Comment faire face aux ragots ?

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment faire face aux ragots ?

Faire face aux ragots : les critiques, les rumeurs et les ragots sont des éléments fréquents du quotidien de tout être humain. Certainement qu’à de nombreuses reprises, quelqu’un est venu vous rapporter une rumeur sur une connaissance commune. Mais combien de fois avez-vous raconté quelque chose sur une autre personne à l’un de vos amis ou de vos proches ?  Mais, ce qui différencie ces comportements, c’est l’intention qu’il y a derrière les propos. Que pouvez-vous faire lorsque vous entendez une rumeur ? Comment réagir face à un commérage ou une critique ?  Il est parfois irrésistible d’alimenter les rumeurs galopantes au sujet de quelqu’un grâce à nos ragots. Malheureusement, cela peut blesser profondément cette personne. Selon, la American Psychological Association, le stress causé par les ragots peut même faire échouer les étudiants sur le plan académique . Les ragots sont également à double tranchant : aussi amusant qu’il puisse être de raconter des ragots, en le faisant nous donnons aux gens de bonnes raisons d’en faire de même à notre propos, ce qui n’est pas aussi amusant.
Car, les rumeurs sont créées par « des jaloux, crues par des curieux, et répétées par des imbéciles ». « Rendez-vous service, à vous et vos amis, arrêtez vos ragots avant que quelqu’un en soit blessé » a conseillé la American Psychological Association.

Pourquoi une rumeur se propage

L’origine d’une rumeur vient tout simplement de la peur du vide, sans parler de celles qui trouvent leur source dans la haine, la malveillance, la vengeance, la jalousie ou la rivalité. Nous avons besoin de donner un sens à ce qui se passe autour de nous, et quand il manque des infos, nous comblons les trous de l’histoire avec des faits fantasmés ou des conjectures. Cela crée une nouvelle histoire qui se répand avec des ajouts consécutifs jusqu’à devenir une rumeur hors de tout contrôle. Elle se développe aussi sur l’ennui qui est ainsi trompé, et la vanité de chacun à vouloir se montrer détenteur d’une info qui lui donne du pouvoir, ce sont souvent ceux qui en ont le moins qui la déclenchent et la propagent.

La plupart des rumeurs sont crédibles

Et si elle se répand, c’est qu’elle est crédible, plus les gens la croient facilement plus ils la colportent. Sa crédibilité ne dépend pas de la source de l’information, mais de sa cohérence avec les préjugés, les stéréotypes ou les images largement répandues. Vos collègues ne savent pas pourquoi vous avez été promu à un poste de responsabilité très convoité, à partir d’une information limitée, ils échafaudent des hypothèses et ajoutent leurs explications. La rumeur naît aussi dans une ambiance de stress que supporte mal une équipe dans l’attente d’une décision, pour dominer son anxiété et contrôler la situation, elle évacue sa tension en parlant et souvent en se défoulant, sur des aspects plus ou moins personnels non vérifiables dans l’immédiat.
La plupart des rumeurs sont crédibles

La meilleure façon de lutter contre la rumeur

Oubliez la défensive ou la colère, ces comportements accréditent le bruit qui court comme si vous aviez été pris en flagrant délit. Pour répondre, vous devez avant tout identifier les éléments qui la rendent crédible, et qui peuvent en partie provenir de votre comportement, car la réprimer est très difficile. Vous devez prévenir plus que guérir, en tous cas créer les conditions qui vous permettront de riposter. Si vous communiquez bien, si votre équipe sait ce qui se passe, si vous leur faites confiance, vous allez pouvoir étouffer dans l’œuf tout bruit qui commence. Vous devez agir sur votre entourage immédiat et mettre en place les conditions qui a priori neutralisent tout initiative nuisible. Ensuite vous devez instaurer une communication ouverte qui vous tient au courant de ce qui se dit.

Prévenir la rumeur, c’est communiquer transparent

Lorsque un groupe sait ce qui se passe au sein d’une organisation, il n’a pas besoin de deviner quoi que ce soit. Utilisez tous les vecteurs à votre disposition  (bulletins, réunions, intranet…) pour informer. Que ce soit pendant une crise, à l’occasion d’un licenciement dans votre équipe, ou un ralentissement de l’activité ou d’échecs répétés, vous devez plus que jamais communiquer clairement. Si vous ne pouvez pas tout révéler, coupez tout de suite la rumeur en expliquant que vous fournirez plus d’informations dès que vous en saurez plus. Plus un groupe comprend ce qui se passe, plus il est en confiance, et plus vous êtes en situation d’entendre la mauvaise info qui naît.

Décapitez la rumeur dès sa naissance

Faire face à la rumeur immédiatement est le meilleur moyen de la décapiter. Elle se propage comme une traînée de poudre, change et grandit au-delà de la petite parcelle de vérité à son origine. Dès que vous l’entendez, parlez-en avec les personnes impliquées, tenez une réunion pour communiquer la vérité. C’est à vous de donner l’exemple : si quelqu’un vous rapporte une histoire et veut partager un commentaire, refusez  d’y participer. Si vous entendez des propos sur un collègue  émanant d’une personne qui n’est pas la source directe, posez des questions, cherchez la vérité, parlez-en à vos supérieurs.  La communication ouverte arrête la rumeur, et si elle continue, cela signifie que vous devez fournir plus d’informations. Si une personne en particulier la répand, rencontrez-la vite pour comprendre. Évitez la dénégation frénétique qui vous fera paraître comme coupable de la rumeur que vous essayez de réfuter. En découvrant sa cause originelle, vous devez savoir maintenant où se trouve la vérité et élaborer votre stratégie pour l’avenir.
Décapitez la rumeur dès sa naissance

Alertez-en vos amis

Si vous apprenez que quelqu’un répand une vilaine rumeur à votre sujet, la première chose à faire est d’en parler avec vos amis proches, en qui vous avez totalement confiance. Exposez-leur la situation. Si la rumeur n’est pas vraie, ils vous aideront à contrer sa progression en la démentant chaque fois qu’ils entendent quelqu’un aborder le sujet et en réprimandant les gens qui répandent cette rumeur. Une autre raison de vous tourner vers vos amis est qu’ils vous aideront à relativiser la situation. Lorsque vous avez l’impression que tous les gens que vous connaissez parlent derrière votre dos, vos vrais amis vous rappelleront qu’il y aura toujours des gens qui vous aimeront et vous respecteront.

Confrontez directement la source de la rumeur

Si vous savez exactement qui a lancé cette vilaine rumeur à votre sujet, ne le laissez pas s’en tirer comme ça. Dès que l’occasion se présente, allez voir cette personne et dites-lui directement que vous n’appréciez pas les choses méchantes qu’elle dit à votre sujet. Restez calme : n’utilisez pas les mots cruels que cette personne utilise à votre sujet. Cela évitera également que les gens qui vous entourent aient l’impression que la rumeur est vraie : s’ils ne connaissent pas tous les faits, une réaction très colérique pourrait les laisser penser que la rumeur était fondée. Adressez-vous à la personne directement et poliment. « Je veux juste que tu saches que je n’apprécie pas ce que tu racontes à mon sujet. Surveille ce que tu dis ! » Puis éloignez-vous, cette personne n’est pas digne de votre temps. Ignorez toute insulte que vous pourriez entendre en vous éloignant. Parfois la personne qui a lancé la rumeur ne l’a pas fait exprès. Ce pourrait par exemple être un ami qui a laissé un secret lui échapper par accident. Dans ce cas, vous avez le droit d’exprimer votre déception, mais évitez d’agir de façon vindicative ou accusatoire.

Gardez une image saine de vous-même

Vous avez peut-être peur qu’une rumeur change la façon dont les autres vous voient, mais ne laissez surtout pas cette rumeur changer la façon dont vous vous voyez. Le pire que vous puissiez faire est de laisser cette rumeur devenir une prophétie autoréalisatrice en laissant votre anxiété changer votre attitude et vos actions. Souvenez-vous que le fait que quelqu’un dise quelque chose à votre propos ne signifie pas que cela soit vrai. Si quelqu’un est assez mauvais pour répandre des rumeurs, il est probablement assez mauvais pour mentir. Par exemple, si vous entendez des gens dire que vous avez un cheveu sur la langue, ne devenez pas silencieux et renfermé pour éviter d’entendre le son de votre propre voix. Nous avons tous de petits défauts qui nous rendent uniques : le défaut de cette commère est qu’elle est pathétiquement mesquine.
Gardez une image saine de vous-même

Ignorez ces ragots

Face aux ragots, la meilleure solution est bien souvent de ne pas y prêter attention du tout. La plupart des gens ne réfléchissent pas beaucoup et s’ils vous voient avoir honte ou être en colère quant à ces ragots, ils auront tendance à penser que la rumeur est fondée, même si ce n’est pas le cas. La meilleure chose à faire est donc d’agir comme si la rumeur ne vous atteignait même pas. Lorsque l’on vous rapporte ce ragot, répondez simplement quelque chose comme « Il faut vraiment être bête pour croire un truc pareil ! » Ne vous attardez pas sur le sujet et les autres en feront de même. Si vous réagissez comme si la rumeur ne valait même pas la peine d’être prise en compte, les autres ne la prendront pas non plus en compte. Lorsque vous entendez des ragots à votre sujet, riez-en. Agissez comme si c’était ridicule ! Riez-en avec les autres ! Retournez la situation en faisant de la personne qui a lancé la rumeur le dindon de la farce : c’est tellement ridicule qu’il ait pensé qu’il pourrait répandre une stupide rumeur à votre sujet !

Ne laissez jamais les ragots changer vos habitudes

Il est vrai qu’il peut être difficile, lorsqu’une rumeur horrible circule à votre sujet, d’oser se montrer en public. Si quelqu’un a dit à toute l’équipe de football que vous aviez des mycoses, vous n’avez probablement pas envie de vous changer dans les vestiaires avant le match. Ce pourrait être vraiment dur, mais faites tout votre possible pour ne pas vous éloigner de vos activités habituelles. Vous ne vous en sentiriez que plus isolé. Plutôt, montrez à tout le monde que cela vous est égal en ne modifiant en rien votre façon de vivre.

Informez-en une personne responsable

 Si les ragots et les rumeurs méchantes sont un problème auquel vous êtes régulièrement confronté ou si quelqu’un répand une rumeur qui pourrait vous attirer des ennuis alors que vous n’avez rien fait de mal, parlez-en à un professeur, un conseiller d’éducation ou autre responsable. Ces gens pourront vous aider à gérer ce problème, en vous donnant des conseils, en vous réconfortant et même en prenant des mesures disciplinaires à l’encontre des gens qui répandent ces rumeurs. N’ayez pas peur de contacter une figure d’autorité lorsque vous faites face à une rumeur persistante ou très méchante. Ces gens sont là pour vous aider. Vous devrez absolument parler à un responsable si vous avez peur que cette rumeur mène à une bagarre. La plupart des écoles ne tolèrent en aucun cas le recours à la violence. Ne vous faites pas renvoyer pour une rumeur stupide (surtout si elle n’est pas vraie). Informez-en tout de suite un responsable de votre école.
Informez-en une personne responsable

Restez à l’écart des commérages

Le moyen le plus simple d’éviter les ragots à votre sujet est d’éviter de fréquenter des gens qui racontent de vilaines histoires ! Bien qu’ils aient parfois l’air cools et populaires, ces gens sont en fait tristes et désespérés. Ils ne peuvent pas s’amuser sans répandre de vilaines rumeurs au sujet d’autres personnes. Ne perdez pas de temps avec eux. Trouvez des amis qui n’éprouvent pas de plaisir à blesser les autres. Souvenez-vous : un ami qui vous plante un couteau dans le dos en racontant de vilaines histoires à votre sujet n’est pas vraiment un ami.

Ne répandez pas la rumeur

Lorsque vous entendez des ragots à propos de quelqu’un, le plus important est d’arrêter la progression de la rumeur. Qu’importe à quel point l’histoire est juteuse, elle ne vaut pas la peine de blesser quelqu’un. Mettez-vous à la place de la personne : aimeriez-vous arriver à l’école un beau matin et découvrir que tout le monde raconte des histoires à votre sujet ? Vous sentiriez-vous délaissé et trahi ? Ne faites pas passer les ragots et éviter que la rumeur ne se répande davantage. Vous pourriez également essayer de convaincre la personne qui vous a fait part de ce ragot d’arrêter de le répandre. Si c’est un ami proche ou une bonne personne, vous devriez pouvoir l’en convaincre facilement. Cependant, si c’est le roi des commères, il pourrait ne pas vous écouter. Prenons un exemple. Disons qu’un ami vienne vous voir et vous dise un secret sur un dénommé Martin : il n’est pas venu en cours depuis une semaine, car il a attrapé la mononucléose après avoir embrassé Claire sous le préau ! Dans ce cas, dites simplement et calmement quelque chose comme « Oh ! Évitons de répandre une rumeur à son sujet ! » pour couper court à la conversation.

Ne considérez pas que la rumeur est vraie

Ne laissez pas une rumeur sans fondement impacter sur votre comportement de quelque façon que ce soit. Ne commencez pas à éviter ou à être désagréable avec quelqu’un juste parce que vous avez entendu quelque chose à son sujet. L’une des raisons pour lesquelles une rumeur peut être si blessante est qu’elle peut changer la façon dont les amis et les connaissances se comportent en présence d’une personne. Imaginez par exemple ce que ressentirait quelqu’un qui marcherait dans les couloirs de l’école et entendrait les autres faire des messes basses ou pouffer sur son passage. Ne changez jamais votre façon d’agir ou de penser à moins d’avoir une bonne raison de croire que ce que vous avez entendu dire est vrai. Dans notre exemple, vous ne laisseriez pas la rumeur sur Martin et Claire affecter votre comportement d’une façon ou d’une autre. Vous n’éviteriez pas Martin à la cantine et ne vous plaindriez pas de devoir partager votre casier avec Claire !

Ne faites pas d’exception pour des rumeurs que vous « savez » être vraies

Ne faites pas d'exception pour des rumeurs que vous « savez » être vraies
Beaucoup des rumeurs que vous entendrez seront entièrement fausses, inventées par quelqu’un au sujet de quelqu’un d’autre. Cependant, parfois, les rumeurs sont vraies ou à moitié vraies. Et même si vous êtes sûr qu’une rumeur que vous avez entendue est vraie, ne la répandez pas. Il est très embarrassant que des informations personnelles soient diffusées dans toute l’école. Aimeriez-vous que tout le monde soit au courant d’informations vraies à votre sujet, par exemple, que vous ayez une infection dégoutante ? Probablement pas, et personne n’aimerait cela… Disons que vous savez que la rumeur à propos de Martin est vraie, puisque votre mère est médecin et qu’elle a laissé échapper l’information au diner. Gardez cette information pour vous. Si vous la partagiez, l’information pourrait être encore plus blessante pour Martin qu’une fausse rumeur. Les ragots restent des ragots même s’ils sont vrais.

Sachez garder un secret

Les gens vous feront parfois confiance en vous confiant des informations très personnelles. Ce pourrait être quelque chose qu’ils savent au sujet de quelqu’un d’autre ou des informations sur eux-mêmes. Si quelqu’un vous a fait confiance en vous confiant un secret, ne le répétez jamais à personne sans sa permission. Non seulement ce serait trahir sa confiance, mais c’est aussi un moyen sûr de répandre une rumeur qui pourrait vite devenir incontrôlable. Gardez la réputation d’un ami sur lequel on peut compter en gardant pour vous les secrets que l’on vous confit. Le meilleur moyen d’éviter de répéter un secret est de simplement feindre l’ignorance : prétendez ne rien savoir ! Il est plus intelligent d’agir ainsi que de dire que vous savez quelque chose, mais ne voulez pas le dire : si les gens n’étaient pas déjà intéressés, la promesse d’un secret juteux les incitera probablement à essayer de vous soutirer l’information. Par exemple, si Claire vous dit qu’elle a elle-même attrapé la mononucléose en embrassant Antoine, le meilleur ami de Martin, ne dites pas à vos amis « J’ai un secret que je ne peux pas vous dire ! »

Ne lancez jamais vous-même une rumeur

Cela semble évident, mais il est en fait très facile de lancer une rumeur sans même le faire exprès. Chaque fois que vous dites quelque chose de méchant à propos de quelqu’un d’autre en présence d’autres personnes prêtes à répéter vos dires, vous créez la possibilité que ces gens diffusent vos paroles. Prenez vos précautions et évitez de blesser ou de vous attirer les foudres de quelqu’un simplement parce que vous ne prêtez pas attention à ce que vous dites. Gardez vos méchancetés pour vous ou tout au moins, ne les partagez qu’avec des gens à qui vous pouvez faire confiance pour ne pas les répéter. Même partager ces informations avec des amis de confiance peut être risqué. Ils pourraient, à leur tour, en faire part à des gens en qui ils ont confiance. De cette façon, de plus en plus de gens seront au courant de vos commentaires et la rumeur se répandra de façon incontrôlable.
Ne lancez jamais vous-même une rumeur

Sachez quand rapporter la rumeur à un professeur

Les règles ci-dessus connaissent quelques exceptions. Lorsque vous entendez une rumeur qui vous permet de croire que quelqu’un pourrait être en danger, vous devez en avertir un parent, un professeur ou tout autre responsable dès que possible. Ceci est encore plus urgent si vous avez de bonnes raisons de croire que la rumeur pourrait être vraie. Par exemple, si vous entendez dire qu’un élève apporte des couteaux à l’école ou si un ami vous avoue qu’il a songé à se faire du mal, vous devez en avertir un parent ou un professeur tout de suite. Vous pourriez alors vous sentir coupable et avoir l’impression de trahir la confiance de la personne qui vous a confié ces informations. Cependant, la sécurité de cette personne est plus importante que la confiance qu’elle a placée en vous. En réalité, il serait déloyal de ne pas faire une priorité de la sécurité de votre ami.
Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils