Bienvenue sur le site jeuninfo.com » Réseau social d'actualités » ALIMENTATION SAINE ET DE QUALITÉ : COMMENT LA GARANTIR À VOTRE BÉBÉ

ALIMENTATION SAINE ET DE QUALITÉ : COMMENT LA GARANTIR À VOTRE BÉBÉ

Alimentation saine et de qualité

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ?

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? L ’ alimentation des enfants est capitale pour respecter au maximum les besoins de l ’ enfant dès sa naissance et mettre en place les bases indispensables pour une alimentation saine et équilibre . De plus, cette période de la vie est marquée par le passage progressif d ‘ une alimentation liquide, basée uniquement sur le lait , vers une alimentation de plus en plus diversifiée , offrant à l ’ enfant la possibilité de découvrir différentes textures, saveurs et odeurs . Le respect des recommandations nutritionnelles durant cette phase est essentiel pour assurer le bon développement de l ’ enfant. L ’ alimentation idéale d ‘ un enfant se compose d ‘ aliments riches en éléments nutritifs en énergie, car ses besoins sont grands toutefois, la quantité d ‘ aliments qu ‘ il peut manger est limitée, car son estomac est petit. Pour cette raison, il doit manger fréquemment, soit trois repas jusqu’à l ’ âge de 1 an est une aventure passionnante, autant pour les parents que pour leur bébé .

Elle contribue au développement, à la nutrition, à la curiosité, au partage et à l ’ apprentissage . De plus, l ’ attachement se solidifie grâce aux tâches quotidiennes avec votre bébé. Vous pouvez donner un bon départ à votre bébé pour qu ‘ il acquiert des habitudes alimentaires saines et de qualité tout au long de sa vie

L ’ importance de développer tôt de bonnes habitudes alimentaires

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Il est important qu ‘ un enfant développe de bonnes habitudes alimentaires dès son plus jeune âge, car cela influence les habitudes alimentaires qu ‘ il aura toute sa vie. En effet, les aliments qu ‘ il découvre et apprend à aimer lorsqu’il est petit font très probablement demeurer parmi ses aliments préférés. Offrir une grade variété d ‘ aliments nourrissant à un tout-petit est donc la meilleure manière de l ’ aider à développer ses goûts.

L ’ alimentation de la mère affecte-t-elle la valeur nutritive du lait maternel ?

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? 

Oui, l ’ alimentation de la mère influence la teneur en nutriments de son lait. De manière générale, la concentration en certaines vitamines et en Oméga -3 est plus influençable. Il en est toutefois autrement pour la teneur en nutriments gras, sucre et protéines qui demeure inchangée. D ‘ abord, seule la teneur en gras Oméga -3 présent dans le lait dépend des apports alimentaires de la mère. Si la mère consomme beaucoup de source d ‘ Oméga -3, tels les poissons gras, son lait en contiendra plus. Les Oméga -3 sont essentiels au développement du cerveau du bébé. La présence des vitamines B et C dans le lait maternel est aussi influencée par l ’ alimentation de la mère.

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Par ailleurs, pour la femme qui consomme ou pas de produits d ‘ origine animale doit s ‘ assurer d ‘ un apport en vitamine B12 suffisant, en consommant soit des aliments enrichis ou des suppléments. Par exemple, les aliments ou boissons à base de soja sont souvent enrichis en B12. Des cas de déficiences en vitamine B12 ont été observés chez des nourrissons allaités dont la mère était végétarienne. Enfin, la présence des vitamines A,D,E,et K dans le lait maternel est également complémentaire à l ’ alimentation de la mère. Une attention particulière doit être portée à la vitamine D puisque le lait maternel en contient très peu.

Les bébés allaités sont d ‘ ailleurs plus à risque de carence. Il est donc conseillé, pour tous les bébés allaités, de leur offrir un supplément de vitamine D de 400 unités internationales (UI) par jour. Ainsi, d ‘ un point de vu théorique, l ’ alimentation de la femme affecte la composition de son lait maternel. Il est désirable que la maman ait une alimentation variée et plus équilibrée possible pour s ‘ assurer que son lait contienne tout ce dont son bébé a besoin. Certains professionnels recondamneront la poursuite de la multivitamine prénatale durant la période d ‘ allaitement. Somme toute le lait maternel s ‘ adapte très bien aux besoins nutritionnels de l ’ enfant et demeure l ’ aliment de choix et exclusif pour les 6 premier mois.

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Une évaluation nutritionnelle individualisée avec une nutritionniste afin de prévenir toute carence alimentaire pourrait s ‘ avérer bénéfique dans certains cas plus particuliers (troubles alimentaires, végétalisme, insécurité alimentaire,etc.),

Régime pour femme qui allaite

L ’ allaitement maternel représente le mode d ‘ alimentation optimal du nourrisson. Le lait maternel contient tous les éléments nutritifs nécessaires pour assurer la croissance et le bon développement du nouveau-né. La qualité du lait maternel est directement dépendante de l ’ alimentation de la mère. Le régime pour femme qui allaite se doit donc d ‘ être varié, riche en nutriments et dépourvu de substances pouvant nuire à la santé du nourrisson.

Les points essentiels du régime pour femme qui allaite :

  • Avoir une alimentation variée et équilibrée
  • Assurer un bon apport en calcium et protéines
  • Bannir l ’ alcool du régime alimentaire
  • Éviter le café et autres boissons excitantes
  • Ne pas faire de régime restrictifs
Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? 

Bienfaits du régime pour la santé pendant l ’ allaitement maternel

Le régime qui suit a de nombreux bienfaits pour la santé pendant l ’ allaitement maternel, il permet :

  • Combler les besoins nutritionnels du nouveau-né et de la mère
  • Assurer la croissance et le bon développement du nourrisson
  • Assurer la production d ‘ un lait maternel de qualité et en quantité suffisante
  • Couvrir les besoins accrus de la mère durant la période de l ’ allaitement
  • Éveillé le sens du goût chez le bébé au travers d ‘ une alimentation variée
  • Compenser les pertes liés à l ’ accouchement et reconstruire les tissus maternels.

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Les recommandions préconisent l ’ allaitement exclusif pendant les six premiers mois et la poursuite de l ’ allaitement en intégrant des aliments complémentaires jusqu’à deux ans ou plus.

Allaitement, combien de calories faut-il consommer par jour ?

Le but d ‘ une alimentation saine durant l ’ allaitement est de fournir les éléments nutritifs nécessaires pour assurer un état nutritionnel optimal chez la mère. Les besoins en énergie sont augmentés d ‘ environ 500 Kcal par jour chez une femme qui allaite pour les 6 mois après l ’ accouchement. Si l ’ allaitement est poursuivi sur une période de plus de 6 mois, les besoins devront être augmentés sur toute la période. Un apport en calories trop faible (en dessous de 1500 Kcal/jour) peut entraîner une diminution du volume de lait produit des carences importantes chez la mère des problèmes de santé associés .

Alimentation et allaitement : recommandations alimentaires

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? L ’ alimentation pendant l ’ allaitement doit être au centre des préoccupations de la mère. En effet, la qualité nutritionnelle est, pour le nouveau-né comme pour la mère, un facteur de santé pendant l ’ allaitement, maternel. Une alimentation variée et qui comble les besoins est donc de mise pendant toute la durée de l ’ allaitement.

Quelle alimentation pendant l’allaitement ?

Le régime pour femme qui allaite vise à adopter une alimentation variée et simple. Bien sûr, il est important de consommer suffisamment d ‘ aliments vecteur de protéines et de nutriments. On recommande également de maintenir une bonne hydratation et d ‘ adopter l ’ alimentation si un régime particulier est suivi (végétarien, végan, sans lactose, etc),

Alimentation variée et équilibrée

Céréales
Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Aucune restriction alimentaire n’est recommandée durant l ’ allaitement. Le lait maternel présente des odeurs et des saveurs variables selon les choix alimentaires de la mère, ce qui permet au bébé de goûter différentes saveurs et de se familiariser avec ce que sera son alimentation quelques mois plus tard. Il est recommandé de faire 3 repas par jour et 1 à 2 collations et de consommer un maximum d ‘ aliments variés et de saison. En ce qui concerne les vitamines et minéraux, une alimentation variée et équilibrée quotidienne suffit habituellement à combler les besoins supplémentaires de la femme qui allaite.

Dans le cas d ‘ une carence nutritionnelle avérée, un supplément de vitamine ou de minéraux peut toutefois être nécessaire.

Calcium

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Bien qu ‘ on observe une diminution de la densité minérale osseuse chez la mère durant l ’ allaitement, les apports alimentaires en calcium n ‘ auraient aucun lien. De plus, cette perte de densité serait temporaire, et réversible après l ’ allaitement. L ’ apport en calcium est toutefois augmenté et l ’ alimentation doit apporter 1500 mg de calcium durant l ’ allaitement. Ce besoin accru peut être couvert par la consommation quotidienne de produits laitiers, de légumes verts et d ‘ oléagineux.

Quelques aliments riches en calcium bons pour la santé durant l ’ allaitement maternel :

  • Lait
  • Lait végétale enrichi ( soya, amande, avoine, etc.)
  • Yaourts et fromages blancs
  • Yaourts de soja ou de coco enrichis
  • Fromages
  • Légumes verts : épinards, chou, etc.
  • Noix, noisettes, amandes

Protéines

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Les besoins en protéines sont les mêmes durant l ’ allaitement que durant la grossesse. Ceux-ci sont augmentés d ‘ environ 25 g par jour. En augmentant légèrement la consommation de viande ( et substitue ) et de produits laitiers, cela permet à la mère qui allaite de combler ses besoins supplémentaires en protéines au quotidien.

Cas du végétarisme

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Dans le cas d ‘ un régime végétarien strict ou végétalien, un supplément de vitamine B12 est nécessaire. Une dose de 2 mcg à 2,6 mcg est recommandée si la consommation d ‘ aliments enrichis (Boissons de soya simili-viande, levure alimentaire enrichie ) est insuffisante pour combler les besoins quotidiens.

Hydratation

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ?

À ce jour, il n’ existe aucune preuve de l ’ existence d ‘ un lien entre la consommation de liquides et le volume de lait produit. En effet, il a été démontrée qu ‘ une augmentation de la qualité de liquides consommés n ‘ augmente pas le volume de lait produit. Une bonne hydratation reste cependant indispensable pour maintenir l ’ organisme en bonne santé et compenser les pertes quotidiennes. On recommande de boire 1,5 à 2 litres d ‘ eau repartis sur la journée et de ne pas attendre d ‘ avoir soif pour s ‘ hydrater.

Autres aliments conseillés :

  • Cuisine saine et de saison
  • Fruits et légumes variers
  • Fibres alimentaires
  • Antioxydants
  • Pain et féculents complets
  • Oméga-3

Aliment à éviter pendant l ’ allaitement

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? L ’ alimentation pendant l ’ allaitement doit être minutieusement choisie pour répondre aux besoins de la mère, et de son bébé. Certains aliments sont déconseillés pendant l ’ allaitement, souvent parce qu’ils peuvent nuire à la santé du bébé et de la maman. C’est le cas de l ’ alcool, des boissons excitantes et les régimes très restrictifs, entre autres.

L ’ alcool fait partie des aliments interdites pendant l ’ allaitement

L ’ alcool, même en quantité modérée, doit être éviter durant l ’ allaitement. L ’ alcool se retrouve dans le lait de la mère dans un délai de 30 à 60 minutes si l ’ estomac est vide, et de 60 à 90 minutes si l ’ alcool est pris avec d ‘ autres aliments. Le fait d ‘ extraire le lait maternel n ‘ accélère pas l ’ élimination de l ’ alcool. Il est suggérer de ne pas allaiter jusqu’à ce que l ‘ alcool soit éliminé du sang de la mère. La durée de l ’ élimination varie selon la consommation et le poids de la mère. Une consommation correspond à 250 ml de bière, 12,5 cl de vin ou 4,5 cl d ‘ alcool fort.

Café et tisanes

Allaitement

Une consommation modérer de café (une à deux tasses par jour) est considérée comme acceptable durant l ’ allaitement. Il faut cependant tenir compte des autres sources de caféine comme le thé, les boissons gazeuses de type soda, les boissons énergisante et le chocolat. Une consommation élevée peut rendre le bébé irritable perturber son sommeil. Les boissons qui contiennent de la caféine peuvent être remplacées par des produits décaféinés, de l ’ eau, du lait, des jus, des boissons à base de céréales ou des tisanes. Mais la seule boisson indispensable est l ’ eau pure, qu’il faut boire chaque jour à raison d ‘ 1,5 à 2 litres.

Allaitement, quelle alimentation pour éviter les coliques du nourrisson ?

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Les légumes forts comme le chou, ont souvent été associés aux coliques chez les bébés. Cependant, il semblerait qu ‘ aucun aliment en particulier ne soit réellement associé à ce phénomène. Par contre, on observe des différences de tolérance d ‘ un bébé à l ’ autre. Dans le cas où la mère soupçonne un aliment d ‘ être la cause d ‘ un inconfort chez le bébé, il est recommandé d ‘ en cesser l ’ ingestion durant trois à sept jours et d observer les résultats.

Régime restrictif

Une perte de poids trop rapide peut nuire à la production de lait et par la même occasion à la croissance de votre bébé. Les régimes de perte de poids sont à éviter pendant les 6 premières semaines suivant l ’ accouchement. De toute façon, il est démontré que l ‘ allaitement facilite la perte de poids naturelle chez la mère.

Autres aliments déconseillés :

  • Tabac
  • Fast-food
  • Aliments transformer et industriels
  • Plats préparés
  • Graisse trans et saturées
  • Sucre et produits raffinés

Conseils pratiques au quotidien pour être en bonne santé pendant l ’ allaitement maternel

  • Faire 3 repas équilibrés par jour, plus 1 à 2 collation si besoin
  • A chaque repas, intégrer un produit laitiers à base de lait ou de soja
  • Chaque repas, doit comporter une source de protéines animales ou végétales :
  • Volaille, œuf,poisson, tofu, légumineuses, etc.
  • En collation, intégrer des oléagineux avec un fruit ou un yaourt
  • Cuisiner au maximum avec les produits de saison et éviter les plats préparés
  • Consommer au minimum 2 repas de poisson par jour, en intégrant un poisson gras
  • Dan les soupes, les salades ou les plats, penser à intégrer des légumineuses
  • Introduire un nouvel aliment chaque semaine pour éveiller le sens du goût chez le bébé
  • Remplacer les boissons excitantes par des tisanes d ‘ allaitement vendues en pharmacie ou en magasin bio.

L ’ allaitement au biberon

Allaitement

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Pour nourrir un enfant au biberon dès sa naissance, il faut impérativement utiliser des laits infantiles, encore appelés des préparations pour nourrissons ou substituts du lait maternel. Selon l ’ âge de l ’ enfant, il existe trois catégories de laits infantiles :

  • Les laits ?premier âge?ou laits pour nourrissons pour les enfants de 0 a 6 moi,
  • Les laits ?deuxième age?ou laits de suite, pour enfants de 12 mois, lorsque l ’ enfant a débuté la diversification alimentaire;
  • Les laits ?troisième âge?ou laits de croissance, pour les enfants de 1 à 3 ans. Les laits infantiles répondent à des normes réglementaires rigoureuses et se trouvent sous forme de poudre à diluer au liquide prêt à l ’ emploi .

À savoir : certains acides gras essentiels (acides gras oméga-3 et oméga-6) doivent impérativement être apportés par les matières grasses présentes dans l ‘ alimentation des enfants jusqu’à l ’ âge de 3 ans. Ils sont en effet capitaux pour assurer le bon développement du cerveau de l ’ enfant. Ces acides gras se trouvent dans la formulation des laits infantiles (normalement des laits de croissance ), mais aussi dans les huiles végétales (colza, noix et soja) et les poissons gras ( saumon, maquereau, sardine, hareng…)

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? L ’ alimentation des enfants de moins de un an, de même que les laits végétaux (amande, soja…) entre 1 et 3 ans, il est conseillé de donner à l ’ enfant un lait de croissance, qui est enrichi en fer et en acides gras essentiels par rapport au lait de vache. Si les parents préfèrent opter pour le lait de vache il est préférable de prendre du lait entier. Les autres laits animaux sont déconseillés chez les enfants jusqu’à 3 ans.

Par ailleurs, il existe certaines préparations lactées qui possèdent des propriétés particuliers :

  • Les laits AR pour Anti-Régurgitations présentent des formulations épaissie grâce à des formes particuliers, pour limiter les régurgitations des bébés.
  • Les laits HA pour Hypo Allergeniques son conseillés pour les enfants présentant un terrain allergique mais sans allergie avérée. Ces lait infantiles spécifique ne doivent pas être utilisée sans consultation médicale préalable. D ‘ autres laits infantiles se distinguent par leur composition différente des laits classiques (teneur en lactose, présence de probiotiques ou de prébiotiques…) et pourraient avoir un effet bénéfique sur le fonctionnement du système digestif de l ’ enfant.

Entre 4 et 6 mois, le début de la diversification alimentaire

Les risques d ‘ une diversification trop précoce

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Les recommandions nutritionnelles indiquent que la diversification alimentaire ne doit pas débuter avant l ’ âge de 4 mois. Une diversification trop précoce peut avoir des conséquences négatives pour l ’ enfant telles que:

  • Une insuffisance d ‘ apports nutritifs;
  • Un risque de carence en calcium;
  • Un manque de certains acides gras essentiels;
  • Des problèmes digestifs et rénaux liés à l ’ immaturité de l ’ appareil digestif;
  • Des ballonnements associés à un excès de fibres;
  • Un risque majoré de surpoids ou d ‘ obésité à l ’ adolescence ou a l ’ âge adulte;
  • Le développement d ‘ allergies alimentaires d ‘ eczéma;

Pour introduire le gluten, ensemble de protéines présentes dans les céréales comme le blé, le seigle ou l ’ orge, la période idéale se situe entre 4 et 12 moins, selon les derniers recommandations Européenne.

Alimentation
Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Une diversification progressives et adapté à l ’ enfant . La diversification alimentaire peut commencer à partir de l ’ âge de 4 mois, mais ne dois pas débuter après l ’ âge de 6 mois. Entre 4 et 6 mois, le système digestif et les reins ont atteint un degré de maturité suffisant pour assimiler des aliments variés autres que le lait. Dans la mesure du possible, la diversification doit respecter le rythme de chaque enfant , en fonction de sa capacité à accepter les nouveaux goûts et les nouvelles textures .

À noter ! Retarder au delà de 6 mois la diversification alimentaire est susceptible de provoquer de grandes carence chez l ’ enfant, même allaité au sein, et ne permet pas de réduire le risque d ‘ allergie.

La diversification alimentaire est associé de manière systématique à l ’ alimentation lactée, qui doit rester prépondérante jusqu’à l ’ âge de 1 an, progressivement et successivement différents aliments peuvent être proposés à l ’ enfant parmi les suivants :

  • Les légumes, chaque légume devant être introduit seul pendant 2 à 3 jours pour s ‘ assurer de la bonne tolérance de l enfant . Les légumes à goût fort ou très riches en fibres doivent être éviter au début de la diversification;
  • Les fruits, avec la même précaution que les légumes;
  • La viande;
  • Le poisson;
  • Les œufs, tout d ‘ abord le jaune d’œuf bien cuit, le blanc d ‘ œuf cuit;
  • Les laitage;
  • Les légumineuses à partir de 8 a 10 mois (en raison de leur digestion parfois difficile);
  • Le chocolat a partir de 9 mois.

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Si l ’ enfant refuse un aliment, il est inutile de le forcer. L ’ aliment pourra être proposer

quelques jours ou quelque semaines plus tard. Des farines des céréales peuvent également être ajoutées aux biberons de lait ou servies sous forme de bouillies. Les pommes de terre peuvent être utilisés pour lier les purée de légumes. Les aliments sont tout d ‘ abord proposés sous forme de purée lisse, puis petit à petit des morceaux fondant puis des petits morceaux. Au départ, seuls des fruits légumes cuits sont proposés à l ’ enfant, avant de commencer progressivement des aliments crus. Les viandes et les poissons doivent être cuits à cœur pour prévenir tout risque d ‘ infection d ‘ origine alimentaires.

Des laitages spécifiques pour bébés sont disponibles dans le commerce, mais les laitages naturels, à base de lait entier, peuvent également être donnés aux enfants. De préférence, le mode de cuisson doit être à la vapeur, pour préserver au maximum les qualités nutritionnelles des aliments, il convient de ne pas saler les préparations de légumes et/ou de viande ou de poisson de même qu ‘ il faut éviter de sucrer les compotes ou les laitages. Vers 6 mois, il es possible d ‘ ajouter un corps gras aux plats de l ’ enfant : Une petite quantité d ‘ huile végétale, de beurre ou de crème fraîche. D ‘ une manière générale, la diversification alimentaire débute par l ’ introduction de nouveaux aliments sous forme de purée au repas de midi. Puis un goûter est mis en place avec une compote et/ou un laitage.

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Enfin, des céréales et/ou des légumes sont proposés au repas du soir en complément d ‘ un biberon. Mais ce schéma-type est a adopté en fonction de chaque enfant et des habitudes familiales. De même, les quantités à proposer à l ’ enfant dépendent de plusieurs critères.

  • l ’ état de santé de l ’ enfant;
  • Son appétit;
  • Le nombre de biberons la journée;

Le médecin ou le pédiatre qui suit l ’ enfant peut conseiller les parents sur la nature et les quantités des aliments à proposer à leurs enfants.

Fruits et légumes

Que devrait contenir l ’ assiette d ‘ un enfant ?

En 2019, le guide alimentaire canadien a été mis a jours, ce qui a entre autres mené à la disparition des quatre groupes alimentaires tels qu ‘ on les connaissait. Le guide alimentaire recommande maintenant une assiette divisée en trois : les légumes, et des fruits, des aliments à grains entiers et des aliments protéinés. Les proportions présentées ici sont légèrement différentes de celles proposées aux adultes par le guide alimentaire canadien. C’est normal, puisque les enfants ont des besoins différents. A chaque repas, l ’ assiette d ‘ un jeune enfant devrait être séparé en trois parties égales. C’est ce que l ‘ on appelle l ’ assiette équilibrée.

Voici ce qu ‘ elle devrait contenir :

  • Une partir pour les légumes ( ou les fruits au déjeuner ou au désert);
  • Une partie pour les produits céréaliers (à grains entiers au moins la moitié du temps);
  • Une partie pour les aliments riches en protéines (ex: viande, poulet, poisson, tofin, légumineuses, yogourt, fromage ).

Respecter le contenu et les proportions de l ’ assiette équilibrée permet de s ‘ assurer que l’ enfant reçoit les éléments nutritifs dont il a besoin pour bien grandir. Le repas peut-être accompagné par un verre d ‘ eau, de lait ou de boissons de soya enrichie. Même si le lait et la boisson de soya font partie du groupe des aliments protéinés. Ces boissons peuvent être offertes en même temps que la viande ou un autre aliment riche en protéines. Une collation en avant-midi, une en après-midi et une en soirée (au besoin) complètent les repas. Les collations permettent d ‘ équilibrer le menu de la journée en offrant des aliments moins présents (ou moins aimés !) Aux repas .

Si à l ’ occasion, il manque un élément dans l ‘ assiette, ou si l ’ enfant refuse un aliment, il ne faut pas s ‘ inquiéter. Le tout-petit pourra reprendre les éléments nutritifs qu ‘ il n ‘ a pas eus lors de la collation ou du prochain repas, ou même lors des repas du lendemain.

Les portions

Dans le nouveau guide alimentaire canadien, il n’ est plus question de portions, mais plutôt de proportions. Il n ‘ y a donc pas de portions prédéterminées à servir à tous les enfants. Chacun a des besoins propres à son métabolisme, à sa taille et à son poids. Lorsqu’il se fait offrir des aliments variés de quantité, l ’ enfant comble ses besoins en respectant ses goûts et son appétit. Il ne faut pas le forcer à manger ni le priver. Il est le seul à avoir un contact direct avec son estomac qui lui dit quand il a faim et il n ‘ a plus faim. Si votre enfant est assez grand pour perler, demandez-lui s ‘ il a une petite, une moyenne ou une grosse faim avant de le servir ainsi que la quantité d ‘ aliments qu ‘ il veut.

S ‘ il est trop jeune pour cela, vous pouvez lui servir des portions en vous guidant avec la taille de sa main ( la taille de son poing pour les légumes). Il est possible que votre enfant mage parfois moins ou plus que cela, c’est normal, car sa faim et son appétit varient d ‘ une journée à l ’ autre. Par exemple, il mange plus lorsqu’il a une poussée de croissance ou qu ‘ il joue dehors toute la journée. A l ‘ inverse, il mange moins lorsqu’il a un rhume, qu’il est fatigué ou qu ‘ il vit un changement dans sa vie.

avant de vous inquiéter : votre enfant mange plus ou moins que d ‘ habitue ? Il refuse catégoriquement certains aliments ? Ne vous inquiétez pas trop rapidement de son alimentation. L ’ équilibre alimentaire ne s ‘ évalue pas en un repas ni même en une journée,il faut plutôt l ’ évaluer sur une période de 2 ou 3 semaines. Si la tendance se maintient et que vous êtes toujours inquiet, consultez une nutritionniste ou parlez-en à son médecin qui saura vous rassurer et vous conseiller.

Légumes

Qu ‘ est-ce qu ‘ une alimentation variée ?

Une alimentation variée est constituée d ‘ aliments différents provenant au fil des repas, des collations et des journées, des trois catégories d ‘ aliments de l ’ assiette équilibrée (fruits et légumes, produits céréaliers et aliments riches en protéines ). Les aliments renferment tous des éléments nutritifs différents. Aucun a lui seul ne suffit ni ne garantit la santé puisque les aliments se complètent. Ils font un travail d ‘ équipe. Les couleurs, les formes, les textures et les saveurs dans les assiettes sont un bon indice d ‘ une bonne variété d ‘ aliments. Et c’est tellement plus appétissant .

Exemple d ‘ une alimentation variée au cours d ‘ une journée

Déjeuner : des bleuets, des flocons d ‘ avoine et lait

Dîner : un sandwich aux œufs avec des lanières de poivres et des pois mange-tout, suivi d ‘ une banane pour désert

Souper : un sauté de poulet ou de tofu accompagné de brocoli sur nouilles riz, suivi d ‘ un muffin et d ‘ un verre de lait ou de boissons de soya pour dessert.

Idée de collations simples et nutritives

  • Fruits et yogourt
  • Légumes et hoummos
  • Minibagel (ou galette de riz) aux beurre d ‘ arachides et banane
  • Muffin avec verre de lait ou de boisson de soya enrichie
  • Morceaux de pain pita avec fromage
  • Tranche de pomme avec pouding au lait fait maison
  • Sucette glacée préparés avec des fruits réduits en purée et un yogourt
  • Mélange de céréales sèches peu sucrées avec lait ou boisson de soya enrichie.

Des aliments pour bien manger sans se ruiner

  • Légumineuses sèches ou en boîte, tofu en œufs, qui sont bien moins chers que la viande
  • Beurre d ‘ arachides
  • Fruits et légumes de saison ou surgelés et paniers de légumes moins parfaits, souvent vendus au rabais au marché ou à la fruiterie
  • Poissons comme maquereau, les sardines, le hareng et le saumon en boîte
  • Pâtes alimentaires de blé entier, riz brun, orge, mondé, millet, couscous de blé entier, pain de blé et autres produits céréaliers complets, qui sont plus nourrissants que les blancs qui sont aussi économiques
Céréales

Les meilleurs habitudes alimentaires à adopter

  • Optez pour des produits céréaliers a grains entiers plutôt que pour des céréales et des graines raffinées, même si elles sont enrichies. Les produits a grains entiers son plus riches en minéraux (par exemple, en zing ) et surtout en fibres, ce qui les rend plus rassasiant. Pensez-y en achetant vos céréales du matin, votre pain, vos pâtes, etc.
  • Servez beaucoup de fruits et de légumes à votre enfant. Ils sont riches en fibres et ils contiennent plein de substances et de nutriments très important. En plus, ils apportent de la couleur aux assiettes comme aucun autre aliment. Mais attention, les jus n ‘ ont pas la même valeur que les fruits. Les jus sont sucrés (même si ce sont des sucres naturels ) ils ont perdu une grande partie de leurs vitamines et toutes leurs fibres, et ils ne calment pas la faim efficacement. Limitez donc la consommation de jus de votre enfant.
Si vous offrez du jus à votre enfant, fait-le a l ’ occasion seulement, et non tous les jours. Et idéalement, diluez le dans autan d ‘ eau.
  • Mangez plus souvent du poisson, des légumineuses, du tofu des noix et des graines. Ces aliments sont de bonnes sauces de protéines et peuvent remplacer la viande lors des repas. Vous pouvez consulter des recettes sur l ’ alimentation végétarienne pour vous inspirer. Les noix et les graines peuvent toutefois représenter un risque d ‘ étouffement chez les enfants de moins de 1 ans.
  • Offrez à votre enfant du lait ou de la boisson de soya. Ces boissons sont des aliments nourrissant et abordable, et elles ont tout à fait leur place dans l ‘ alimentation quotidienne de votre enfant s ‘ il les apprécie. Il est toutefois recommandé que votre tout-petit n ‘ en boive pas plus de 750 ml par jour afin qu’il ait faim pour autres aliments nourrissants.
  • Évitez les aliments allégés. Votre enfant a besoin de colories et de matières grasses provenant d ‘ aliments nourrissant (il n’est pas question ici de friture). Les produits laitiers sans gras la boisson de soya allégée et tout aliment allégé ou contenant un substitut de sucre (ex.: sucralose, stévia) ne conviennent donc pas aux enfants.
  • Utilisez le sel et le sucre modérément dans vos plats. Les reins de votre tout-petit ne sont pas capables de traiter des quantités importantes de sel. Or, il y en à déjà dans plusieurs aliments, dont le lait, le fromage et le pain, et encore plus dans les aliments transformés comme les sauces et repas du commerce. Quant au sucre, ne l ’ utilisez idéalement que pour cuisiner vos muffins, biscuits et poudings maison. Vous pouvez ainsi choisir le type de sucre et en utiliser seulement une petite quantité. Les sucres que votre enfant gagne à manger proviennent surtout des fruits et des céréales, car ils sont accompagnés d ‘ une foule de vitamines, de minéraux et d ‘ autres vitamines, contrairement aux sucreries, aux boissons sucrées, et autres sucres ajoutés.
  • Faites du repas en famille une priorité misez sur le plaisir et montrez l ’ exemple, ce que vous offrez à votre enfant en est important là manière de l ’ offrir c’est tout autant. Votre tout-petit apprend à aimer les aliments qu ‘ ils associe à quelque chose de positif. Un repas en famille une ambiance agréable à la table, pas de pression à manger et des parents qui jouent un rôle de modèle en lui montrant qu ‘ ils apprécient ce qu ‘ il mangent sont toutes des manières d ‘ aider votre enfant à développer ses goûts.
  • Éteignez les écrans ( télévision, téléphone, tablette ) pendant les repas. En plus de nuire aux discussions familiale, ils retiennent l ’ attention des enfants et des adultes, les empêchant ainsi de ressentir les signaux de société. Il est donc fréquent de manger au-delà de sa faim lorsque l ’ on estdevant un cran
  • Impliquez votre enfant dans le choix et la préparation des aliments. Un enfant aime les aliments qu ‘ il connaît. Offrez donc à votre tout-petit plusieurs occasions de se familiariser avec différents aliments, par exemple : aller à l ’ épicerie, regarder des livres de recettes, lui confier des tâches en cuisine, etc.
Nutrition

Le partage des responsabilités en alimentation

Pour développer le plaisir de bien manger, les enfants ont besoin d ‘ un cadre rassurant (ex: horaire régler, aliments bons pour eux, présence d ‘ un adulte ) et des consignes claires (ex : reste assis à la table pour manger, essuie ta bouche avec une débarbouillette et non ton chandail, mange avec tes ustensiles.). De votre côté, vous décidez des horaires (réguliers), du lieu (à la table) et du menu, et vous essayez d ‘ assurer une ambiance agréable et son élan. De son côté, votre enfant décide des quantités d ‘ aliments qu ‘ il mange cette façon de faire permet à votre enfant de manger en fonction de ses besoins et d ‘ être ouvert à découvrir de nouveaux aliments.

Et cela vous aide à être rassurés quant à son alimentation.

Que faire pour encourager votre enfant à manger des légumes ?

  • Donnez-lui des mini-portions pour commencer. Deux petites portions de deux légumes différents le décourageront moins qu ‘ une portion plus grosse d ‘ un seul légume
  • Offrez-lui des légumes vers ou précuits, avec des trempettes, ou découpez-les de sorte à leur donner des formes amusantes. Invitez-le à préparer la trempette avec vous pour lui donner le goût d ‘ en manger
  • Cuisinez les légumes sous forme de soupe ou de potage, en sauce pour les pâtes, gratinés ou en purée.
  • Servez à votre enfant dès légumes au moment d ‘ une collation, comme lorsqu’il rentre de la garderie et qu’il a faim
  • En été et en automne, emmenez-le au marché acheter les légumes avec vous, allez cueillir des fruits ensemble… si vous avez un jardin, plantez des légumes avec lui.

Les aliments peu nutritifs

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Essayez de ne laisser qu ‘ une petite place aux aliments peu nourrissants comme les biscuits, les croustilles ,les desserts industriels, la crème glacée, etc. Votre enfant peut en manger de temps à autre sans nuire à sa santé. Le fait de le laisser en manger à l ’ occasion est même une bonne idée, car cela lui fait comprendre que tous les aliments sont permis. Lui interdire des aliments aurait pour effet de les rendre plus attrayants aux yeux de votre enfant. S ‘ il y a droit à l ’ occasion il n ‘ aura pas tendance à en manger en en excès. L ’ équilibre et la variété sont une question de quantité et fréquence. Au quotidien, privilégier les aliments peu transformés plutôt que ceux qui renferment de grandes quantités de gras, de sel, de sucre, de calories et d ‘ additifs.

Ces aliments ne devraient avoir qu’une place rare ou occasionnelle dans l ‘ alimentation de votre enfant.

Parmi les aliments non intéressants, il y a les suivants :

  • Viandes transformer, comme le bacon, les croquettes de poulets, les saucisses fumés, les pâtes et les charcuteries;
  • Jeli-O, gâteaux, biscuits, sucres, bonbons et chocolat;
  • Croustilles et frites;
  • Jus, même s ‘ ils sont purs a 100%

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Choisissez plutôt les aliments de base tels que du poulet grillé plutôt que des croquettes de poulets, des pommes de terre en juliennes cuites au four plutôt que des frites du commerce, un yagourt avec des fruits en morceaux ou en purée plutôt qu ‘ un désert sucré aux fruits, etc,

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ?

Des suppléments alimentaires ?

Alimentation saine et de qualité : comment la garantir à votre bébé ? Si votre enfant est en bonne santé et qu ‘ il a une alimentation variée, les suppléments de vitamines et de minéraux ne sont pas nécessaire. Les aliments lui fournissent tout ce dont Il a besoin de manière encore plus complète et efficace que les suppléments. Rien n ‘ imite parfaitement la nature ! Certains enfants peuvent toutefois être à risque de carence, et la prise de suppléments est alors conseillée. Si votre enfant fait partie d ‘ un des groupes suivant, parlez-en à son médecin ou à une nutritionniste.

  • Enfants souffrant de maladies chroniques ou encore de troubles alimentation important
  • Enfants ayant un régime alimentaire végétarien strict (ou végétalien)
  • Enfants ayant de nombreux allergies alimentaires les privant de plusieurs aliments et éléments nutritifs au quotidien
Enfants ayant une alimentation équilibrée

À retenir

  • Offrir plusieurs aliments nourrissant différent au fil des repas et des collations, c’est cela une alimentation variée et équilibrée.
  • Privilégier les aliments cuisinés maison aux aliments transformés du commerce permet de mieux contrôler la quantité de l ’ alimentation.
  • Manger en famille est essentiel pour montrer l ’ exemple à l ’ enfant et pour qu ‘ il découvre les aliments dans un contexte agréable.

En savoir plus sur JeunInfo

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur JeunInfo

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut