COMMENT ÊTRE BON EN MATHÉMATIQUES

être bon en mathématiques

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment être bon en mathématiques ?

Être bon en mathématiques  : mathématiques : la simple évocation de ce mot fait frémir des milliers de personnes pour qui c’est la matière exécrée. Cette hantise n’est en rien justifiée, non plus que l’idée que certaines personnes auraient la bosse des maths et non d’autres. Des études ont démontré que la maitrise des mathématiques est plus une question de travail que de dons  . Travaillez la matière tous les jours, avec concentration et réflexion. Comprenez-en les mécanismes plus que les résultats, prenez les formules comme des outils plutôt que comme un pensum. Faites-vous aider par votre professeur de mathématiques, vos parents, un camarade doué… La réussite dans cette matière se joue aussi beaucoup dans la tête. Beaucoup se disent qu’ils ne sont pas bons et qu’ils ne réussiront jamais. C’est souvent le lot des matières scientifiques et surtout des mathématiques. En fait, sauf dans de très rares cas, tout le monde peut atteindre un niveau plus que correct.

Les mathématiques occupent une place très importante au Lycée. C’est une matière fondamentale en ce qu’elle développe chez les élèves des compétences qui vont bien au-delà des mathématiques elles-mêmes : capacités de réflexion, expression d’un raisonnement logique, sens de l’effort.

Étudiez dans un lieu calme

Si vous avez des difficultés en mathématiques, vous allez avoir besoin d’un environnement propice à la concentration. Installez-vous dans une pièce où vous ne serez dérangé ni par les bruits ni par les passages  .

  • Trouvez un lieu loin du bruit et de l’agitation, comme votre chambre si elle comporte un bureau ou encore une salle de permanence surveillée.
  • Faites ce qu’il faut pour ne pas être dérangé. Coupez le téléphone, éteignez l’ordinateur ou débranchez la console de jeux.
  • Si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de musique, écoutez de la musique douce ou instrumentale. Veillez à régler le volume au plus bas.

Travaillez les mathématiques tous les joursÊtre bon en mathématiques

Vous ne les aimez pas, mais pour réussir, vous allez devoir les travailler tous les jours afin d’acquérir des connaissances et développer des automatismes. Le travail compense les lacunes et permet d’approfondir les connaissances  . Essayez de travailler cette matière tous les jours à peu près sur le même créneau horaire. Avec l’expérience, vous verrez si vous êtes plus efficace tôt le matin, avant d’aller à l’école ou plutôt avant le repas du soir. L’expérience a montré qu’il ne sert à rien de multiplier les heures de travail pour être efficace, travaillez par tranches de 50 à 60 minutes.

Apprendre à s’investir

Être bon en maths nécessite d’être concentré et actif, c’est pourquoi il est nécessaire de s’investir efficacement. En classe, il est normal de ne pas toujours comprendre d’emblée le cours ou un exercice. La première chose à faire est de persévérer et d’essayer plusieurs fois, afin de muscler son cerveau pour lui faire comprendre l’énoncé. La correction est une étape qui nécessite la même énergie et il est donc primordial de prendre une correction propre et soignée, puisqu’elle sera relue plusieurs fois. De manière générale, le cahier d’exercices de Mathématiques est votre premier outil pour réviser, c’est pourquoi il doit être bien tenu. Une fois la correction prise, les questions au professeur peuvent parfois être nécessaires pour s’assurer que tout est bien assimilé. L’investissement doit ensuite se poursuivre à la maison, où il est essentiel de refaire les exercices sans regarder la correction, de manière à s’auto-tester et cela jusqu’à ce que vous les réussissiez. Il est préférable d’espacer les tentatives dans le temps : refaire un exercice juste après avoir lu la correction ne sera bien entendu pas efficace.

Il est largement conseillé d’en profiter pour se pencher sur les devoirs donnés pour le cours suivant, qui sont des déclinaisons légères de ce que vous venez d’apprendre, ce qui est donc agréable et satisfaisant à travailler. Les mathématiques demandent beaucoup de travail et les leçons doivent parfois être expliquées à nouveau pour une meilleure compréhension.

Travailler avec méthode à la maison

Évidemment, votre travail à domicile doit s’appuyer sur les cours. Avant d’aborder les exercices, il est essentiel de reprendre votre cours de maths et de vous assurer que les concepts sont compris au travers des exemples et des exercices qui ont été faits en classe. Ensuite vient le moment de la mémorisation. Il est fondamental de rappeler qu’on ne peut faire de mathématiques avec une connaissance vague ou incomplète des définitions, des théorèmes et des propriétés. Pour devenir bon en mathématiques, il y a donc une part d’apprentissage par cœur. Organiser son travail à travers des fiches de révision est un excellent moyen pour comprendre et mémoriser ses cours de mathématiques. Ces fiches doivent être des résumés très synthétiques des cours et elles doivent se concentrer sur l’essentiel :Être bon en mathématiques

  • définitions
  • théorèmes (sans leurs démonstrations)
  • propriétés
  • méthodes classiques

L’écriture et la lecture d’une fiche permettent également de travailler l’esprit de synthèse. Elles vous seront très utiles pour l’arrivée d’un contrôle ; à plus forte raison si vous avez une mémoire visuelle et/ou mécanique. Par ailleurs, il faut faire et refaire les exercices jusqu’à ce qu’ils soient parfaitement assimilés, généralement au bout de la quatrième ou cinquième fois.

Comprenez les enjeux d’un problème de mathématiques

Les élèves ont toujours tendance à se focaliser sur le résultat, mais ce qui compte, c’est la démarche pour y arriver. Certes, il faut apprendre les cours, les formules, mais il faut surtout identifier la nature de l’exercice. Souvent, les exercices sont toujours un peu les mêmes. Lors de la résolution d’une équation, il importe plus de comprendre ce que l’on fait que d’obtenir le résultat  . En mathématiques, la théorie est toujours un peu compliquée à comprendre. De temps à autre, demandez à votre professeur quelques explications, comme le pourquoi du comment du théorème de Pythagore ou la démarche qui permet de résoudre une équation du second degré.

Comprendre un concept mathématique est bien plus formateur que d’apprendre par cœur telle ou telle formule. Une fois le concept compris, vous pourrez vous sortir de toutes les situations proposées dans les problèmes.

Ne cherchez pas à avoir fini avant d’avoir commencé

Souvent, en maths, les élèves veulent des « ficelles », des astuces pour vite arriver au résultat final. Le plus important est de comprendre les étapes qui permettent d’arriver à la solution. Un exercice de mathématiques se décompose ‘‘‘toujours’‘‘ en étapes successives. Prenez le temps de bien assimiler chaque étape . Si, dans un exercice, il est à l’évidence question de diviser, faites-le sans vous soucier de ce qui va suivre, puis passez à l’étape suivante, par exemple, une somme.

À la fin d’un exercice, reprenez l’ensemble de la démarche et essayez de trouver les mécanismes qui sous-tendent la démonstration.

Travailler avec méthode pendant les contrôles de mathématiquesTravailler avec méthode pendant les contrôles de mathématiques

S’organiser durant un contrôle nécessite aussi de la méthode. Commencez par lire le sujet dans sa totalité. Il est en effet rare qu’un professeur exige des élèves qu’ils traitent les problèmes dans l’ordre, donc vous gagnerez en confiance en commençant par le ou les exercices sur lesquels vous êtes le plus à l’aise. Cela constituera en quelque sorte votre échauffement puisque les mathématiques sont, ne l’oubliez pas, un sport de d’endurance ! Utilisez un brouillon ! C’est essentiel et cela vous évitera de rendre une copie raturée et maculée de blanco qui mettra évidemment le correcteur dans de mauvaises dispositions pour vous mettre une bonne note. La présentation des copies est bien souvent un détail oublié par les élèves. Or c’est un élément qui n’est pas à négliger : il faut vous distinguer des élèves moins soigneux et ainsi « séduire » le correcteur afin qu’il valorise votre travail ! Après avoir rédigé la trame de votre résolution au brouillon, vous pouvez consacrer un exercice par page, de manière à ce que votre travail soit propre et que vous ayez toute la place nécessaire pour éventuellement revenir dessus et apporter des modifications.

En effet, si, après plusieurs essais, vous ne trouvez pas la réponse à une question, c’est peut-être que votre cerveau sature.  Ne vous acharnez pas mais passez à une autre ou, si cela n’est pas possible en cas de questions interdépendantes, à un autre exercice. Vous y reviendrez plus tard et la réponse vous sautera peut-être aux yeux car entre-temps, vous aurez détendu votre esprit.

Travaillez avec régularité

Travailler, pratiquer avec régularité et abnégation vous permettra de progresser en mathématiques. Se mettre au travail pendant des heures la veille d’un contrôle est un très mauvais calcul : vous serez plus efficace en produisant un travail quotidien sur des laps de temps plus courts. Plus vous pratiquez, plus vous développerez des automatismes et plus vous serez à l’aise en mathématiques.

Revenez sur les erreurs que vous avez pu commettre

On apprend toujours plus de ses erreurs que de ses succès. Ne restez jamais sur un échec, reprenez le problème, voyez où se situe l’erreur et déterminez sa nature (calcul, raisonnement). Refaites l’exercice, assurez-vous de ce qui est juste et arrêtez-vous plus longuement sur une étape de la résolution qui vous semble sujette à caution  . Dans la phase d’apprentissage, il est souhaitable, lors de la résolution d’un problème nouveau, d’indiquer les différentes opérations que vous faites. En face de chaque ligne de calcul, pensez à mettre un élément d’explication. Ainsi, en cas d’erreur, vous pourrez reprendre les différentes étapes et trouver l’erreur.

Vérifiez vos réponsesVérifiez vos réponses

Que ce soit en algèbre ou en géométrie, revoyez ce que vous venez de faire. Il s’agit de refaire mentalement l’exercice et de valider chaque étape. Cette bonne habitude permet à la fois d’échapper à la routine, source fréquente d’erreurs, et de mieux ancrer les concepts et les principes utilisés. La conséquence en est assurément de meilleures notes  . La vérification de la réponse est un exercice formateur, car elle permet une nouvelle fois de mobiliser vos connaissances.

Diversifiez les ressources d’apprentissage

Pensez à consulter des ouvrages parascolaires correspondant à votre niveau ainsi que des cours et des exercices en ligne pour vous aider dans votre apprentissage. Attention cependant à ne pas trop vous disperser sur Internet : sélectionnez quelques sites qui vous conviennent. Une fois familiarisé avec ceux-ci, ils seront de précieux alliés puisque vous y trouverez rapidement l’information dont vous avez besoin dans vos apprentissages. A noter que Cours Thalès met à votre disposition les annales des sujets de mathématiques du baccalauréat ainsi que leurs corrigés ; c’est un bon moyen de faire le point sur votre état de préparation avant l’examen !

Apprenez de vos erreurs

Vous ne progresserez qu’en revenant sur vos erreurs. D’où la place centrale qu’occupe la correction des exercices au Lycée : écouter, prendre des notes propres et complètes, comparer avec votre production et poser des questions si nécessaire sont des incontournables pour faire de ce temps du cours quelque chose d’utile. Ensuite, à la maison, prenez le temps de « digérer » la correction puis refaites les exercices quelques jours plus tard pour vous assurer que vous avez bien compris et que vous ne ferez plus, à l’avenir, les mêmes fautes.

Demandez à quelqu’un de compétent de vérifier votre travail

À n’en pas douter, dans votre entourage, vous devez avoir quelqu’un qui s’y connait en mathématiques. Peu importe qui vous aidera, un de vos parents, un ami, un camarade, ce qui compte, c’est qu’il soit compétent  . Si vous n’êtes pas du genre à comprendre rapidement, prenez quelqu’un de patient et qui sait expliquer clairement les choses ! Ce n’est pas parce que quelqu’un est bon en maths qu’il est pédagogue… tant s’en faut. Si votre référent en vient à s’énerver parce que vous ne comprenez pas assez vite, changez-en pour un plus posé. N’ayez jamais honte ! Demander de l’aide est signe d’intelligence. Rares sont ceux qui comprennent tout, tout de suite et entièrement.

Chaque fois que vous rencontrez une difficulté, notez-la pour en parler plus tard avec celui ou celle qui vous aide.

Utilisez InternetUtilisez Internet

Aujourd’hui, sur Internet, vous trouverez quantité de ressources pour vous améliorer. Il y a des cours gratuits ou payants, des pages de théorie et d’exercices (résolus ou non), des vidéos sur pratiquement toutes les branches des mathématiques, pour les collégiens comme pour les étudiants  . Souvent, vous verrez des professeurs mettre en ligne leurs cours, d’autres se filment, les académies proposent aussi des ressources en ligne. Si vous en avez les moyens, des étudiants, pour se faire un peu d’argent de poche, donnent des cours. Des professeurs donnent aussi des cours privés. N’hésitez pas à poster des questions en ligne : vous verrez, les internautes sont très serviables et désintéressés.

Travailler en groupe c’est aider les autres pour s’aider soi-même

Travailler avec d’autres élèves est souvent bénéfique car vous pouvez vous entraider, partager des idées et résoudre des problèmes ensemble. Un camarade de classe qui a mieux compris et qui vous explique avec ses propres mots peut en effet vous être très profitable et complémentaire de l’explication du professeur. A l’inverse, donner des explications à un collègue est aussi un moyen pour vous de clarifier votre propre pensée et de questionner votre niveau de maîtrise de la notion qui est en jeu.

Posez des questions, demandez de l’aide

Encore une fois, il ne faut pas hésiter à poser des questions à votre enseignant, à vos camarades de classe ou à d’autres personnes compétentes en mathématiques. Si vous êtes confronté à des difficultés, demandez de l’aide pour éclaircir vos doutes. Parfois, une explication différente ou une approche alternative peut faire toute la différence. C’est d’ailleurs pour favoriser les interactions que Cours Thalès s’évertue de constituer des petits groupes de niveau lors de ses stages de mathématiques.

Voyez si votre établissement scolaire propose une aide en maths

Tous ne le font pas, mais dans certains établissements, des professeurs ou des étudiants plus âgés (tuteurs) prennent sur leur temps libre pour venir en aide aux élèves en difficulté. Renseignez-vous auprès de vos professeurs ou des conseillers d’orientation . Dans certaines communes françaises, dans le cadre de la lutte contre l’échec scolaire, il existe des cours de soutien gratuits et il y a toujours des cours de mathématiques. Renseignez-vous auprès du service jeunesse de votre mairie. Au lycée, dans le cadre de l’aide personnalisée, inscrite dans tous les emplois du temps, vous pouvez demander à avoir de l’aide en telle ou telle matière et les mathématiques en font partie.

Aidez quelqu’un à comprendre les mathématiquesAidez quelqu’un à comprendre les mathématiques

Cela peut paraitre étrange, mais le fait d’expliquer à quelqu’un d’autre de moins avancé que vous (un camarade de la même classe) une notion de maths peut vous aider à mieux la maitriser. Ce qui marche aussi très bien, c’est le travail en groupe. Avec deux ou trois camarades, vous vous réunissez régulièrement et vous évoquez ensemble les problèmes rencontrés : à plusieurs, la solution émerge le plus souvent. Cela marche pour toutes les matières  . Quand vous aidez quelqu’un, ne vous contentez pas de donner le résultat, expliquez-lui les tenants et les aboutissants d’une démonstration ou d’un calcul. Vous ne pourrez aider quelqu’un qu’à la condition d’avoir compris ce que vous expliquez. Ce faisant, après quelques recherches, vous en arriverez à approfondir les sujets abordés.

Rester motivé

Les mathématiques sont souvent difficiles et « elles se méritent », mais ne vous découragez pas. Restez motivé, persévérez et croyez en vos capacités. C’est une discipline exigeante et même parfois ingrate au début, puisque les fruits des efforts déployés ne se récoltent pas immédiatement, mais au contraire souvent dans la durée. Donc soyez patient et dites-vous que votre abnégation sera alors tôt ou tard récompensée !

Les stages Cours Thalès

Si vous êtes autonome, vous pouvez améliorer vos compétences et réussir en mathématiques en suivant ces conseils et en travaillant régulièrement. Néanmoins, une aide extérieure peut parfois s’avérer très utile et c’est la mission des Cours Thalès que de répondre à ces besoins en proposant des stages de maths en Seconde, Première et Terminale qualitatifs et adaptés à tous les élèves quel que soit leurs niveaux en mathématiques. Pendant nos stages de mathématiques, nos professeurs prennent du temps avec chaque élève afin d’approfondir les notions, de retravailler les exercices non compris et d’avancer au rythme de chacun pour une meilleure compréhension, avec un objectif clair : améliorer vos résultats en mathématiques !

Demandez de l’aide à votre professeur

Certes, durant les cours, le professeur n’a pas le temps de tout expliquer à tout le monde, mais après les cours, il saura vous écouter et vous aider d’une façon ou d’une autre. Certains sont même prêts à vous accorder un peu plus de temps que la seule durée de la récréation . N’hésitez pas à demander de l’aide à votre professeur. Nombreux sont ceux qui ont des problèmes avec cette matière et dans sa carrière, un professeur a forcément connu des élèves en difficulté et a su, dans la grande majorité des cas, leur venir en aide : c’est son métier. Formulez précisément votre problème. Ne lui dites pas que vous ne comprenez rien en maths, auquel cas il ne pourra rien faire pour vous.

Par contre, si vous lui dites que vous n’avez pas compris l’intérêt du déterminant dans la résolution d’une équation, il vous répondra immédiatement.

Faites appel à un étudiantÊtre bon en mathématiques

Si vous avez vraiment des difficultés à assimiler les maths, faites appel, gratuitement ou moyennant rémunération, à un répétiteur qui, une à deux fois par semaine, ne fera pas vos exercices à votre place, mais vous expliquera calmement ce qu’il y a à savoir. Si vous avez des difficultés d’apprentissage liées à un handicap, comme une dyscalculie, essayez de trouver un aidant qui travaille déjà avec des élèves comme vous, car il faut des compétences spéciales. Le médecin (ou le psychomotricien) qui vous suit pourrait vous être d’un grand secours dans votre recherche de la bonne personne  .

Soyez optimiste

Nombre de personnes qui échouent en maths en sont arrivées là uniquement parce qu’ils ont toujours pensé que, quoi qu’ils fassent, ils échoueront toujours. Or, il n’y a aucune malédiction qui pèserait sur certains et non sur d’autres ! Dit autrement, si vous partez battu, vous serez… battu, mais cela est vrai pour toutes les matières. Soyez optimiste, dites-vous que vous allez réussir et avec du travail, les choses devraient s’améliorer sensiblement . La frustration sinon le dégout ne sont alors pas très loin. Chaque fois que vous vous essayez à un exercice, vous vous demandez à quoi cela rime, puisque de toute façon vous aurez une mauvaise note… et en effet, vous avez une mauvaise note. Vous vous enfoncez un peu plus dans la négation de cette matière. Considérez vos mauvais résultats en maths comme un manque de travail, même si cela peut parfois être un manque de méthode.

CArrêtez de penser que vous êtes mauvais, mais dites-vous plus simplement que vous n’avez pas assez travaillé tel ou tel point : ne vous mentez pas.

Ôtez-vous de l’esprit que vous êtes mauvais en maths

L’échec en mathématiques n’est ni une malédiction ni une donnée inscrite dans les gènes. Dans le même ordre d’idées, beaucoup pensent que certains ont la bosse des maths, comme si ceux qui réussissaient ne travaillaient pas. Des études sérieuses ont prouvé que, moyennant certaines conditions, tout un chacun était capable de tirer son épingle du jeu dans cette matière . Il est cependant vrai que certaines personnes ont de bons résultats en maths sans trop travailler. Cependant, plus le temps passe, plus le niveau s’élève et plus ces personnes sont obligées de travailler. Elles se font souvent rattraper par des étudiants qui avaient moins de facilités au départ, mais qui, grâce à un travail continu sur plusieurs années, ont acquis de solides connaissances. Ceux qui réussissent bien trouvent souvent que les maths sont un jeu : ils travaillent en s’amusant. En cas de difficultés d’apprentissage, par exemple, une dyscalculie, des progrès sont toujours possibles.Être bon en mathématiques

Ce qui change, ce sont les méthodes et la durée d’apprentissage, mais le résultat est le même. Pour tout le monde, la réussite en maths est conditionnée au travail fourni.

Prenez cette matière au sérieux

Certains apprenants échouent, parce qu’ils ne prennent pas cette matière au sérieux. Certains rigolent de leur nullité, d’autres de leur manque de travail, d’autres enfin considèrent que c’est une matière à faible coefficient. C’est leur problème : écoutez les cours, retravaillez-les et vous réussirez, les autres non . Quand bien même vous n’auriez pas besoin des maths pour avoir un métier, on apprend des façons de raisonner, d’analyser qui peuvent se révéler fort appréciables dans la vie de tous les jours. Ne mettez pas les maths au rebut, ne serait-ce que parce qu’elles sont utiles dans la vie quotidienne. Dans certaines professions, il est nécessaire d’avoir un bagage minimum dans cette matière. Ce serait bête de vous priver d’un métier que vous aimez pour cette raison.

Ne vous découragez jamais

Sur le long terme, la seule façon d’avoir des résultats en maths est de travailler, d’apprendre ses cours et de faire les exercices. Ce n’est pas en travaillant au dernier moment que vous aurez de bonnes notes. Il vous arrivera de connaitre des passages à vide, mais dites-vous que ce n’est que passager et avec votre travail et de l’aide, vous surmonterez les difficultés.

Conclusion

Quand vous ne comprenez pas en classe, levez le doigt pour poser la question. Vous rendrez ainsi service à tous vos autres camarades. Ne révisez pas au dernier moment. Travaillez régulièrement tous les jours. N’hésitez pas à passer du temps sur une leçon difficile. Ce temps qui semble gaspillé sera rattrapé plus tard. Gardez toujours une trace écrite de ce que vous faites. Vous pourrez ainsi retrouver dans vos notes tel ou tel chapitre et une simple relecture vous permettra très vite de vous rafraichir la mémoire. Une heure d’étude par jour est vraiment un minimum pour tirer son épingle du jeu. Plus, c’est encore mieux !Ne vous découragez jamais

Faites comme les mathématiciens : prenez cette matière comme un jeu, drôle, énigmatique. Parfois, c’est difficile, mais quand la difficulté est surmontée, quelle satisfaction !

Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils