ENTRETIEN D EMBAUCHE : COMMENT SE PRÉSENTER ET RÉUSSIR

entretien d embauche

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Entretien d ’embauche : comment se présenter et réussir ?

Les recruteurs  sont attentifs ,très attentifs même, à votre savoir être pour vous donner toutes les chances de faire bonne oppression , vous ne pouvez pas faire l ’ impasse sur la préparation. Se renseigner sur l ’ entreprise, soigner sa présentation… votre CV a déjà retenu l ’ attention du recruteur, continuez sur votre lancée ! La question rituelle qui marque le début de l ’ entretien de recrutement est généralement celles où il est demandé au candidat de se présenter brièvement. C’est une question très importante à laquelle il est convient de répondre de manière éloquente . Vous avez décrochez un entretien d ‘ embauche  après la joie, c’est le stress ! Pour ne pas paniquer, une seule solution : préparer cet entretien  avec méthode. Il faut construire votre pitch ,votre discours, et vous entrainer comme un  sportif.  “le plus important c’est d ‘ être naturel “. À l ‘ approche de votre entretien, c’est ce qu ‘ on vous répète pour vous  tranquilliser . Alors, faut-il aller à son entretien les mains dans les poches ? Certainement pas car pour un entretien de recrutement.
Être naturel et crédible suppose un véritable travail de préparation  en amont. Apprendre à parler de soi, de son parcours, de son projet et en lien avec les attentes du recruteur, cela se prépare ! D ‘ autant que si vous avez moins de 30 ans, vous ne maîtrisez pas forcément tous les codes du monde professionnel… Et que le naturel peut aussi vous jouer des tours. Pour ce faire, voici quelques conseils qui vous aideront à préparer une présentation efficace.

Préparation de l ’ entretien d ‘ embauche 

Il est important de préparer avec méthode son entretien d ‘ embauche. Une bonne préparation vous évitera de paniquer durant l ’ entretien et vous permettra de construire et de bien assimiler votre pitch, votre exposer. Les jeunes diplômés ont souvent tendance à en faire un peu trop durant l ’ entretien de recrutement. Pourtant, rester naturel et crédible durant le processus  de recrutement vous permettra de donner une bonne première impression. N ‘ oubliez pas qu ‘ apprendre à gérer son stress , a parler de soi, de son projet professionnel, de son parcours professionnel se prépare. Une bonne tenue vestimentaire vous aidera aussi à avoir confiance en vous.

Se renseigner sur l ’ entreprise qui recrute 

Une bonne préparation demande aussi de se renseigner sur l ’ entreprise qui recrute, ainsi que sur le poste à pourvoir. Si c’est une grande entreprise, visitez son site web afin de relever certaines informations comme les types de services ou de produits qu’elle propose, les nouveautés qu ‘ elle veut lancer et bien plus encore. Renseignez-vous aussi sur les responsables des grands services  (noms, expériences professionnelles, etc). Si des proches à vous y ont déjà fait des stages , n ‘ hésitez pas à les contacter pour vous renseigner sur la politique de recrutement, le type de poste, l ’ ambiance,etc. Consultez également la fiche de poste, afin de savoir si vous avez les compétences  et les qualités humaines pour occuper le poste  à pourvoir.

Allez voir l ’ organigramme ou les noms des responsables des grands services et et notez-les. Vous serez peut-être reçu en entretien  par l ’ une de ces personnes. Si vous saviez qui va vous recevoir, vous pouvez aussi consulter son profil sur LinkedIn. Si vous postuler pour un poste de cadre, il est judicieux de savoir situer l ’ entreprise par son chiffre d’affaires, le nombre de ses usines ou de ses magasins . Vous pouvez consulter la presse spécialisée  (sur Internet ou en bibliothèque) pour rechercher des articles éventuels sur l ’ entreprise. Si vous connaissez les amis qui y ont déjà fait des stages, vous pouvez aussi les appeler pour vous renseigner sur l ’ ambiance, la politique de recrutement, les salaires. Pourquoi ces recherches ? Pour savoir où vous mettez les pieds, et être plus informer plus réactif en entretien et prouver ainsi votre motivation ,voire votre connaissance du secteur et du métier.

Si votre interlocuteur vous parle de son nouveau produit, ou vous explique qu ‘ il veut renforcer son équipe de commerciaux, vous serez plus à même de comprendre sa préoccupation. Cette petite enquête permet aussi de voir si cette entreprise vous attire par son activité, son style, son dirigeant, sa renommée, les relations humaines qu ‘ elle entretien. Votre motivation doit être très concrète.

Comment mener l ’ entretien d ‘ embauche ? 

mener l 'entretien d embauche

Il existe divers types d ‘ entretien : en face à face, en jury, en groupe et par téléphone. L ’ entretien en face est le plus classique et le plus facile. Il demande d ‘ avoir un bon langage corporel , ainsi qu ‘ une bonne gestuelle et peut-être libre, directif ou semi-directif. En tant que candidat, il est important que vous travaillez votre communication non verbale et soyez capable de présenter vos points forts sans en faire trop. Vous devez aussi être en mesure de répondre aux questions posées avec d ‘ excellents arguments, travailler votre élocution et n ‘ hésitez pas à relancé le recruteur si vous avez des questions.

Analyser votre CV et trouver vos atouts pour le poste 

Ensuite, vous devez revenir à votre CV (c’est le document que le recruteur a en main) et pointer  tous vos points forts et tous vos points faibles pour ce poste en étant très objectif. N ‘hésitez pas à faire cela en prenant un papier et un crayon pour ne rien oublier. 

  • Mettez-vous à la place de la personne qui va vous recevoir. Qu’est-ce-qui  peut l ’ intéresser-chez-vous la formation demandée ,oui ou non ? Si oui c’est à noter au chapitre des atouts, mais ce n’est pas suffisant pour vous faire embaucher car d ‘ autres candidats auront la même formation.
  • Et l ’ expérience ? Analysez les expériences mentionnées sur votre CV et réfléchissez à ce qu’il faudra mettre en valeur face à votre interlocuteur. Que vous ont apporté ces expériences qui pourraient l ’ intéresser ?  Que devez-vous souligner ? Y a -il eu une logique, une progression qui vous amène à postuler pour le poste en question ?
  • Passez ensuite a votre personnalité. Quelles “activités extra professionnelle”avez-vous indiqué ? Démontrent-elles que vous avez les qualités requises pour le poste ? Pourquoi ? Y a-il d ‘ autres éléments dans votre vie qui témoigneraient mieux de ces qualités ? Une réussite particulière dans un projet, un stage ?

Regardez vos faiblesses en face 

Enfin demandez-vous qu’elles sont vos faiblesses pour le poste : le recruteur les aura vues lui aussi il va vous interroger la-dessus. Échec, périodes de chômage , changement d ‘ orientation, manque d ‘ expériences satisfaisantes. “Avoir des zones d ‘ ombres est tout à fait normal, rassure Claude d ‘ Estais, ancienne pro des RH et coach de cadres. Rares sont ceux qui n ‘ en on pas. L ’ important est de les connaître et de les voir travaillées avant de vous présenter devant un potentiel employeur “...  Ne vous voilez donc pas la face, mais réfléchissez à la façon dont vous allez répondre non en niant ou dissimulant, mais en rebondissant sur du positif : “oui je n ‘ ai pas encore d ‘ expérience dans l ‘ automobiles, mais l ’ agro-alimentaire m ‘ a appris à me battre sur le plan commercial et développer les démarches qualités. J ’ ai très envie d ‘ apporter mes compétences à votre secteur “.

Ne vous laissez pas trahir par votre inconscience ! Ne laissez aucun point en jachère et surtout pas ceux qui vous font mal, “conseils Claude d ‘ Estais dans son ouvrage. Elles explique en effet que les zones d ‘ ombres non traités risque surgir à l ’ improviste dans le discours du candidat au profit du stress qui perce des brèches dans les capacités de contrôle. “Votre inconscience, ecrit-elle, a la capacité de torpiller avec beaucoup d ‘ efficacité les messages que vous êtes en train de passer… Et d ‘ immiscer d ‘ un coup le doute chez votre recruteur sur l ’ intégrité de votre candidature ? Percevant cette note dissonante, le recruteur commence alors à s ‘ interroger. “Pourquoi ce candidat vient -il de dire exactement le contraire de ce qu ‘ il m ‘ a affirmé il y a quelques minutes ? Pour le candidat, “c’est un véritable cauchemar éveillé car il s ‘ entend dire ce qu’il sait qu ‘ il ne faut absolument qu’ il dise… “Notez que le malaise peut s ‘ installer si vous mentez ouvertement sur votre parcours ou votre personnalité, le recruteur percevant que quelque chose cloche. Au contraire, être bien aligné sur ce que vous êtes, sur ce que vous avez envie de faire et les moteurs qui vous animent “est un des premiers facteurs de succès en entretien indique Claude D ‘ Estais.

 Comment faire un pitch convaincant ? 

faire un pitch

Savoir se présenter demande de la préparation. Passez d ‘ abord votre CV ou crible et renseigner-vous sur la société et sur le poste à pourvoir. Il est en effet important que vous ayez une ligne directive en faisant preuve de pertinence durant votre argumentation. Ne mentionnez pas les expériences professionnelles qui ne correspondent pas au métier. Mettez plutôt en avant celles qui démontrent l ’ intérêt de votre candidature. Pensez aussi à justifier vos choix de carrière, à maîtriser votre débit, à articuler, à rebondir sur certaines questions. Une fois vos éléments positifs et négatifs  listés ,il faut entrer en piste ! Autrement dit : s ‘ entraîner à communiquer oralement tout cela. 

  • Commencez par préparer votre pitch de présentation : il faut dire qui vous êtes et résumer les grandes lignes de votre parcours en 1 minute chrono, sans oublier de mette en avant vos principaux atouts  (par exemple souligner que vous parlez 3 langues et avez vécu 1 ans à l ’ étrangers pour un postes à l ’ international. etc. ). Excercez-vous à parler de façon fluide, ni trop lentement, en faisant des pauses pour respirer. Vous pouvez enregistrer en vidéo sur votre Smartphone pour vous améliorer.
  • Ensuite, reprenez votre CV, et excercez-vous à parler de chacune de vos expériences passées  (stage, jobs, progrès…) car les recruteurs vous demandent souvent de préciser tel ou tel point. Ne vous noyez pas dans les détails, soyez direct et surtout efficace : soulignez bien ce qui peut être en lien avec le poste pour lequel vous postuler.
  • Si vous avez le temps, entraînez-vous à répondre à une douzaine de questions, classiques posées en entretien d ‘ embauche  (qualités-défaut, valeurs, projet), cela vous évitera d ‘ être déstabilisé en entretien pour une question à laquelle vous n ‘ auriez pas songer. Et même si on ne vous pose pas ces questions-là  exactement, cela vous apprendra tout de même à parler de vous-même et à savoir vous “vendre”
vous pouvez éventuellement vous entraînez avec des amis. Cala vous détendra et vous aidera à corriger certains défauts et surtout prendre confiance en vous. 

Entretien d ‘ embauche : la réponse parfaite aux questions piège

Vous ne savez jamais que répondre au recruteur lorsqu’il vous demande ?quels sont vos points faibles ou ?combien de fois par jour les aiguilles d ‘ une montre se chevauchent-elles ?? On vous donne tous nos conseils ! Tout le monde est déjà passé par ce moment d ‘ hésitation où il est possible de briller comme de paniquer. Voici quelques exemples de  réponses idéals de questions  délicates susceptibles d ‘ être posées dans votre prochain entretien d ‘ embauche. Avant toute chose, il est bon de rappeler que “l ’ entretien de recrutement est un passage obligé pour tous les candidats à un poste. Bien souvent, il est jalonné de questions susceptibles de mettre à rude épreuve les capacités de raisonnement et de communication du candidat ” explique Fabrice Coudray Directeur chez Robert Half International France.

Ainsi, loin de vouloir piéger pour piger, c’est avant tout l ’ occasion pour le recruteur de tester votre repartie, votre motivation et votre écoute .

Pouvez-vous me parler de vous ? 

Souvent posée en début d ‘ entretien, cette question déroute bien des candidats. Pourquoi ? Pour la simple raison qu ‘ elle est tellement vaste qu ‘ il est souvent difficile de savoir si le recruteur cherche à engager la conversation ou à connaître les grands traits du parcours professionnel présenté. Dans ce cas, ils est plus sûr de s ‘ en tenir à ses compétences professionnelles et à ses connaissances.   La réponse idéale doit être concise, mais contenir suffisamment d ‘ informations sur votre expérience et aptitudes, pour que le recruteur puisse cerner ce que vous pouvez apporté à l ’ entreprise. Autrement dit, parlez de votre parcours, de ce qui vous a poussé à vous tenir devant le recruteur aujourd’hui. C’est le job de vos rêves ? Cela fait-il  partie de votre projet professionnel ? Une réponse trop vague dépourvue d ‘ exemples concrets pourrais amener l ’ employeur potentiel à se demander si vous correspondez bien au profil recherché.

Le recruteur a avant tout besoin d ‘ être rassuré, avec un discours clair et fluide et une réponse concise, telle que : ” j ‘ ai exercé ma carrière en entreprise puis dans le conseil. J’ai toujours été attiré par la culture de la réussite combinée à une prise de risque intelligemment calculée. Je suis offensif et curieux, comme mon relationnel est aisé, je suis rapidement devenu manager, une mission  (le management ndlr)qui me tient particulièrement à cœur”.

En quoi le poste à pourvoir vous intéresse-il ? 

Poste intéressant

En posant cette question, le recruteur cherche à s ‘ assurer que votre démarche ne s ‘ inscrit pas dans le court terme. Il recherche des personnes motivées par le poste à pourvoir et par la société qui le propose. Par conséquent, vous devez faire comprendre dans votre réponse que vous avez effectué des recherches pour mieux connaître l ’ entreprise et que vos compétences ainsi que votre parcours font écho a ce qui est demandé dans la fiche de poste. Une stratégie complémentaire pour répondre à cette question ? Celle “d ‘ ouvrir le sujet en expliquant à votre interlocuteur, que vous vous intéressez non seulement à l ’ entreprise et au contenu du poste mais aussi aux produits, aux hommes, à la culture d ‘ entreprise et aux valeurs…

Dans cette démarche, vous serez ainsi amené à poser des questions au recruteur, prouvant ainsi votre réel intérêt. Sans oublier également d ‘ expliquer  que vos réalisations et expériences passées correspondent à la fonction !

Quels est votre principale défaut ? 

En règle générale, les demandeurs d ‘ emploi cherchant à déguiser un point positif en point négatif. “Je suis un bourreau de travail,””je suis trop perfectionniste” ,sont parmi les exemples les plus classiques. Mauvaise stratégie : ce type de réponse peut donner l ’ impression d ‘ avoir été préparée à l ’ avance et sonne faux... une stratégie possible pour répondre au mieux à cette question ? Parler plutôt de vos “points de vigilance” ou de vos “points d ‘ amélioration”, tel que des carences techniques  et/ou relationnelles sur lesquelles on recherche a se perfectionner. Il s’agit là de faire une autocritique honnête et d ‘ expliquer en toute humilité comment l ’ on travaille sur ces points pour les améliorer, ce qui montre une capacité de rebond !  Par ailleurs, n ‘ hésitez pas à souligner que vous avez su tenir des leçons des difficultés rencontrées auparavant. 

À l ‘ inverse, ne vous lancez pas dans un inventaire exhaustive de vos défauts, vous passeriez pour un candidat à problèmes. À ce moment de l ’ échange, pensez à manier l ’ humour et l ’ auto-dérision , voir la provocation avec parcimonie. 

Pourquoi devrais-je vous choisir plutôt qu ‘ un autre candidat ? 

Si le recruteur vous pose cette question, c’est que vous êtes déjà bien positionné parmi les candidats susceptibles de  correspondre au poste. Il cherche à valider votre bonne compréhension des missions et des enjeux qui vous attendent , et insister sur votre capacité à vous adapter. Et mettez en avant votre personnalité caméléon qui vous a toujours permis de vous adapter aux nouvelles situations, aux nouveaux challenges. Le recruteur attend du concret de votre part, c’est pourquoi vous devez reprendre le texte de l ’ annonce avant l ’ entretien et trouver une réponse pour chacune des qualités, compétences ou connaissances demandées tout en étant factuel et en illustrant vos propos par des résultats des projets et des réalisations concrets. Seul écueil a éviter :

Pêché par excès de confiance. Même si on ne doute pas de vos compétences, et de vos capacités, vous ne devez pas “en faire trop” au risque de passer pour un charlatan. Inversement, ne tombez pas dans le phatho en tentant d ‘ émouvoir votre auditoire avec des arguments personnel, aussi justifiés soient-ils, et en implorant le recruteur de vous donnez le poste car vous en avez besoin. 

Comment expliquez-vous votre longue période sans emploi ? 

N ‘ essayer  pas de dissimuler les périodes d ‘ inactivités sur votre CV en “trafiquant”les date. L ’ entreprise auprès de laquelle vous postulez risque fort de le remarquer et vous passeriez pour une personne malhonnête. Expliquez plutôt pourquoi vous n ‘ avez pas été retenu lors de vos précédent entretiens ,valorisez les démarches effectuées, les points sur les quels vous avez travaillé… L ’ entretien d ‘ embauche est justement le moment idéal pour faire toute la lumière sur ces périodes d ‘ inactivité tourner la question à votre avantage en montrant que vous restez actif et positive face aux difficultés. Des qualités humaines appréciées des recruteurs.

prétentions salariales

Quelles sont vos prétentions salariales ? 

Si cette question n’est pas réellement un “piège”, elle est toutefois redouté par la majorité des candidats. Tentations de se sous-évaluer, peur de négocier , ne pas prendre en compte les avantages annexes etc. Les erreurs et les écueils peuvent coûter un poste et les attentes des recruteurs en matière de négociations ne sont pas forcément ce que vous supposiez. Indiquez franchement votre salaire fixe actuel ou celui de votre poste précédent. Pour ceux que cela concerne, mentionnez également le montant de votre part variable, sans oublier les avantages type travail , flexibilité, titres-restaurant … N ‘ hésitez pas à déclarer que vous ne descendez pas en deçà de X euros du fait du marché, de vos compétences, de votre expérience et de votre profil  (à adapter selon chaque candidat et chaque offre d ‘ emploi.).

En revanche, ne tentez pas de gonfler votre salaire, au risque de vous trouver au-dessus des prix du marché et de brusquer le recruteur qui se fera une mauvaise opinion de vous.

Combien de fois par jour les aiguilles d ‘ une montre se chevauchent-elles ? 

Face à ce type de question déconcertante, un seul mot d’ordre : ne pas se laisser envahir par le stress. Le recruteur cherche simplement à tester le sens d ‘ l ‘analyse critique et attend avant tout une réponse sincère et constructive. Selon l ’ interlocuteur rencontré dans l ‘ entreprise, on pourra jouer sur l’humour ou retourner la question sans y répondre en disant par exemple, ” le temps n’est pas une obsession je ne regarde pas assez ma montre pour le savoir car je ne m ‘ ennuie jamais “.  En tout état de cause, il s ‘ agit de prendre le temps d ‘ analyser le problème, sans craindre de pensée tout haut pour formuler une réponse logique. Même si l ’ on se trompe, les capacités de raisonnement qui transparaîtront pouvant faire bonne impression sur le recruteur…

Dans ce cas, c’est la capacité d improvisation précieuse dans un contexte professionnel… souligne Fabrice Coudray.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ? 

C’est une question piège car il faut à la fois paraître ambitieux, mais aussi terre à terre, humble, et rester cohérent dans vos propos par rapport aux postes que vous visez. Il ne faut pas non plus donner au recruteur l ’ impression que vous allez le quitter au bout  ce 6 mois ! Fabrice Coudray de chez  Robert Half International conseille de ? sortir  des sentiers battus?en évoquant votre parcours professionnel et votre carrière “comme la courbe de vie d ‘ un produit. 2 ans ?to learn? , donc pour apprendre et contribuer au développement de l ’ entreprise. 2 ans ?to make?autrement dit pour capitaliser sur ce que vous avez appris. Et ensuite, vous verrez s ‘ il est possible d ‘ évaluer aussi bien verticalement dans l ‘ entreprise que de manière plus transverse.

Ne vous bloquez pas en fermant des portes inutilement. Mais dites bien que sans perspective ou bout de 4 ans vous aviserez.

Avez-vous des questions ? 

Poser des questions

Et vous devez en avoir ! La bonne stratégie ici est de poser quelques question(s) ciblées(e) au recruteur, véritable signe d ‘ intérêt pour le poste à pourvoir. A savoir des questions, par exemple, sur la culture d ‘ entreprise, sur les critères choisis pour juger le collaborateur durant la période d ‘ essai, sur le type de management ou bien sur l ’ ambiance générale… Et pourquoi ne pas demander également au manager rencontré les raisons qui l ’ on poussé à rejoindre l ’ entreprise ? Pour se préparer à cette question, un mot d ‘ ordre avant l ’ entretien : penser à 10 chose que l ‘ on aimerait savoir à propos de l ’ entreprise et sur des aspects de la fonction qui paraissent “obscur”. Il sera ainsi plus facile de demander : qui sera mon responsable ? Quel est son parcours ? Ou “que pensez-vous de l ’ acquisition de la société X par le principal concurrent de votre entreprise ?

Il est bien sûr possible que des réponses à certaines de ces questions aient été apportées au cours de l ’ entretien, mais il y aura de forte chance qu ‘ il en reste quelques-unes à poser à la fin. Une autre consigne ? Attention aux questions qui sont en revanche à différer… il est totalement inutile et même risqué de chercher à obtenir dans l ‘ immédiat des informations sur le salaire, les avantages ou les congés proposés avant qu ‘ une proposition d ‘ embauche n ‘ ait été faite. Dans le cas contraire, le recruteur risque de croire que seuls ces éléments intéressent le candidat.

Les entretiens constituent une étape nécessaire du processus de recrutement mais ne doivent pas vous intimider pour autant. Il est essentiel de se préparer à l ’ avance à certains casse-tête et penser à demander un temps réflexion pour répondre aux questions les plus épineuses. Rester calme et posé(e) en situation de stress ne fera que mettre en valeur votre professionnalisme tout en vous différenciant des autres candidats .

Savez-vous dire non ? 

Dire non n’est pas aisé souvent, c’est une question de ton : trop brutal, trop sec, mielleux ! Savoir dire non devrait, au contraire, signifier que vous respectez votre interlocuteur. Vous lui indiquer ainsi que vous n ‘ avez pas le temps de répondre à sa demande mais avec amabilité, gentillesse et bienveillance. Il est difficile de dire non car on craint de pas faire plaisir mais dire oui et ne pas aller au bout de son engagement est bien pire. Il faut accepter que votre non puisse créer un conflit ou au minimum, entraîner une discussion. Quand vous dites non, votre interlocuteur attend en effet une explication. Il faut justifier son non et surtout l ’ assumer ! Dire non est le signe que vous êtes une personne de conviction, qui fait des choix, tranche et assume ses décisions.

Une personnalité pas soumise mais qui est à l ’ écoute des autres. Dire non, c’est aussi montrer que vous savez prioriser vos tâches. Dire non, ce n’est pas refuser de travailler c’est refuser de mal faire. Dire non n’est pas une fin en soi, c’est un oui mais plus tard…

Bien préparer toutes ses affaires 

La veille  (et non le jour même pour ne pas vous mettre en retard), préparer  vos affaires  (tenue vestimentaire), et les papiers à emporter :

  1. La convocation ou la lettre que l ‘ on a envoyé et la petite annonce
  2. Plusieurs CV ( même si vous l ’ avez déjà envoyer) car vous aurez peut-être à le donner à plusieurs personnes qui ne l ’ on pas eu ou… L ’ on égarer.
  3. L ’ original ou un copie certifier conforme de vos diplômes
  4. Vos attestation de stage et/ou certain travail
  5. Éventuellement, le programme de votre école ou de votre formation dans la spécialité qui concerne le poste  (pour montrer à votre recruteur que vous avez été formé sur tel ou tel matériel ou logiciel)
  6. Éventuellement, votre mémoire ou rapport de recherche de fin d ‘ études si le sujet est en rapport direct avec le poste et que vous pouvez être amené à en parler, ou vos réalisations (press-book) si vous postulez pour des postes créatifs  (photos, arts, communication, disign…)
  7. De quoi prendre des notes, papier, stylo et agenda pour le cas où l’ on vous fixe un autre rendez-vous
  8. Le plan détaillé d’ accès à l entreprise pour éviter de vous prendre ou d’arriver en retard  (à éviter ! )
 un conseil : mettez tout cela dans un trieur pour ne pas donner l’ impression d’ être fouillis. Étudier votre itinéraire a l’avance, en prévoyant une marge de sécurité. Vous voyez qu il faut vraiment se préparer !

Tourner 7 fois sa langue dans la bouche avant de parler 

la langue dans la bouche pour paler

Nous avons tous des tics de langage . Mais entre une discussion informelle entre amis et un entretien d’ embauche, certains sont à proscrire, d’ autant que cela peut être horripilant. Les “hum”heu”,”quoi” qui ponctuent les phrases son à bannir, et ce, même si vous êtes peu stressé. De même que les fautes de français : plus jamais de “si j ‘avais su, j’aurais pas venu”!

La forme, c’est le fond qui remonte à la surface 

Votre CV est béton, votre parcours professionnel colle parfaitement à l’annonce à laquelle vous postulez. Et pourtant, le jour de l’ entretien, vous n’ arrivez pas à convaincre le recruteur ?  Pour qu ‘un discours soit entendu, qu ‘ importe le fond, il faut y mettre les formes. En clair, il est nécessaire de maîtriser l’ intonation de sa voix pour mieux vendre votre présentation. En effet, il est difficile de croire qu’ un candidat est dynamique s ‘il le dit d ‘une voix trop “molle”… aussi à la manière dont vous vous tenez face à votre interlocuteur, à votre main ainsi qu ‘a votre regard même si cela peut paraître secondaire. Le recruteur sera forcément sensible à la manière dont vous vous comportez. 

Victime d’un mauvais dress code ? 

En entretien vous êtes juger à “55% sur votre apparence, 38% sur votre gentillesse et à seulement 7% sur vos propos”. Explique Virgine le Cozic, directrice d’une agence de conseil en image. Si on peut “regretter ce diktat de l ‘ apparence”, une tenue adapter en entretien est cependant un prérequis  attendu du recruteur. A moins de travailler dans le milieu de la mode, le protocole veut que vous vous présenter sous votre meilleur jour en entretien d ’embauche. Pas besoin pour autant d’ adopter la panoplie complète du cadre dynamique : soyez vous-même, faites confiance à votre bon sens et a ce que vous connaissez de l’entreprise mais évitez les tenues clivantes.

Soyez inflexible avec la ponctualité 

Jamais, ô grand jamais, vous ne devez être en retard à un entretien d ‘ embauche, même si votre interlocuteur vous laisse ensuite poireauter. En cas d’ imprévu, prévenez l ‘ entreprise et faites votre mea culpa. Cela est considéré comme la moindre des politesse… après, l ‘entretien vous pouvez même renouveler vos excuses par mail pour faire comprendre à quel point cela ne fait pas partie de vos habitudes.

De l ‘art de discourir spontanément 

Pour réussir son entretien d ‘ il est nécessaire de l’ avoir bien préparé. Sur la forme comme nous l ‘ avons évoqué précédemment mais aussi sur le fond. Cela vous permettra d ‘être cohérent lors de votre présentation de répondre du tic au tac aux quêtions  du recruteur. Vous ne serez pas déstabilisé et vous pourrez alors lâcher vos fiches pour afficher un discours plus spontané. La confiance en soi est toujours payante : elle rassurera votre interlocuteur. Un bon point pour l ‘étape d ‘après !

Mon ancien entreprise ?  Tous des C… !

S’ il est une chose à ne jamais faire, c’est bien de dire du mal de votre ancienne entreprise, ou de vos anciens collègues, hiérarchiques ou non. Même si c’est une des raisons pour lesquelles vous cherchez à partir, vous devez légitimer votre actuel choix de carrière par un argument professionnel. Personne n ‘aime être critiquer et encore moins savoir qu ‘il pourra l’être…

Aure-voir, et merci 
Aurevoir

Dernier point important lors d ‘ un entretien d ’embauche, la manière dont vous y mettez un terme . Si un recruteur  vous demande à la toute fin si vous avez des questions, il est vital d ‘avoir noté-par écrit éventuellement-dans un coin de votre tête les  points que vous souhaitez approfondir. Cela signifie que vous vous projeter déjà dans le poste et que vous prenez les choses à cœur. Enfin, pour conclure l ‘entretien, il est de rigueur de remercier votre interlocuteur, de lui dire au revoir, encore mieux, de saluer les autres personnes qui vous ont accueilli. Si non, le ou la personne à l’accueil aura vite fait de vous tailler un costard… Toutes ces personnes feront peut-être bientôt partie de votre quotidien !

Would like to install our app?

For IOS and IPAD browsers, Only option to install PWA is to use add to home screen in safari browser

Progressive Web App (PWA) is installed successfully. It will also work in offline

Aller à la barre d’outils