apparaître sur le corps. La maladie peut s ‘ aggraver des années plus tard avec des atteintes des articulations, au cerveau, des yeux, etc. Même s ‘ ils restent l ’ indispensable, les préservatifs n ‘ offrent pas une protection absolue contre la syphilis, dans la mesure où la contamination peut avoir lieux lors d’ un baiser profond.
Si votre voyage à été l ’ occasion de nombreuses rencontres amoureuses, et en particulier dans des pays où les mœurs sexuelles sont assez libres, pensez à faire un teste de dépistage . C’est le seul moyen de savoir si vous êtes infecté. Il existe des centres de dépistage anonyme et gratuit ( CDAG), dans de nombreuses villes.

COMMENT SE PROTÉGER DE LA BLENNORRAGIE ?

La blennorragie (ou gonococcie) est transmise généralement lors d ‘ un rapport sexuel non protégé, très rarement par contact avec du linge souillé. Chez l ’ homme, l ’ infection se manifeste par une information de l ’ urètre qui se traduit par des brûlures intenses en urinant ( d ‘ ou son surnom de ?chaude-pisse?),accompagnées d ‘ un écoulement purulent jaunâtre. Chez la femme, l ’ infection passe souvent inaperçu. La blennorragie peut également toucher l ’ anus ou la gorge, ainsi que les yeux (conjonctive) via des doigts souillées. La prévention de cette maladie repose sur l ’ utilisation systématique des préservatifs et le respect des règles d’hygiène ( lavage des mains et sous-vêtements propres.)
COMMENT SE PROTÉGER DE LA BLENNORRAGIE
Actuellement, la blennorragie, qui est présente dans le monde entier, est en voie de recrudescence dans les pays en voie de développement et ceux d ‘ Europe de l ’ est.

Se protéger des mycoses vaginal : les mycoses vaginales sont dues à des champions de la famille des levures. Elles se traduisent par des démangeaisons de la vulve et du vagin, ainsi que par des écoulements épais et rougeâtres. Pour éviter ce type d ‘ infection, évitez les bains prolongés en piscine ou en jacuzzi , portez des vêtements amples en coton ou en matière naturelle; évitez les savons trop détergents pour la toilette interne. De plus utilisez des préservatif lors de rapports sexuels avec un nouveau partenaire.

COMMENT SE PROTÉGER DES CHLAMYDIOSES ?

Les chlamydioses sont des infections urogénitales dues à des bactéries du genre chlamydia. Ce sont des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes. Dans un cas sur deux, elles passent inaperçues . Lorsque des signes sont présent ils sont peu inquiétants : écoulements discrets brûlures en urinant, douleurs du bas-ventre ou pendant les rapports sexuels. Si la maladie n’est pas correctement signée, des complications peuvent survenir et, en particulier, des problèmes de fertilité. La lymphogranulomatose vénérienne, ou maladie de Durant-Nicolas favre, est une forme particulière de chlamydiadose, plus fréquente chez les voyageurs séjournant en région tropicale.
Elle est présente en Afrique, en Amérique latine, dans les caraïbes et en Asie du Sud-Est, mais aussi dans les grands ports internationaux( à Rotterdam notamment ). Des cas de plus en plus nombreux sont signalés en France. L ’ utilisation systématique du préservatif pendant les rapports sexuels est le seul moyen de prévenir les chlamydioses.

COMMENT SE PROTÉGER DES CONDYLOMES ?

Les condylomes sont de petites excroissances dues à des papillomavirus humains (HPV) et qui ressemblent à des verrues sur les organes génitaux et l ’ anus, ils se manifestent parfois plusieurs années après la contamination et ne sont pas toujours visibles à l ‘ œil nu. Ces virus peuvent favoriser l ’ apparition de cancers de l ’ utérus du rectum etc.). Après traitement (azote liquide, laser, électrocoagulation ) une surveillance prolongée est nécessaire pour prévenir toute récidive. La contamination se fait par voie sexuelle, l ’utilisation du préservatif est donc indispensable, néanmoins, il n’offre pas une protection absolue.
Le condylome se transmet de peau à peau et les lésions peuvent se situer à des endroits non protégé par le préservatif. La contamination peut également se faire par des doigts souillés.

COMMENT SE PROTÉGER DU CHANCRE MOU ?

SE PROTÉGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Le chancre mou est l ’ infection bactérienne due au bacille de Ducrez (haemophilus ducrez ). Il se manifeste par de petits ulcérations, souvent douloureuses au niveau des organes génitaux. Si le chancre n’est pas traité, il existe un risque de sur infection. Le port du préservatif est le seul moyen de prévention, mais il n ‘ offre pas une protection absolue. Les lésions peuvent en effet se situer en dehors de la zone protégée par le préservatif.

La contraception féminine en voyage : les oublis de pilules sont fréquents et il est préférable de tenir compte du décalage horaire : si les pilules progestatives classiques tolèrent un retard de prise de douze heures les pilules micro-dosées ne permettent qu ‘ un retard de deux heures, au-delà, elles perdent leur efficacité. En cas de décalage horaire important, le mieux est de faire comme les hôtesses de l ’ air : porter deux montres, l ’ une à l ’ heure locale, l ’ autre à l ’ heure française pour savoir quand prendre sa pilule ! N ‘ oubliez pas de prévoir suffisamment de pilules pour tout votre séjour. Les implants intradermiques ( contraceptifs placés sous la peau et dont l ’ effet dure environ trois ans ) peuvent être indiqués pour les séjours longs et aventureux . Les stérilets sont également pratiques, tout comme les diaphragmes; mais ces derniers doivent être utilisés avec un gel spermicide qui craint parfois la chaleur. La contraception est un sujet à aborder avec un médecin de manière détaillée et plusieurs semaines avant le départ. Attention, seuls les préservatifs protègent des IST.

SE PROTÉGER

Lorsqu ‘ on à nouveau ou une nouvelle partenaire, il est essentiel de se protéger. Même si la personne est sûr d ‘ elle et que vous lui fautes confiance, vous ne pouvez être vraiment à l ’ abri que si vous faites ensemble un dépistage. Avant cela, le préservatif est de rigueur pour éviter les risques de contracter une IST pendant un rapport. Attention, la fellation sans préservatif est aussi une pratique à risque, puisque le virus du sida ou la bactérie de la chlamydia se transmettent entre autres par le liquide séminal ( courant au début d ‘ une érection) et par le sperme. Pour une protection optimale, le préservatif est à placer dès le début des préliminaires. Certaines caresses sexuelles peuvent aussi contaminés.
Dans le doute, ou l ’ absence de préservatif, l ’ abstinence est le meilleur des protections avant d ‘ aller se faire dépister…

SE FAIRE DÉPISTER RÉGULIÈREMENT

SE PROTÉGER DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Afin de pouvoir prendre en charge une éventuelle IST,il est primordial de faire régulièrement des tests de dépistage. Faire un frotti touts les deux ans chez le gynécologue permet aussi de détecter un papillomavirus en cas de doute. Il faut en faire la demande, sachez que la fidélité dans un couple n ‘ empêche pas la venue de ce virus qui peut avoir un temps d ‘ incubation de plusieurs années et parfois être associé à une maladie auto immune. Notre gynécologue pourra encore poser un diagnostic si vous venez le voir pour des perdes irrégulières, des douleurs pendant la miction, des petits boutons ou des démangeaisons qui peuvent être les symptômes d ‘ une IST. Un simple test d ‘ urine permettra également de détecter la présence de la chlamydia.
Enfin, plusieurs tests de dépistage existent pour détecter le virus du sida, vous pouvez vous faire dépister gratuitement dans un CEGIDD ( centre de dépistage et de diagnostic ), dans des locaux associatif, des dispositifs mobiles habilités, ou dans un laboratoire d ‘ analyse médicales. Vous pouvez encore acheter un auto-test en pharmacie en cas de prise de risque après un rapport datant de plus de 3 mois.

OBSERVER QUELQUES RÈGLES D HYGIÈNE

La transmission de certaines IST ou MST peut aussi avoir lieu en partageant du linge contaminé, même si c’est assez rare, soyez attentif en particulier lors d ‘ essayage de maillots de bains ou de sous vêtements dans un magasin : gardez vos sous vêtements comme protection. De même, n ‘ empruntez jamais le rasoir d ‘ un ou d ‘ une ami(e). Enfin, sachez que la consommation de drogues comporte des risques de contamination, c’est le cas avec la prise de cocaïne, de plus en plus répandue en France notamment chez les jeunes. Le partage de matériel de sniff type paille comporte un risque d ‘ infection par bactéries, virus et champignons. Le risque le plus élevé est celui du partage de matériel d ‘ injection type seringue, où la transmission du sida, de la syphilis et des hépatites est fréquente.

SE FAIRE VACCINER CONTRE CERTAINES IST

Il n ‘ existe malheureusement pas encore de vaccin contre le virus du sida, la mononucléose-dite aussi maladie du baiser-l’ herpès buccal ou génital ni la chlamydia. Mais il existe un vaccin efficace contre l ’ hépatite B, maladie du foie extrêmement contagieux et incurable. Ce vaccin controversé pour ses effets secondaires potentiels permet tout de même d éviter cette IST grave et répandue. Il est aussi possible avec un vaccin de prévenir la majorité des papillomavirus, responsables de cancer du col de l ’ utérus et de stérilité chez la femme. Ce vaccin est plus efficace lorsqu’il est inoculé à l ’ adolescence.

SE FAIRE SOIGNER ET AVERTIR SES PARTENAIRES

Certaines IST peuvent être traitées . La syphilis, la chlamydia et la blennorragie (dite chaude-pisse)se soignent avec des antibiotiques sur des traitements plus ou moins long. Il faut réagir vite dans le cas de la chlamydia qui peut causer la stérilité chez la femme. L ’ herpès est incapable, mais des antiviraux permettent de soulager les crises. Quand aux condylomes ils pourront être retirés à l ’ hôpital par électrocoagulation . Dans tous les cas, prévenir vos partenaires est primordial pour qu ‘ ils se fassent dépister, se soignent s ‘ ils ont contracté l ’ IST, et ne vous la transmettent pas à nouveau ou à leurs futurs partenaires. Sachez aussi qu ‘ il existe un traitement d ‘ urgence si vous avez pris un risque avec une personne porteuse du VIH, si vous ne vous êtes pas protégé ou que le préservatif était défaillant.
SE FAIRE SOIGNER ET AVERTIR SES PARTENAIRES

Il s ‘ agit du TPE ( traitement post exposition ) qui doit être prit au maximum dans les 48 heures suivant le rapport. Rendez-vous aux urgences les plus proches de chez vous pour vous le procurer.
Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils