COMMENT SURMONTER SES PEURS AU QUOTIDIEN

Affronter ses peurs

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

       

Comment surmonter ses peurs ? 

surmonter ses peurs : il est souvent difficilei de vivre pleinement lorsque l’on souffre de phobie. Par définition, elle a tendance à occuper les pensées en permanence. Pourtant, il existe des solutions pour apprendre à vivre avec ses phobies au quotidien . On loue souvent l’intrépidité déployée par les personnes qui réussissent lorsqu’elles atteignent leurs objectifs. Cependant, la prise de décisions audacieuses dans la vie ne signifie pas vivre sans peur. Cela veut plutôt dire que vous rêvez grand et que vous ne craignez pas de prendre des risques. En affrontant vos craintes, en modifiant votre mentalité et en changeant concrètement certains aspects de votre vie, vous pourrez prendre la voie de la réussite et envisager un avenir débarrassé des peurs qui vous handicapent.

 Qu’est-ce qu’une phobie ?

La phobie se définit par une peur panique et irrationnelle qui se porte sur un objet ou une situation. Elle peut aller de la simple phobie des araignées ou des souris à la peur du métro, de l’avion, ou encore de la prise de parole en public. L’intensité des symptômes est différente d’une personne à l’autre. Pour parler d’une véritable phobie, il faut que l’angoisse soit si forte qu’elle rende l’anxiété insupportable et altère le quotidien.Toutes les personnes phobiques ont conscience de la dimension irrationnelle de leurs peurs. Cependant, elles se tétanisent ou partent en courant en faisant bien attention à éviter toute situation pouvant les plonger à nouveau dans l’angoisse. Il est impossible pour elles de la surmonter.

Phobie : peur de l'avion

  Quel est le quotidien d’un phobique ?

l’Organisation mondiale de la santé, un adulte sur deux éprouverait des peurs excessives et gênantes alors que 12 % de la population souffre de réelles phobies invalidantes. Au quotidien, c’est pour les phobiques un véritable handicap qui pose problème dans de nombreuses situations. La peur pouvant survenir à n’importe quel moment, le plus souvent de façon incontrôlable et pas seulement dans une situation dangereuse. Elle peut alors vite devenir obsédante au point que toute l’existence est organisée autour de cette peur. Le phobique met en place des conduite d’évitement qui l’enferme progressivement sur lui-même, allant même parfois jusqu’à l’empêcher de sortir de chez lui. Affronter sa peur devient pour lui quelque chose d’inimaginable, à tel point qu’un traitement et qu’une prise en charge médicale s’avèrent le plus souvent nécessaires.

Comment surmonter sa phobie au quotidien ?

En plus d’une prise en charge par un psychiatre et parfois par un psychologue pour un traitement médicamenteux et une psychothérapie, on recommande de :

  • Se cultiver autour de l’objet de sa peur pour diminuer l’appréhension de l’inconnu et le stress. Il s’agit par exemple d’apprendre le fonctionnement du vol de l’avion pour avoir l’impression de mieux maîtriser la situation ;
  • Désobéir à ses peurs pour éviter qu’elles ne se renforcent en considérant la peur excessive comme un invité indésirable et abusif, et en faisant la différence entre ce que l’on désire (vivre libre) et ce que veut la peur (asservir) ;
  • Réfléchir à l’origine de ses peurs sans y consacrer tout son temps et son énergie et rapidement passer à l’action en osant affronter concrètement l’objet de la peur ;
  • Écrire pour coucher ses angoisses sur le papier et prendre du recul sur ses pensées. Ce travail peut aider à rationaliser et à minimiser la peur pour modifier progressivement le comportement ;
  • Rester positif en prenant du recul sur la situation et en se concentrant sur les aspects positifs de sa vie et sur chaque effort qui aide à surmonter sa peur ;
  • Lâcher prise en évitant de vouloir contrôler à tout prix sa peur et en prenant conscience qu’il est impossible de tout prévoir ni d’avoir la main sur tout.
  • Certaines activités de relaxation comme la méditation, le yoga, ou encore la sophrologie peuvent aussi aider à surmonter ses peurs au quotidien. Les peurs excessives témoignent en général d’une hyperémotivité. Souvent vue comme un défaut, elle est au contraire une richesse qui ne disparaîtra pas. Il faut donc garder l’habitude de faire face à ses peurs, quelles qu’elles soien.Peur de parler en public
      Identifiez les symptômes de la peur

La première étape pour surmonter une peur consiste à la détecter dès son apparition. Il peut y avoir des moments où vous agissez par peur sans même l’admettre consciemment. Dorénavant, chaque fois que vous hésitez ou que vous éprouvez de la crainte, arrêtez-vous et analysez la manifestation de ces émotions dans votre corps. Lorsque vous aurez catalogué ces symptômes, vous pourrez les reconnaitre plus rapidement et mieux y faire face . Voici quelques signes qui peuvent traduire un état de peur :

  • des difficultés à respirer ;
  • une envie soudaine de fuir ou de courir ;
  • un rythme cardiaque élevé ;
  • des étourdissements ou même un évanouissement ;
  • une transpiration abondante ;
  • un sentiment d’anxiété ou de panique ;
  • l’impression d’être impuissant face à votre peur, même si vous savez qu’elle est irrationnelle.
  Déterminez les raisons de vos craintes

Notez sur un morceau de papier la liste détaillée de toutes les choses dont vous avez peur. Gardez cette liste à portée de main et ajoutez des éléments tous les jours jusqu’à ce que vous ayez l’impression d’avoir noté tout ce qui vous effraie. Soyez le plus précis possible. Si vous avez peur d’obtenir une promotion par exemple, notez ce qui vous gêne exactement ? Craignez-vous de ne pas réussir à assumer vos nouvelles responsabilités ou êtes-vous gêné(e) par les réactions de votre entourage [2]  ?

  • Les peurs non identifiées risquent de s’amplifier. Mais, une fois qu’elles seront révélées au grand jour, il se peut que vous ne les trouviez plus si effrayantes.
  Le courage, c’est d’avancer avec sa peur

Le courage

Il ne s’agit donc pas d’ignorer nos peurs, mais d’avancer avec elles et d’aller de l’avant sans se laisser paralyser. “Quand vous passez le concours, explique le Dr Chantal Régnier aux étudiants en première année de médecine, vous avez peur et c’est normal. Ne vous dites pas que c’est nul d’avoir peur, mais quand vous arrivez à votre table le jour J, imaginez que vous posez votre peur sur la table devant vous et que vous l’enfermez dans une boite. Puis mettez mentalement la clé dans votre poche, et mettez-vous au travail.”

“Le vrai courage est bien de tenir ce qu’on a décidé de faire, avec sa peur”, confirme le Dr Pascal Ide, prêtre, docteur en psychologie et philosophie. Les Anciens considéraient le courage comme une force d’âme qui permet d’accomplir ce qui est bon malgré la peur. Mais c’est une vertu qu’on peut tout à fait acquérir “. Ne vous dites donc pas que vous êtes lâche, peureux, craintif(ve), nul(le) ou “pas cap”, mais prenez plutôt, pas à pas, le sentier du courage.

  Apprivoiser ses peurs, les regarder en face

Plutôt que de fuir, invitez votre peur à votre table et regardez-la en face. Au fait, savez-vous reconnaître les signaux corporels qui indiquent l’arrivée de cette invitée indésirable ? Gorge qui se serre, boule au ventre, cœur qui bat, mains moites, maux de tête… Chacun a ses alertes personnelles qu’il est utile de connaitre. Mais au lieu de chercher à chasser ce mal-être, par exemple en allant faire la fête ou en rentrant dans votre coquille, acceptez de rester un peu avec vous-même : vous avez peur, oui, mais de quoi exactement ? Que craignez-vous ? Et d’où vous vient cette crainte ? Il n’est pas toujours aisé de le savoir car nos peurs les plus profondes viendraient de traumatismes vécus dans l’enfance et même dès le ventre de notre mère ! Pourtant, selon le psychologue Jacques Salomé, “derrière toute peur, il y a un désir” et “Il est donc possible de reformuler une peur, en exprimant le désir ou le besoin qui en est à l’origine”.

Regarder ses peur en face

Par exemple, la peur de s’engager dans une relation amoureuse durable peut être due à un très fort désir d’indépendance et de liberté. Regarder ainsi sa peur en face est la première marche, capitale, pour l’apprivoiser. Dans son livre “Chemin de traverse”, Nicolas Hulot raconte ainsi comment à 18 ans, un soir de Noël, il découvre le corps de son frère, enroulé dans un tapis dans la cave sombre de son immeuble. Et comment le lendemain, il se force à redescendre dans cette cave, pour exorciser sa peur. Une expérience marquante qui lui permettra par la suite d’affronter bien d’autres peurs…

Réfléchissez pour trouver des solutions

Pour chaque peur listée, essayez d’imaginer une parade pratique. Attachez-vous à cette tâche lorsque vous êtes calme et serein, et non lorsque vous êtes en situation de peur. Vous pouvez aussi réfléchir sur la question avec un(e) ami. Son point de vue et ses idées pourraient vous être très utiles.

  • Si, par exemple, vous craignez de subir des blessures physiques, mettez au point différentes manières de vous protéger. Vous pouvez porter un casque lorsque vous faites de la bicyclette ou un gilet de sauvetage lorsque vous êtes en bateau.
  • Si certaines interactions interpersonnelles vous effraient, essayez de faire des jeux de rôle avec un(e) ami. Réfléchissez à différentes stratégies que vous pouvez mettre en place pour que la conversation se déroule bien.
  • Si vous avez peur d’un grand changement qui va se produire dans votre vie, essayez d’imaginer chaque aspect de ce bouleversement, et la manière dont il vous affectera. Demandez-vous s’il va améliorer votre situation ou si c’est l’inverse.
  Gérez vos peurs

Le fait d’avoir du courage ou de l’audace ne veut pas dire ne jamais avoir peur. Cela signifie plutôt faire face à ses craintes et savoir les maitriser. Si vous avez du mal à vous prendre en main, voici différentes méthodes que vous pouvez utiliser pour y parvenir :

  • relisez la liste de vos peurs et des solutions trouvées ;
  • demandez à un(e) ami son point de vue pour déterminer si votre peur est rationnelle ;
  • pratiquez la respiration profonde.
  Affrontez vos peurs

La respiration profonde

Lorsque vous savez gérer votre anxiété et vos peurs, il est temps de vous remettre en question et de les vaincre. Vous pouvez faire face progressivement aux choses ou aux évènements que vous craignez, en vous y allant à petites doses, et en voyant concrètement comment vous tirer d’affaire. Augmentez votre degré d’exposition jusqu’à ce que la peur que vous souhaitez surmonter ne vous dérange plus du tout . Supposez que vous ayez peur d’être sur les hauteurs. Essayez de faire un tour de manège, par exemple une montagne russe peu élevée avec un ami. Si vous craignez de prendre la parole en public, essayez de participer à un atelier d’initiation à l’art du conte.

   Fuir les projections de l’imagination

En général, nous avons peur d’une chose qui n’est pas encore là mais que nous craignons par avance. Certains sont maîtres dans l’art d’imaginer le pire et de décupler ainsi leur angoisse. Et l’on peut dépenser une énergie folle à se faire peur et à fuir les situations qui nous angoissent. Plutôt que de nous projeter dans l’avenir, revenons au présent. Il comporte certes une part d’incertitude, mais nous laisse aussi une grande latitude pour agir positivement. Plutôt que de craindre toujours que la personne aimée lui vole sa liberté, Maxime peut par exemple essayer de mieux dialoguer avec elle pour construire un couple équilibré.

Multiplier les petits actes de courage

Après le premier pas, faisons en un autre, puis un autre. Hantée par la peur d’être critiquée, Sandrine a développé une aversion pour le conflit. Dans son travail, elle “s’écrase”, n’osant pas donner ses idées par crainte de déplaire à son chef de service. Mais à l’occasion d’un conflit, elle prend conscience de son malaise et ose se joindre à une action collective. Puis elle ose parler en public dans une réunion. Peu à peu, elle se sent moins craintive, moins angoissée, et parvient même à s’exprimer paisiblement face à son chef sans perdre ses moyens.

En se libérant de ses peurs, elle prend confiance en elle et laisse même germer certains talents. Comment affronter ses peurs ? Pour grandir en courage, pas besoin donc d’être un Rambo ou une Superwoman : exerçons-nous à poser de petits actes, à affronter de nouvelles peurs, fixons-nous de petits “challenges-courage” qui nous aident à progresser et exerçons-nous, surtout, à être fidèle à nos valeurs dans les choix de la vie ordinaire.

Les grands héros ou les martyrs ne sont pas forcément des gens plus courageux que les autres au départ, mais le don de leur vie est préparé par tous leurs petits actes de courage quotidiens, souligne Pascal Ide. Et, finalement,  il devient naturel pour eux de ne pas mettre l’amour de leur propre vie, de leur bien-être ou de leur sécurité

Multiplier les petits actes de courage

  Acceptez l’idée que certaines peurs sont saines

La peur est une fonction évolutive et adaptative qui nous alerte en cas de danger et qui nous permet de nous mettre en sécurité. Par exemple, lorsque vous vous sentez nerveux près du bord d’une falaise, c’est la peur qui vous prévient que cette situation est dangereuse et que vous devez être prudent. Une peur saine sert toujours à quelque chose. Vous devez accepter une sensation très utile dans la vie moderne, même si elle est désagréable .

  Sachez reconnaitre quand votre peur vous submerge

Une certaine dose d’appréhension est compréhensible et naturelle, surtout si vous êtes face à l’inconnu. Cependant, si ce malaise a un effet négatif sur votre vie, il faudrait peut-être prendre certaines mesures pour le dissiper. Si vous éprouvez une peur intense, pensez à demander conseil à votre médecin traitant ou à un thérapeute . Une peur peut devenir handicapante notamment dans les cas suivants :

  • par exemple, si elle déclenche chez vous une anxiété trop grande ou une crise de panique ;
  • si vous savez qu’elle est irrationnelle ;
  • si elle vous pousse à éviter certains lieux, certaines situations ou certaines personnes ;
  • si elle perturbe votre vie ;
  • si elle persiste plus de 6 mois.
Trouvez un modèle

Il peut s’agir d’une célébrité, d’un ami et même d’un personnage de livre ou de film. Le fait d’avoir quelqu’un qui vous inspire vous aidera peut-être à surmonter vos peurs. Vous devrez d’abord trouver un personnage qui correspond à ce que vous souhaitez être. Puis, essayez de trouver un exemple qui vous servira de modèle. Voici un exemple de démarche dont vous pourrez vous inspirer  :

  • premièrement, choisissez votre modèle ;
  • ensuite, dressez une liste de ses qualités personnelles ;
  • puis, réfléchissez à ce que vous devez faire pour lui ressembler.
 Ayez confiance en vous

Confiance en soit

Si vous souhaitez surmonter vos peurs, vous devez savoir qui vous êtes et avoir confiance en vos capacités. Bien évidemment, vous n’êtes pas parfait(e) et vous pouvez vous améliorer. Cependant, souvenez-vous que vous êtes capable, méritant et fort. Vous pouvez agir de la manière suivante :

  • prenez un cahier, un stylo et un minuteur ;
  • réglez le minuteur sur 5 minutes, puis écrivez sans vous arrêter jusqu’à ce qu’il arrive à 0 en commençant avec les mots « je suis » ;
  • mettez de nouveau le minuteur sur 5 minutes, et écrivez à propos de vos capacités et de vos forces, en commençant le texte par « je peux ».

Défiez les normes 

Être audacieux(e) et intrépide, c’est être prêt à ne pas agir de manière convenue. Si vous n’êtes pas certain de ce que vous devez faire dans une situation donnée, tentez d’agir en faisant différemment des autres, même s’il s’agit d’un acte apparemment anodin. Cela vous permettra d’avancer dans votre quête pour surmonter vos peurs. Voici des exemples:

  • mettez une tenue audacieuse ou coiffez-vous différemment ;
  • faites prendre à votre carrière un virage inattendu ;
  • sortez avec quelqu’un qui diffère des personnes avec lesquelles vous sortez habituellement.
  Cultivez un état d’esprit positif

Pour surmonter les peurs qui vous gênent, il est fondamental de développer une mentalité positive et forte. Vous aurez toujours à faire face à des défis, des revers, des choses à craindre et des obstacles. C’est la façon dont vous réagissez à ces facteurs qui vous amènera à vous débarrasser de vos peurs. Voici quelques idées qui vous aideront à garder un état d’esprit positif :

  Déterminez des objectifs raisonnables et évolutifs

Des objectifs raisonnables

N’ayez surtout pas peur de réaliser vos rêves. Vous pourrez y parvenir en vous fixant une série d’objectifs réalisables qui vous permettront de vivre la vie que vous souhaitez. Commencez par définir votre but ultime, puis trouvez 5 ou 10 étapes pour l’atteindre.

  • Fixez-vous de petites étapes qui mènent à un objectif plus important. Cela vous facilitera la tâche.
  • Si vous n’arrivez pas à déterminer votre objectif, demandez-vous ce que vous avez toujours rêvé de faire.
  • Si par exemple, vous voulez écrire un roman, définissez des étapes intermédiaires. Vous pouvez vous donner pour but d’écrire 500 mots par jour ou de finir un chapitre chaque semaine.
Établissez un plan

Après l’identification de votre objectif, vous devez dresser un plan. Divisez-le en petites étapes auxquelles vous attribuez des échéances. Pensez aux obstacles que vous pourriez rencontrer et réfléchissez à la manière de les surmonter  . Si vous souhaitez entreprendre un voyage, la première chose que vous devez faire est de faire des économies
pour le payer. Élaborez un plan pour déterminer la manière de gagner votre argent et évaluer la somme que vous mettrez de côté chaque mois, afin d’atteindre votre objectif. Si vous souhaitez perdre du poids, adaptez votre alimentation et créez un programme d’exercices en vous fixant des échéances précises.

   Passez à l’action concrète

L’audace est le contraire de l’hésitation. Lorsque votre plan est prêt, vous devez franchir le pas. Recherchez une communauté de personnes qui ont le même but que vous et rejoignez-les pour garder votre motivation et vous responsabiliser. Entretenez votre motivation en fêtant les petites victoires. Au lieu de remettre les choses à plus tard, forcez-vous à agir immédiatement, car c’est le meilleur moment pour commencer.

 Acceptez vos erreurs

Accepter vos erreurs

De nombreuses personnes se retiennent de faire certaines choses par peur de l’échec. En fait, tout le monde commet des erreurs. Les personnes audacieuses n’ont tout simplement pas peur de ces erreurs inévitables. Attendez-vous à subir des échecs. Apprenez à les accepter et à les utiliser comme des expériences qui vous font progresser.

  • Si vous êtes écrivain, votre objectif pourrait être de recevoir 20 lettres de refus par année.
  • Si vous faites du sport, participez à une compétition que vous êtes presque certain(e) de perdre.
  • Si vous n’avez jamais subi d’échec, c’est que vous n’avez jamais tenté de dépasser vos limites.
  • Soyez persévérant dans tout ce que vous entreprenez. Ne vous laissez pas freiner par les erreurs, les refus ou quelques tentatives ratées.

Avertissements : Ne confondez pas l’audace et la stupidité. Une personne conduisant à contresens et en état d’ébriété sur une route qui surplombe un gouffre fait preuve de bêtise et non d’intrépidité. Les peurs intenses s’appellent des « phobies ». Si vous souffrez de ce type de peurs démesurées et irrationnelles, consultez votre médecin ou un thérapeute. Ces spécialistes pourront vous aider .

Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils