COMMENT SAVOIR SI L’ON EST CODÉPENDANT

savoir si l'on est codépendant

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment savoir si l’on est codépendant ?

Savoir si l’on est codépendant : vous arrive-t-il de faire passer les besoins de votre partenaire avant les vôtres? Votre bonheur dépend-il de celui de votre partenaire? Si cette dynamique est présente, vous vivez peut-être une relation de codépendance, explique la psychologue. Une personne codépendante développe des habitudes qui rendent la relation avec une autre personne unilatérale. Dans de telles relations, le codépendant met de côté tous ses besoins personnels et sacrifie toutes ses émotions au profit de l’autre personne  . Si vous craignez d’être codépendant, il y a des moyens pour vous aider à déterminer si vos craintes sont fondées.

Codépendance – qu’est ce que c’est

La codépendance est un trouble de la relation, caractérisé par une forte dépendance vis-à-vis d’un partenaire qui présente des difficultés. Par exemple, il est dépendant de l’alcool ou du jeu. La personne co-dépendante souhaite l’aider à n’importe quel prix, en sacrifiant ses propres besoins au profit de son partenaire. Ses sacrifices provoquent chez elle une forte frustration qu’elle a tendance à nier et qui reste inexprimée. Malgré la souffrance éprouvée, le codépendent ne parvient pas à se libérer.La relation est donc houleuse, remplie d’excès et d’émotions extrêmes, de passion, de colère. La personne co-dépendante se sent mieux dans de telles relations. Dans une relation calme, elle s’ennuie rapidement. Vivant en couple avec une personne dépendante de l’alcool, de la drogue ou des jeux, vous êtes convaincu que sans votre aide il ou elle va sombrer. Vous l’aidez donc à n’importe quel prix, à votre détriment et sans vous soucier de vous-même. Vous êtes consommé par ce besoin obsessionnel de contrôler l’autre pour le protéger de lui même.

Votre attention est centrée sur les besoins de l’autre, tout en méconnaissant les vôtres. Dans tous les cas, ses besoins passent loin devant les vôtres et en fait la relation est émotionnellement abusive et destructrice. La codépendance est avant tout une recherche d’amour par la personne qui n’a jamais reçu de l’attention autrement que sous forme d’emprise et de contrôle. Il est donc logique qu’elle continue à confondre amour et contrôle. Toutefois, la co-dépendance peut apparaître dans d’autres types de relations, notamment amicales, professionnelles ou sociales et non seulement dans les relations de couple ou familiales. Une personne co-dépendante a appris à taire ses besoins et fait tout pour satisfaire les autres. Son sentiment de bien-être dépend de l’acceptation de l’autre et elle a peur de déplaire. Elle a une faible estime de soi et est toujours en train de se comparer avec les autres.

Elle se sent responsable de son partenaire qui, lui, souvent, ne se sent concerné par rien ou presque. Elle tente alors de le contrôler pour lui éviter que sa situation se dégrade ou pour lui apporter du bien-être. Un codépendant est prêt à tout, y compris à agir contre son propre intérêt pour garder l’amour de l’autre. Dans ce cadre, il peut prétendre être heureux et feindre le bien-être. L’attention du co-dépendant est centrée sur les besoins du partenaire en difficulté. Il sacrifie voire méconnaît les siens. Jusqu’au moment où il n’en peut plus de tout ça et rejette la relation. C’est une réaction de contre dépendance. Certains signes de contre dépendance peuvent apparaitre lorsque la personne codépendente souffre de sa dépendance vis à vis de son mari ou fils addict et ne supporte plus ni l’état de soumission ni les comportements de l’autre. Elle peut ainsi passer d’une phase à l’autre.

Une relation de codépendance connait cette alternance de phases de dépendance et de contre-dépendance. Un revirement complet peut aussi se produire. Le dépendant devient alors rejetant, tandis que l’autre prend son rôle du co-dépendant.

Comment comprendre la co-dépendance ?Savoir si l'on est codépendant

À la base de la codépendance se trouve une dépendance affective à la personne addicté. Il s’agit de la dépendance psychologique à un partenaire. C’est généralement un partenaire qui a besoin de soutien en raison d’une maladie, d’un déséquilibre ou d’une dépendance. La personne co-dépendante semble addicte aux besoins de son partenaire mais aussi de son acceptation. Elle ne peut pas supporter que le partenaire soit mécontent ou se fâche contre elle. « Je ne peux pas supporter quand il se fâche contre moi, et je ferai tout pour qu’il soit content, même si cela me coute!«

Le schéma de codépendence

Le schéma de codépendence est transmis par des processus multifamiliaux transgénérationnels incluant les parents et leurs ancêtres. La transmission s’opère de manière inconsciente et s’appuie sur le mécanisme du déni. Les parents transmettent souvent aux enfants les schéma qu’ils ont eux-mêmes hérité de leurs propres parents. Mais personne dans la famille n’est conscient de ces schémas, personne n’en parle. Même s’ils souffrent, ils ne voient pas de problèmes.

Vous êtes amoureux d’un alcoolique… Vous ignorez ou niez vos sentiments de frustration et vos besoins émotionnels. Vous avez peut-être grandi dans une famille où vos opinions et vos émotions n’ont pas été respectées. Vos besoins émotionnels n’ont pas été satisfaits de manière adéquate. Dans cette famille, plutôt que de risquer le rejet ou la critique, vous avez choisi d’apprendre à ignorer vos besoins ou à croire qu’ils étaient faux, d’ignorer vos émotions ou les considérer comme sans importance. Les autres étaient plus importants… et pour garder leur amour il a bien fallu être très attentionné et apprendre à taire ses besoins.

Vous avez été poussé à croire que le mieux c’est de ne rien attendre et donc devenir autosuffisant. En conséquence, vous avez appris à chercher du réconfort dans le travail, le sexe, la nourriture ou les drogues.

La codépendance est-elle un problème?

La codépendance est malsaine parce qu’elle est basée sur la peur plutôt que sur l’amour.  La peur est un instinct de protection. Lorsqu’on ressent de la peur, c’est là qu’on perd contact avec soi-même. Et on cède son pouvoir personnel aux autres.  Dans une telle situation, il est impossible de s’épanouir et de trouver le bonheur. Ce n’est pas la façon d’avoir une relation saine avec soi-même ou avec les autres.

Quels sont les signes de la codépendance ? Savoir si l'on est codépendant

  1. Faire plaisir « C’est être d’accord avec tout ce que votre partenaire veut, même si vous ne voulez pas ou n’aimez pas quelque chose. »
  2. Accorder plus d’attention aux besoins et aux sentiments de l’autre qu’aux siens « Également connu sous le nom de “prise en charge”, c’est le fait de prendre soin de quelqu’un au détriment de son bien-être. »
  3. Faible valeur personnelle ou faible estime de soi « Souvent, les personnes qui vivent une relation de codépendance ne savent pas qui elles sont. Elles ne savent pas en quoi elles croient et n’ont pas d’amour-propre. »
  4. Être un marty« Un martyr est une personne qui ressent le besoin de se sacrifier pour les autres, quel qu’en soit le coût pour elle-même. Elle trouve sa valeur personnelle dans ce qu’elle fait, en se sacrifiant pour les autres. Or, quand on ne donne pas avec joie, on peut nourrir de la rancœur. »
  5. Utiliser l’attention pour contrôler l’autre « Les marques d’attention s’enracinent dans l’amour, l’acceptation et le respect, tandis que le contrôle naît de la peur. Dans les relations de codépendance, le contrôle se déguise souvent sous une forme d’attention. »
  6. Absence de limites « Les personnes qui vivent une relation de codépendance ont souvent de la difficulté à tracer leurs propres limites saines. Elles peuvent également avoir du mal à reconnaître et à respecter les limites des autres. »
  7. Mauvaise communication « Une relation de codépendance est un obstacle à une bonne communication. La personne qui se dévoue n’est souvent pas consciente de ses propres désirs et besoins. Et lorsqu’elle sait ce qu’elle veut, elle hésite à le dire. »
  8. Tensions dans la relation « La codépendance nous amène à blâmer l’autre personne pour nos propres actes et comportements. On ne réfléchit plus de façon objective. Par exemple : “Si seulement l’autre personne changeait, tout irait mieux.” Cela crée des tensions et un manque d’autonomie qui se traduit par des disputes fréquentes. »
  9. La peur de l’abandon « La peur de l’abandon provient souvent d’une forte crainte que la personne aimée parte. On a l’impression de ne pas pouvoir vivre sans elle, ce qui peut entraîner des comportements malsains. Il s’agit notamment d’actes de jalousie et de questions ou de surveillance inutiles auprès de l’autre personne. »

Comment développe-t-on des traits de codépendance? 

Les raisons pour lesquelles une personne développe des traits de codépendance sont complexes. Elles ne peuvent être réduites à une simple relation de cause à effet . Beattie considère que les tendances codépendantes se développent comme une réponse au stress. Je pense que c’est aussi une réponse à la peur et aux traumatismes.  Selon elle, les traumatismes peuvent conduire à des relations de codépendance. Il peut s’agir d’un traumatisme survenu dans l’enfance ou à l’âge adulte.  L’expérience d’un traumatisme entraîne la violation des limites et la perte du pouvoir personnel. Lorsqu’on perd son pouvoir personnel, on risque aussi de perdre la capacité de fixer des limites personnelles saines.  Zuraida estime que le besoin de contrôle est souvent une réponse à un traumatisme. Et que certaines personnes peuvent surcompenser leur sentiment d’impuissance en essayant de contrôler les gens et les situations.Comment développe-t-on des traits de codépendance? 

D’après elle, les traumatismes de l’enfance peuvent rendre craintif et dépendant.  On peut avoir besoin d’une autre personne qui nous approuve et comble nos besoins émotionnels. Ou bien on a besoin de prendre soin des autres au détriment de notre bien-être personnel.

Comment savoir si l’on est codépendant ?

Comprenez le concept de la codépendence

Comment savoir si l’on est codépendant : la codépendance, encore appelée dépendance relationnelle, est une condition émotionnelle et comportementale qui affecte de nombreuses personnes. Une personne codépendante évite les émotions personnelles fortes et désagréables et préfère se pencher sur les besoins de l’autre personne. Dans les relations codépendantes, l’individu codépendant se focalise uniquement sur les besoins et le bienêtre de l’autre personne et s’oublie complètement, souvent à son propre détriment .

Cherchez des comportements qu’affichent les personnes codépendantes

Les codépendants affichent un certain nombre de comportements. On peut observer ces comportements en partie ou entièrement à tout moment. Parmi ces comportements, nous avons :

  • la tendance à éviter les émotions désagréables ou les conflits ou le fait de voiler les émotions avec des expressions agressives de colère ou d’humour passives
  • se porter garant des actes de l’autre ou une surcompensation pour les actes d’un partenaire
  • une mauvaise interprétation faisant croire que l’amour est synonyme de venir au secours d’une autre personne, ce qui conduit à penser constamment aux besoins des autres
  • s’impliquer plus dans une relation que son partenaire
  • une aptitude à s’en tenir à une relation quel que soit le sentiment ou la loyauté du partenaire, même si la relation vous porte préjudice, juste pour éviter le sentiment d’abandon
  • la difficulté de dire non ou la culpabilité d’affirmer quelque chose
  • un extrême égard aux opinions des autres ou le fait de donner plus de valeur à leurs opinions au détriment des vôtres la difficulté à communiquer, à identifier ses propres besoins ou à prendre des décisions 
  • le ressentiment au profit du manque d’efforts personnels et de sacrifice de soi, ce qui conduit au sentiment de culpabilité

Posez-vous des questions qui reflètent les comportements codépendants

  • Si vos tendances et comportements ne vous permettent pas de déterminer si vous êtes codépendant, il y a des questions que vous pouvez vous poser, qui vous révèleront la vérité.
  • Est-ce que la personne avec laquelle vous vivez lève la main sur vous ou est violente envers vous d’une manière ou d’une autre ?
  • Avez-vous du mal à refuser de rendre service aux autres lorsqu’ils vous le demandent ?
  • Êtes-vous débordé(e) par ce que vous devez faire pour l’autre sans jamais vous soucier de ce que l’autre peut faire pour vous ?
  • N’avez-vous jamais eu des doutes concernant vos propres désirs et besoins ou avez-vous une fois manqué de croire en la personne que vous souhaitez devenir ?
  • Faites-vous l’impossible pour éviter une dispute ?
  • Est-ce que vous vous préoccupez constamment de ce que les autres pensent de vous ?
  • Est-ce qu’il vous arrive de penser que les opinions de l’autre sont plus importantes que les vôtres ?
  • Est-ce que la personne avec laquelle vous vivez a des problèmes d’alcool ou de drogue ?
  • Avez-vous du mal à vous adapter à n’importe quel environnement ?
  • Est-ce que vous vous sentez jaloux(se) ou rejeté(e) lorsque votre partenaire passe du temps avec ses amis ou avec d’autres personnes ?
  • Avez-vous du mal à accepter les compliments ou les dons des autres ?

Déterminez les sentiments causés par la codépendanceDéterminez les sentiments causés par la codépendance

Comment savoir si l’on est codépendant : si une personne est dans une relation codépendante depuis un long moment, l’effet continuel des émotions refoulées, sa fixation sur les besoins de l’autre et le rejet fréquent de ses besoins personnels peuvent avoir des effets durables. Cela conduit à :

  • des sentiments de vide
  • un faible estime de soi
  • de la confusion entre les besoins personnels, les sentiments et les objectifs

Soyez conscient des relations sur lesquelles cela peut avoir un effet

Comment savoir si l’on est codépendant : la codépendance se limitait à des relations amoureuses. Toutefois, malgré cette mauvaise conception qu’on a de la chose, une personne peut devenir codépendante dans n’importe quel type de relation. Il s’agit des relations platoniques et familiales, en dehors des relations amoureuses. Étant donné que les familles en ont hérité, il peut y avoir des cas où toute une famille vit dans un état de codépendance, où tous les besoins de la famille sont mis de côté au détriment du bienêtre d’un seul membre de la famille  .

Différenciez le rôle inverse dans une relation codépendante

Comment savoir si l’on est codépendant : dans une relation codépendante, on distingue deux catégories de personnes. La personne codépendante est connue comme le donneur alors que l’autre est connu comme le preneur. En général, les preneurs ont un besoin excessif de contrôler l’attention, l’amour, les rapports sexuels et les approbations qu’ils donnent. Ils obtiennent souvent ces choses par une expression de violence, de culpabilité, de colère, d’irritation, de critique, de besoin, d’indigence, de justice, de paroles incessantes, de contact invasif ou par drame émotionnel. Les preneurs expriment souvent ces sentiments en dehors de la relation codépendante, ce qui affectera leurs enfants, leurs relations de travail, ainsi que leurs relations familiales  .

Reconnaissez la codépendance chez un enfant

Comment savoir si l’on est codépendant : la codépendance peut commencer au cours de l’enfance. Vous devriez donc peut-être commencer à chercher des comportements de codépendance chez vos enfants. Cela est particulièrement nécessaire si vous vous voyez vous-même comme codépendant. Les symptômes sont les mêmes chez les enfants comme chez les adultes, mais chez les enfants, ils peuvent être plus subtils parce qu’ils sont encore à l’apprentissage de ces comportements. Voici les symptômes habituels de codépendance chez les enfants :

  • l’incapacité à prendre des décisions
  • la crainte, le stress ou l’extrême anxiété
  • le faible estime de soi
  • le besoin excessif de rendre les autres heureux
  • la crainte de se retrouver seul
  • le fait d’être souvent en colère
  • le fait de ne pas être assuré lorsqu’ils discutent avec d’autres personnes

Cherchez à savoir si votre famille a un antécédent de codépendanceCherchez à savoir si votre famille a un antécédent de codépendance

Comment savoir si l’on est codépendant : les comportements de codépendance sont souvent le fruit d’un héritage à travers les familles. Cela veut dire que quelque part dans le passé de la personne codépendante, elle a été témoin ou a pris part à un cas de relation codépendante. Au cours de ces situations, elle a appris que c’était une mauvaise idée d’exprimer des besoins, des désirs ou des émotions. Très souvent, les individus codépendants sont des personnes qui ont passé des moments de leur enfance à être invitées à satisfaire les besoins des autres, ce qui les habitue à supprimer leurs propres besoins physiques et émotionnels, car ils grandissent avec l’idée de prendre soin d’un membre de la famille. Lorsque les enfants quittent leur milieu familial, ils peuvent continuer avec de telles habitudes dans leurs relations amoureuses et autres, ce qu’ils peuvent léguer à leurs enfants  .

Cherchez un antécédent de maltraitance

Comment savoir si l’on est codépendant : une autre situation qui conduit habituellement à la codépendance est un antécédent de maltraitance. Dans de telles situations, les individus sur lesquels on a exercé un acte de violence deviennent codépendants comme un moyen de faire face au traumatisme. La victime de la violence supprimera ainsi ses émotions et besoins pour se concentrer sur les besoins de l’autre. Cette violence peut avoir eu lieu au cours de l’enfance et a pu continuer sans que les parents n’interviennent. Cela peut se produire dans les relations familiales codépendantes. Il peut s’agir d’une violence d’ordre émotionnel, physique ou sexuel  .

Sachez reconnaitre les situations courantes qui causent les relations codépendantes

Comment savoir si l’on est codépendant : même si le problème de la codépendance peut se poser dans n’importe quel type de relation ou avec n’importe qui, il y a certaines catégories de personnes qui encouragent les relations codépendantes. Ces dernières se développent souvent entre une personne codépendante et une personne qui a besoin qu’on prenne soin d’elle. Voici ces catégories de personnes :

  • celles qui souffrent d’une dépendance
  • les malades mentaux
  • les personnes qui souffrent de maladies chroniques

Cherchez un antécédent de divorce

L’autre expérience du passé qui peut conduire à la codépendance est le divorce.  Comment savoir si l’on est codépendant : dans les cas de divorce, une occasion peut se présenter où un ainé doit jouer un rôle parental et prendre le relai d’un parent absent. Dans de telles conditions, la façon dont l’enfant a été élevé peut entrainer des comportements de codépendance  . Cet enfant peut aussi éviter de discuter de ces problèmes avec le reste de la famille par crainte de les contrarier. Cela conduit au refoulement des émotions puis à la codépendance.

Découvrez l’origine de votre codépendanceSavoir si l'on est codépendant

Comment savoir si l’on est codépendant : si vous avez découvert que vous êtes codépendant, vous devriez aller voir un spécialiste de la santé mentale qui pourra vous aider à déterminer l’origine de votre mal. Étant donné que la codépendance est souvent liée à un dysfonctionnement au cours de l’enfance, vous devrez travailler avec un thérapeute, un psychiatre, un psychologue ou d’autres spécialistes de la santé mentale qui vous aideront à creuser dans votre passé pour faire ressortir la cause. À partir de cet instant, le spécialiste vous aidera à faire face à ces problèmes afin de guérir votre mal  . Les formes de traitements les plus pratiques sont les suivantes. L’éducation sur le mal et sur la façon dont il affecte l’individu codépendant et ses relations  . Une thérapie de groupe expérientiel qui fait usage des mouvements, des actions et des activités pour agir sur le mal moyennant des activités de thérapie comme la thérapie équine, la thérapie par la musique et la thérapie par les arts du mouvement  .

La thérapie de dialogue individuelle et de groupe, qui se focalise sur les échanges sur vos problèmes et vos expériences.

Comment surmonter la codépendance ?

Au lieu de croire qu’il faut réduire la codépendance, j’aime penser qu’il s’agit de guérir de la codépendance, dit Zuraida. Pour y parvenir, il faut mettre en place des stratégies pour prendre soin de soi. Et tâcher de mieux comprendre la codépendance.

Apprenez à vous focaliser sur vous-même

Les codépendants oublient souvent leur personnalité ainsi que leurs propres désirs, besoins et aspirations. En cherchant un traitement à la codépendance, travaillez avec le spécialiste de la santé mentale qui vous aidera à vous réapproprier et à vous fixer des objectifs de vie. Étant donné que les personnes codépendantes passent leur vie à ne penser qu’aux autres, il peut vous être difficile de déterminer vos besoins, vos désirs et vos aspirations. Le spécialiste peut ainsi vous aider à découvrir ces choses-là  . Vous pouvez aussi apprendre des techniques d’autogestion afin de vous concentrer sur votre bienêtre. Il s’agit notamment de réduire le stress, de bien dormir et de bien se nourrir .

Apprendre ce qu’est la codépendance

Il existe de nombreuses ressources sur la codépendance, sur papier et en ligne.

Comprendre ce qu’on veut et ce que cette relation peut apporter

Il est important de savoir ce que vous voulez et ce dont vous avez besoin dans une relation. En déterminant vos attentes, vous vous concentrerez sur vous-même plutôt que sur votre partenaire.

Définir des limites personnelles sainesSavoir si l'on est codépendant

L’établissement de limites personnelles saines est une étape difficile, mais importante et nécessaire. Le cas échéant, entraînez-vous à dire non aux demandes de temps et d’attention. Écoutez votre partenaire avec attention et empathie, mais n’essayez pas de résoudre ses problèmes ou de lui donner des conseils non sollicités.

Fixez des limites

À part le fait de trouver la cause et faire l’effort d’en apprendre plus sur vous-même, vous devez rompre avec votre tendance actuelle de comportements et habitudes destructeurs pour les relations. À cet effet, vous devez fixer des limites solides et flexibles dans vos relations. À première vue, cela apparait comme une tâche dure pour un codépendant, vous devez donc travailler avec votre thérapeute pour apprendre plus sur ces limites et la façon dont vous pouvez les intégrer dans votre vie. Pour cela, vous devez apprendre à :

  • vous détacher affectueusement des autres
  • ibérer vos contrôles des besoins et du bienêtre des autres
  • reconnaitre vos critiques internes et votre besoin personnel de perfection
  • vous accepter ainsi que tous vos malaises émotionnels
  • prendre de l’assurance sur vos besoins personnels et vos valeurs

Rejoignez un groupe de soutien

Si vous avez besoin de plus d’aide ou si vous désirez discuter avec d’autres personnes qui sont dans la même situation que vous, pensez à rejoindre un groupe de soutien. Certaines organisations spécialisées dans la codépendance comme Maison l’épervier ou CODA  . Vous pouvez prendre contact avec Maison l’épervier sur ce lien. Vous pouvez prendre contact avec CODA, groupe nouveau départ, sur ce lien.

Comprendre ce sur quoi on a le contrôle

Vous avez le contrôle sur vos pensées, vos émotions et vos comportements. Et c’est vous qui en êtes responsable, pas l’autre. Dès lors que vous comprenez cela, vous pouvez vous concentrer sur vous-même. Vous pouvez mieux assumer la responsabilité de vos pensées, de vos émotions et de vos actes. Et vous pouvez arrêter de vous considérer comme responsable du comportement de l’autre.

Apprendre à gérer ses émotions

Plus vous aurez conscience de vos sentiments et de vos réactions, mieux vous saurez les gérer. Ralentissez et prenez le temps de réfléchir. Laissez-vous aller à vos sentiments au lieu de réagir immédiatement. Cela ouvre la voie au détachement et à une réaction saine.

Comprendre ses déclencheurs

Il peut s’agir de pensées, d’émotions et de sentiments en réponse à des causes internes ou externes. Les déclencheurs peuvent être le résultat de blessures ou de traumatismes passés. Mieux vous comprenez vos déclencheurs, mieux vous gérerez vos émotions.

Pratiquer l’acceptationPratiquer l’acceptation

Acceptez-vous comme vous êtes et acceptez vos sentiments. Acceptez également les autres pour ce qu’ils sont. L’acceptation est une condition préalable à la maîtrise de soi, et elle réduit le besoin de contrôler les autres.

Apprendre à s’aimer

Faites preuve de bienveillance et d’amour envers vous-même. C’est un facteur de protection important dans les relations saines. Plus vous vous aimez, moins vous aurez besoin de contrôler les autres.

Fixer ses propres objectifs et entretenir des passe-temps et des passions

Pensez à ce que vous aimeriez faire et à ce qui est bon pour vous. Faites des choses que vous aimez. Concentrez-vous sur vos propres objectifs et intérêts. Cela vous aidera à établir une relation plus saine et plus aimante avec vous-même.

Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils