COMMENT SUPPORTER LE FAIT D ÊTRE REJETÉ

Comment supporter le fait d'être rejeté ?

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment supporter le fait d’être rejeté ?

Supporter le fait d’être rejeté : la blessure de rejet est une blessure émotionnelle. Elle correspond au fait de se sentir repoussé, méprisé, dénigré ou mis à l’écart que ce soit dans sa vie amoureuse, familiale, amicale ou au travail. Comment reconnaître cette blessure et la surmonter ? Le rejet, que ce soit en amour, au travail, par vos amis, pour l’édition d’un livre ou dans tout autre domaine, n’est pas quelque chose qui devrait influencer votre bonheur. Le rejet est un sentiment désagréable et parait parfois insurmontable, mais vous ne devriez pas le laisser vous retirer votre joie de vivre. La réalité est que le rejet fait partie de la vie : il y aura des moments où vos candidatures à un poste, votre invitation à sortir ou vos idées de changement seront rejetées par quelqu’un, quelque part. Il vaut mieux que vous acceptiez ce rejet comme une partie de la vie et que vous reconnaissiez que le plus important est de trouver un moyen de rebondir et d’essayer à nouveau. Le rejet constitue l’une des pires blessures. Même une fois adulte, se sentir rejeté blesse notre estime de soi. S’en suit parfois un état de tristesse, une propension à s’isoler, une diminution de la confiance en soi et même une dépression.
Des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles ont découvert que le rejet déclenche dans le cerveau le même type de réponse que la douleur physique. Nous voulons tous faire partie d’un groupe et nous sentir acceptés par ses membres. Dans notre vie de tous les jours, nous sommes sollicités de toutes parts et nous ne pouvons accepter toutes les invitations à nous joindre à divers groupes, comités, activités. Nous faisons des choix et rejetons ce qui ne nous convient pas. Malheureusement, lorsque c’est nous qui sommes rejetés, on a très souvent tendance à le prendre « personnel ». Et qui dit rejet, dit baisse de l’estime de soi. Cependant, cette peur du rejet a du bon : elle nous sert de baromètre pour mesurer la qualité de nos interactions et nous permet d’apporter des ajustements. Tout le monde peut se sentir un jour rejeté, exclu ou mis à l’écart. Que ce soit en société, au travail, dans sa vie amoureuse, au sein de sa famille, avec ses amis…
Mais cela devient une blessure lorsque la personne en souffre de manière persistante. Quelle est la cause dans ce cas ? Comment reconnaît-on une blessure de rejet ? Quelles sont ses conséquences dans la vie de tous les jours ? Quelles sont les solutions pour la surmonter ? Quelles sont les étapes de la “guérison” ?

C’est quoi la blessure de rejet ?

C'est quoi la blessure de rejet ?
La blessure de rejet est une blessure émotionnelle qui a été popularisée par le livre “Les cinq blessures qui vous empêchent d’être soi-même”, écrit par Lise Bourbeau. Selon l’auteure, spécialiste du développement personnel, la blessure de rejet est “relative au sentiment (fondé ou imaginaire) d’avoir été repoussé et non désiré par l’autre”. Ce sentiment peut être plus ou moins fort en fonction de son âge, de sa structure de personnalité et du contexte. Le rejet peut correspondre à une opposition, un mépris, une exclusion, une mise à l’écart, un refus, un déni, un dédain, un licenciement, une rupture amicale ou amoureuse… “Il s’agit souvent d’une blessure refoulée et donc inconsciente qui se réactive dans le présent, en écho avec le passé. La personne qui souffre de cette blessure peut avoir l’impression de vivre des situations de rejet à répétition dans sa vie quotidienne. Et comme de nombreuses blessures émotionnelles, la blessure de rejet est souvent peu identifiée ou sous-estimée par la personne qui en souffre”, précise la psychologue clinicienne.

Le rejet, mal du XXIe siècle ?

On attribue une bonne part des dépressions à ce sentiment d’isolement, au fait qu’on se sente à part ou exclus. Il y a 200 ans, on naissait, vivait et mourrait dans le même village, dans la même famille. On faisait partie à vie de ces groupes. Ce n’est plus le cas désormais. Les mailles du filet social sont de plus en plus espacées. Nous vivons maintenant dans une société d’une extrême complexité et sommes exposés à de nouvelles situations et de nouvelles personnes sur une base quotidienne. Ce qui fait augmenter nos risques de vivre le rejet.

Quelles sont les causes d’une blessure de rejet ?

“La blessure de rejet est souvent en lien avec les stades de développement de l’enfance, parce que c’est à ce moment-là qu’on va acquérir l’estime de soi et qu’on va être baigné dans un environnement social. Concrètement, cette blessure a souvent un lien avec l’angoisse de séparation (quand l’enfant prend conscience que lui et sa mère ne font pas qu’un, ndlr) vécue durant l’enfance. Cela peut aussi être lié au vécu de l’adolescence”, précise notre interlocutrice. Autrement dit, on a tous été plus ou moins blessés dans notre enfance, mais certains d’entre nous ont réussi à complètement “effacer” ou refouler cette blessure car elle n’a pas été très impactante, tandis que d’autres ne sont pas parvenus à la cicatriser. La blessure de rejet est notamment renforcée par :
  • La structure de personnalité ou son degré de sensibilité : “Les personnes hypersensibles, présentant des troubles psychiques ou des troubles autistiques sont plus susceptibles de ressentir un sentiment de rejet par exemple”, précise notre psychologue.
  • La récurrence du sentiment de rejet, autrement dit, plus l’impression de rejet est répétitive, plus la blessure est palpable.
  • Une situation de violence, de négligence ou de maltraitance, particulièrement si elle a été vécue pendant l’enfance.
  • Le degré d’affectivité avec la personne responsable du rejet. “Il est évident que le rejet sera moins bien accepté s’il a été infligé par une personne qui représente une figure d’attachement ou de référence (la mère, le père, un ami très proche…). Un rejet subi par un parent blesse plus qu’un rejet subi par un inconnu dans la rue par exemple”, illustre la psychologue.
  • Le contexte ou l’investissement : “Une personne qui s’investit beaucoup dans son travail ou dans son activité sportive par exemple ressentira le rejet un peu plus fort.”

Vrai ou faux rejet?

Vrai ou faux rejet?
Comme les situations propices au rejet sont multiples, on conclut parfois, à tort, qu’on a été rejeté. Il est donc sain de bien évaluer la situation avant de réagir. Il y a bien sûr des cas évidents de rejet. Le bouc émissaire en est l’exemple le plus évident. Cependant, la froideur perçue chez une personne ou un groupe à notre égard peut simplement être une forme de méfiance ou de prudence face à nous, le nouvel arrivant. Il peut aussi s’agir d’indifférence ou de distraction.

La peur qui paralyse

Le problème c’est que pour certaines personnes hypersensibles, il est très difficile de faire la part des choses. Pour elles, la peur de rejet est un problème énorme. Leur « baromètre social » ne fonctionne pas correctement et elles reçoivent constamment des messages d’alertes indiquant qu’elles sont rejetées. Elles en viennent à vivre dans l’anticipation du rejet. Elles ajustent sans cesse leur comportement, en font trop. Elles suscitent une certaine antipathie et ont de la difficulté à s’intégrer à un groupe. Et elles finissent par s’attirer exactement ce qu’elles craignent le plus : le rejet. Ce dérèglement, ou cette mauvaise lecture des signaux, témoigne d’une blessure profonde, qui vient toujours de l’enfance. Avec le temps et les échecs à répétition, on finit par s’isoler afin d’éviter le rejet. Un autre trait typique de la personne qui se sent toujours rejetée est la rumination. Elle passera et repassera des centaines de fois le film de ce qui s’est passé, décelant du rejet dans le moindre détail. Au lieu de tenter de mettre les choses au clair ou de passer à l’action, elle est paralysée par un sentiment d’impuissance et de colère.

Des blessures d’enfance

Le rejet constitue l’une des pires blessures. Même une fois adulte, se sentir rejeté blesse notre estime de soi. S’en suit parfois un état de tristesse, une propension à s’isoler, une diminution de la confiance en soi et même une dépression. Des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles ont découvert que le rejet déclenche dans le cerveau le même type de réponse que la douleur physique. Nous voulons tous faire partie d’un groupe et nous sentir acceptés par ses membres. Dans notre vie de tous les jours, nous sommes sollicités de toutes parts et nous ne pouvons accepter toutes les invitations à nous joindre à divers groupes, comités, activités. Nous faisons des choix et rejetons ce qui ne nous convient pas. Malheureusement, lorsque c’est nous qui sommes rejetés, on a très souvent tendance à le prendre « personnel ». Et qui dit rejet, dit baisse de l’estime de soi. Cependant, cette peur du rejet a du bon : elle nous sert de baromètre pour mesurer la qualité de nos interactions et nous permet d’apporter des ajustements.

Symptômes, comportement, masque : comment reconnaître une blessure de rejet ?

La personne qui souffre de cette blessure va être dans une peur constante du rejet de l’autre et ce, dans différents contextes de sa vie : avec ses amis, en amour, avec sa famille, dans le domaine professionnel, dans ses loisirs, en société… Le comportement-type d’une personne qui souffre de la blessure de rejet est le suivant :
Symptômes, comportement, masque : comment reconnaître une blessure de rejet ?
  • Port d’un masque social dit d’un “masque du fuyant” qui constitue un mécanisme de défense. “La personne préfère fuir ou se désinvestir plutôt que de risquer de subir un rejet et/ou qu’on puisse ne pas l’apprécier/l’aimer dans son ensemble. Et comme elle n’arrive pas à s’investir, à être authentique ou à créer du lien, par peur de l’échec ou du rejet, elle est là sans être là, comme si elle était quasiment transparente” détaille notre interlocutrice.
  • Mauvaise estime de soi avec une remise en cause de soi en permanence.
  • Sentiment d’être toujours “attaqué” dans ses gestes ou ses paroles.
  • Impression d’être facilement déstabilisé lorsque les choses ne vont pas dans son sens, ce qui peut entraîner un trouble de l’anxiété généralisée.
  • Fait de penser ou croire qu’on n’est jamais apprécié ou aimé sincèrement.
  • Actes d’auto-sabotage, à cause d’une forte anticipation du risque de rejet.
  • Angoisse permanente de l’abandon et peur constante de décevoir et de perdre l’amour de l’autre.

Reprendre le pouvoir qui nous appartient

Avoir peur du rejet c’est être passif et attendre des autres un signe, une ouverture. C’est accorder une importance démesurée à l’opinion des autres et à s’estimer en fonction du regard que les autres ont sur nous. C’est, au bout du compte, être à la merci des autres, être leur victime. On comprend donc que pour changer les choses, il faut rependre le contrôle et se redonner du pouvoir. C’est aussi prendre ses responsabilités. Être en relation, c’est s’impliquer activement dans un échange avec l’autre. C’est parler honnêtement et écouter attentivement pour éviter les malentendus et le retour dans le cercle vicieux de l’apitoiement et du rejet. Être en relation demande un investissement de soi et du travail. Il y a peu de place pour la passivité. Il faut aussi apprendre à exister sans le regard de l’autre. Et cela passe par une bonne connaissance de soi. On doit apprendre à reconnaître nos forces et nos faiblesses, à s’accepter tel qu’on est. Peur du rejet et estime de soi sont intimement liées. Vaincre la peur du rejet est donc un processus long et profond.

Dans le couple

Inutile de dire que la peur du rejet peut être un frein immense au développement de relations amoureuses. Et lorsqu’une relation s’établit, la dynamique peut être déstabilisante pour la personne qui possède une estime de soi saine. Le moindre retard, le moindre commentaire est interprété comme du rejet. Le partenaire qui se sent rejeté a constamment besoin d’être rassuré sur les sentiments de l’autre. Ce n’est pas de tout repos. Et l’attitude à suivre n’est pas simple. Il faut à la fois rassurer notre partenaire sur sa capacité à se faire aimer par nous et les autres sans toutefois tomber dans la complaisance. En faire trop dans le but de calmer le doute renforce le comportement de notre partenaire et le place dans une situation de dépendance par rapport à nous.

Prenez un moment pour faire votre deuil

Vous allez vous sentir vexé à cause de ce rejet, que ce soit parce que votre manuscrit a été refusé, parce qu’une de vos idées notre, a pas été acceptée au travail ou parce que la personne dont vous êtes amoureux à rejeté votre proposition de sortie. Vous avez le droit d’être vexé, en fait, vous pouvez vous donner un peu de temps pour accepter le rejet et faire votre deuil. Faites attention de ne pas exagérer et de ne pas passer des jours entiers à la maison à vous complaire dans votre tristesse. Cette attitude ne fera que vous faire sentir encore pire.
Prenez un moment pour faire votre deuil
Conseil : prenez un peu de temps pour arrêter ce que vous faites afin d’accepter le rejet. Par exemple, si vous pouvez prendre le reste de la journée, faites-le. Ou si vous aviez prévu de sortir ce soir, restez à la maison et regardez un film. Allez vous promener après avoir reçu une lettre de rejet qui vous a contrarié ou consolez-vous avec un gâteau au chocolat.

Discutez avec un ami en qui vous avez confiance

Cela ne veut pas dire que vous pouvez vous défouler contre votre ami pour faire passer ce rejet. Cette attitude donnera une mauvaise image de vous (à votre maison d’édition potentielle, à la fille qui vous plait, à votre patron…), ils penseront que vous êtes un pleurnicheur qui n’arrive pas à gérer les petits problèmes de la vie. Alors, allez voir un ou deux amis ou membres de votre famille et discutez de ce rejet avec eux. L’ami que vous devez chercher est l’ami qui va vous dire la vérité. Il pourra vous aider à comprendre ce qui n’a pas marché (si c’est le cas, parfois, vous ne pouvez rien y changer et vous devez simplement l’accepter). Il pourra aussi s’assurer que vous ne vous enfoncez pas plus pendant votre période de deuil. Évitez les réseaux sociaux pour exprimer vos frustrations. Internet n’oublie jamais et lorsque vous essaierez de trouver un nouveau travail, votre employeur potentiel pourrait vérifier sur Internet et voir que vous ne savez pas gérer les rejets. Même si vous êtes vraiment vexé ou en colère, ne l’exposez pas sur la toile. Ne vous plaignez pas trop. Une fois de plus, vous ne voulez pas vous complaire dans votre rejet, autrement vous allez vous mettre dans un état d’éclatement suffisant (ou dépressif). Ne vous plaignez pas de votre rejet chaque fois que vous parlez avec quelqu’un.
Si vous pensez que vous avez déjà trop abordé le sujet, demandez à vos amis si vous ne vous répétez pas trop souvent à propos de votre rejet. S’ils vous répondent oui, faites attention à ne plus aborder ce sujet aussi souvent.

Acceptez le rejet le plus tôt possible

Si vous arrivez à accepter le rejet au début et à passer à autre chose, tout deviendra plus facile. Cela signifie aussi que vous n’allez pas vous laisser abattre par de futurs rejets. Par exemple, si vous ne décrochez pas le travail de vos rêves, laissez-vous un peu de temps pour être contrarié, puis passez à autre chose. C’est le bon moment pour chercher autre chose ou pour examiner ce qui pourrait changer dans le futur. Vous devriez garder en tête que lorsque quelque chose ne fonctionne pas, autre chose va surement fonctionner, la plupart du temps d’une façon à laquelle vous n’aviez même pas pensé.

Ne prenez pas ce rejet personnellement

Souvenez-vous qu’un rejet n’est pas une caractéristique de la personne que vous êtes. Le rejet fait partie de la vie et ce n’est pas une attaque personnelle. Quelle qu’en soit la raison, la maison d’édition, votre amie ou votre patron n’a pas été intéressé par votre offre. Le rejet en soi n’est pas de votre faute. L’autre personne a rejeté quelque chose qui ne lui convenait pas. C’est votre demande qu’ils ont rejetée, pas vous. Souvenez-vous qu’ils ne peuvent pas vous rejeter en tant que personne, car ils ne vous connaissent pas. Même si vous êtes sorti plusieurs fois avec une personne, cela ne signifie pas qu’elle sait tout ce qu’il y a à savoir à propos de vous pour pouvoir vous rejeter en tant que personne. Ils rejettent simplement une situation qui ne leur convient pas. Respectez leur choix. Par exemple, vous avez invité une fille qui vous plait beaucoup à sortir et elle a répondu non. Cela signifie-t-il que vous ne valez rien ? Que personne d’autre ne voudra jamais sortir avec vous ? Bien sûr que non. Tout simplement, elle n’est pas intéressée par votre proposition (quelle qu’en soit la raison, elle a peut-être déjà un partenaire, elle n’a peut-être pas envie de sortir, etc.).
Ne prenez pas ce rejet personnellement

Faites autre chose

Vous devez arrêter de penser à ce rejet après avoir passé suffisamment de temps à faire votre deuil. Ne vous remettez pas tout de suite à travailler sur le sujet du rejet, car vous êtes toujours un peu contrarié. Vous avez besoin d’un peu de temps et d’espace pour cela. Par exemple, admettons que vous avez envoyé le manuscrit d’un roman que vous avez écrit à une maison d’édition et que celui-ci a été rejeté. Après une courte période de deuil, essayez d’écrire une autre histoire ou prenez un peu de temps pour vous essayer à un autre genre littéraire (essayez la poésie, les nouvelles, etc.). Vous pourriez aussi oublier ce rejet en vous amusant pour vous aider à vous concentrer sur autre chose. Allez danser, achetez un nouveau livre que vous vouliez lire, prenez votre weekend et partez à la mer avec un ami. Vous ne pouvez pas laisser ce rejet mettre un frein douloureux à votre vie, car vous allez rencontrer de nombreux rejets dans votre vie (comme tout le monde). En passant à autre chose avec un ami et en faisant autre chose, vous ne laissez pas ce rejet ruiner votre vie.

Recadrez le rejet

Souvenez-vous qu’un rejet n’est pas dû à la personne que vous êtes, il est maintenant temps de recadrer le rejet et de le changer en autre chose. Les personnes qui parlent de leur rejet ont tendance à moins bien accepter les rejets que les personnes qui acceptent le rejet comme un refus d’une situation précise, pas d’une personne . Par exemple, si vous invitez quelqu’un à sortir et s’il répond non, au lieu de penser il m’a rejeté, pensez il a dit non. De cette façon, vous ne voyez pas le rejet comme quelque chose de négatif à votre égard (après tout ce n’est pas vous qui êtes rejeté, mais la proposition que vous avez faite). Voici d’autres exemples de « recadrage » de rejet : dites-vous cette amitié a évolué et nous a séparés (au lieu de vous dire que votre ami vous a rejeté), je n’ai pas obtenu ce poste (au lieu de vous dire qu’ils ont rejeté votre demande), nous avions des priorités différentes (au lieu de vous dire qu’ils vous ont rejeté).
Conseil : l’une des meilleures phrases à utiliser est cela n’a pas marché, car cela ne vous rend ni vous ni la personne qui vous a rejeté coupables de ce refus.

Sachez abandonner

Lorsque quelque chose ne marche pas, cela ne veut pas forcément dire que vous devez abandonner, mais il est important de savoir reconnaitre quand abandonner et essayer autre chose. Souvent, ne pas abandonner signifie simplement essayer de faire la même chose, mais d’une autre façon, plus générale . Par exemple, si vous avez invité une fille à sortir et si elle a refusé, ne pas abandonner signifie ne pas abandonner l’idée de trouver l’amour. Passez à autre chose (ne la harcelez pas en pensant avoir une chance), mais continuez à inviter d’autres filles à sortir. Encore un exemple : si une maison d’édition a rejeté votre manuscrit, prenez un peu de temps pour vous arrêter et pour penser aux choses qui ont amené ce rejet, tout en continuant d’essayer avec d’autres maisons d’édition. N’oubliez jamais qu’une réponse affirmative ne vous est jamais acquise. Puisque le rejet ne devrait pas valider votre existence, ne vous en servez pas pour accuser quelqu’un d’autre.

Ne laissez pas ce rejet contrôler votre futur

Ne laissez pas ce rejet contrôler votre futur
Comme cela a déjà été mentionné, le rejet fait partie de la vie. Vous allez être triste en essayant de l’éviter ou en pleurant sur votre sort. Vous devez être capable d’accepter que les choses ne se passent pas toujours de la façon que vous voulez et que cela soit tout à fait normal ! Ce n’est pas parce qu’une chose n’a pas fonctionné que vous devez penser que votre vie est un échec ou que plus rien d’autre ne va plus jamais fonctionner. Chaque situation est unique. Même si un garçon n’a pas accepté de sortir avec vous, cela ne veut pas dire que tous les garçons qui vous intéressent ne vont pas vouloir sortir avec vous. Maintenant, si vous vous mettez à penser que vous allez toujours être rejetée, c’est ce qu’il va se passer ! C’est la méthode idéale pour vous assurer de futurs échecs. Regardez tout le temps vers l’avant. En vous plaignant de vos rejets, vous allez vous concentrer sur le passé et vous n’allez pas profiter du présent. Par exemple, si vous n’arrêtez pas de penser au nombre de fois que vous n’avez pas été accepté pour un travail, vous allez avoir beaucoup de plus de mal à envoyer des curriculums vitae et essayer différentes options.

Servez-vous-en pour vous améliorer

Parfois, un rejet peut être un important rappel à l’ordre et peut vous aider à améliorer votre vie. La maison d’édition a peut-être rejeté votre manuscrit parce qu’il vous faut encore travailler sur votre style (il n’est pas possible de le publier maintenant, mais cela ne veut pas dire que vous ne pourrez jamais le publier ). Si cela est possible, demandez à la personne qui vous a rejeté de vous donner plus d’informations sur la raison de leur rejet. Par exemple, il est possible que votre curriculum vitae ne soit pas correct, alors au lieu de vous énerver et de vous dire que personne ne va jamais vous engager, vous pouvez demander à la personne qui a lu votre CV ce que vous auriez à y améliorer. Vous n’allez peut-être pas recevoir de réponse, mais si vous en receviez une, vous aurez une vision intéressante de votre travail à exploiter lors de votre prochaine candidature. Dans le cas d’une relation, vous pouvez demander à la personne en question pourquoi elle ne souhaite pas sortir avec vous, mais la réponse peut être très simple, par exemple je ne te considère pas de cette façon. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour la faire changer d’avis, alors la leçon que vous pouvez en tirer est de gérer ce rejet de façon adéquate et de rester positif, car une autre relation pourrait être possible (même si ce n’est pas avec cette personne).

Arrêtez de vous plaindre

C’est le moment de laisser partir ce rejet. Vous vous êtes déjà donné suffisamment de temps pour faire votre deuil, vous en avez parlé avec un ami de confiance, vous en avez tiré les enseignements dont vous avez besoin, maintenant vous pouvez le laisser dans le passé. Plus vous vous étendrez sur le sujet, plus vous allez en faire quelque chose d’énorme et vous donner l’impression que votre vie est une succession d’échecs.
Note : si vous vous rendez compte que vous n’arrivez pas à passer à autre chose, vous devez consulter un professionnel. Parfois, certains schémas de pensée (je suis un bon à rien, etc.) s’installent dans votre esprit et chaque rejet ne fait que les ancrer plus profondément. Un professionnel pourra vous aider à passer au-delà.

Souvenez-vous que vous avez le droit de dire non

Cela peut être difficile pour certaines personnes, surtout les femmes, mais vous n’êtes pas obligé de dire oui à quelque chose que vous ne voulez pas faire. Il y a bien sûr des exceptions : lorsque l’hôtesse de l’air vous demande de vous assoir, vous devez vous assoir. Si quelqu’un vous invite à sortir et si vous ne voulez pas sortir avec cette personne, vous pouvez lui dire de façon directe que vous n’êtes pas intéressé.Si un de vos amis veut vraiment partir en voyage et si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas vous le permettre, ce n’est pas la fin du monde si vous dites non.
Souvenez-vous que vous avez le droit de dire non

Soyez franc

Une des meilleures façons de rejeter une offre est d’être le plus franc possible. Ne soyez pas évasif ou ne tournez pas autour du pot. Être franc ne signifie pas être méchant, même si certaines personnes vont le prendre de cette façon. Il n’existe aucune façon de refuser une invitation (ou toute autre chose, une sortie, un manuscrit, un travail) sans provoquer un peu de souffrance. Par exemple, quelqu’un vous invite à sortir et vous n’êtes pas intéressé. Dites-lui : je suis vraiment flatté, mais je n’ai pas ce genre de sentiments pour toi. S’il ne comprend toujours pas, dites-lui de façon plus ferme que vous n’êtes pas et que vous ne serez jamais intéressé et que le fait qu’il vous harcèle avec cela vous donne encore moins envie de sortir avec lui. En reprenant un des exemples ci-dessus, lorsque votre ami vous propose de partir en voyage, dites-lui merci pour cette proposition ! Je ne peux vraiment pas me permettre de partir en vacances en ce moment, même pendant un weekend. Peut-être la prochaine fois. De cette façon, vous ne vous privez pas de futures occasions de partir en vacances tout en disant franchement à votre ami ce qu’il en est, sans passer par des peut-être ou d’autres choses dans ce genre.

Donnez les raisons exactes du refus

Bien que vous ne deviez d’explications à personne, vous pourriez aider la personne qui vous a fait la demande à comprendre pourquoi vous n’êtes pas intéressé. S’il existe des améliorations possibles (surtout pour des choses comme un manuscrit ou un curriculum vitae), vous pourriez mentionner les domaines où une amélioration serait la bienvenue.Dans le cas d’une relation, dites-lui simplement que vous n’êtes pas intéressé et que vous ne ressentez rien pour cette personne. S’il vous demande d’autres explications, dites-lui que vous ne pouvez pas contrôler qui vous attire ou qui vous plait et qu’il doit accepter votre décision. Si vous refusez les poèmes d’un écrivain pour votre magazine (et si vous en avez le temps), expliquez-lui pourquoi ce poème ne vous a pas intéressé (à cause de sa structure, des lieux communs abordés, etc.). Ne lui dites pas que son poème était horrible, mais vous pouvez lui dire qu’il faudrait qu’il y travaille encore un peu avant de pouvoir le publier.

Agissez rapidement

En procédant au rejet le plus rapidement possible, vous ne laissez pas des émotions s’accumuler et s’envenimer. C’est comme arracher un pansement. Le plus vite possible, vous devez lui expliquer que son offre (un voyage, une sortie, un manuscrit, etc.) ne vous intéresse pas.
Conseil : plus le rejet se déroulera rapidement, plus vite la personne en question pourra passer à autre chose et se servir de cette expérience pour s’améliorer.
Avertissements : Si vous n’arrivez pas à ne pas prendre les rejets personnellement, envisagez d’en discuter avec un conseiller ou un thérapeute. Si vous souffrez de dépression, d’anxiété ou d’autres problèmes psychologiques, vous pourriez ne pas avoir la force nécessaire pour résister à ce genre de pression et il vous faudra de l’aide. Vous ne devez pas en avoir honte, tout le monde a besoin de compassion et d’aide à un moment ou à un autre. Les gens ne vont pas toujours vous répondre lorsque vous leur demandez des conseils. C’est la vie, parfois ils sont trop occupés, parfois ils ne savent pas comment expliquer expliquer sans que cela n’ait l’air d’une critique personnelle. Parfois, ils ne veulent simplement pas en prendre la peine. Une fois de plus, ne le prenez pas personnellement. Essayez de trouver une personne en qui vous avez confiance et qui peut vous donner de son temps pour que vous puissiez passer à autre chose et pour que vous essayiez de comprendre les améliorations dont vous avez besoin.
Agissez rapidement

Conclusion

Trouvez une façon de vous détendre après un rejet. Certaines personnes se tournent vers la religion, d’autres prennent un bain chaud ou font de la méditation. Trouvez une façon de vous nettoyer la tête, de vous débarrasser de vos sentiments négatifs et de retrouver votre équilibre. Si la personne qui vous plait vous a rejeté, cela ne signifie pas que vous devez vous sentir mal ou avoir une mauvaise opinion de vous-même. Cela signifie simplement qu’elle ne ressentait pas la même attirance et vous ne pouvez rien y changer. Ce n’est pas parce que quelqu’un a répondu non à une demande où vous vous attendiez à un oui qu’il ne voit pas ce qu’il y a de bon chez vous, alors au lieu de vous focaliser sur son non, focalisez-vous sur vos qualités. La plupart des réussites et des acceptations demandent beaucoup de travail. Parfois, nous n’avons pas envie de reconnaitre que nous devons encore travailler avant d’être aussi compétents que ce que nous voudrions être. Gardez votre enthousiasme, vous avez toujours de bonnes chances de réussir, mais restez aussi réaliste, il vous reste encore beaucoup à apprendre et beaucoup d’expérience à engranger. Mettez-vous au travail pour comprendre ce dont vous avez besoin au lieu de vous plaindre sans arrêt de votre refus.
Demandez l’aide d’un professionnel si vous n’arrivez pas à sortir d’une dépression après un rejet. Ne vous tournez pas vers l’alcool ou les drogues, même si cela a l’air de vous aider sur le court terme. Sur le long terme, cela pourrait détruire votre vie.

JeunInfo

Webmaster & blogueur fondateur du site : JeunInfo

COMMENT SUPPORTER LE FAIT D ÊTRE REJETÉ

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Publication publiée :27 septembre 2022
  • Post category:DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
  • Temps de lecture :36 min de lecture
  • Dernière modification de la publication :22 avril 2023