COMMENT ECRIRE UN LIVRE

Comment écrire un livre ?

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment écrire un livre ?

Comment écrire un livre : la question se pose souvent quand on désire écrire un livre : comment commencer ? Comment bien choisir ses personnages et créer une intrigue intéressante ? Et plus généralement, comment réussir à écrire régulièrement, où puiser l’inspiration pour guider son écriture ? Comment éviter la fameuse angoisse de la page blanche ? Tout le monde avec une histoire à raconter peut écrire un livre, que ce soit pour le plaisir ou pour le publier. Le plus difficile est souvent de se lancer, c’est pourquoi vous devez mettre en place un bon espace de travail, créer un emploi du temps d’écriture régulier et rester motivé(e) pour continuer à écrire tous les jours. Concentrez-vous pour développer une « idée générale » qui dirige votre narration, ainsi qu’un personnage inoubliable et des conflits réalistes. Une fois que vous avez écrit et révisé votre manuscrit, prenez en compte les différentes options de publication pour le proposer à vos lecteurs.

Pourquoi, pour qui ?

En théorie, si vous avez un projet littéraire, vous avez déjà commencé à réfléchir au sujet que vous voulez traiter, à l’intrigue, voire aux personnages. La première étape indispensable avant de commencer à écrire un livre consiste à se poser les bonnes questions. Les réponses vous aideront à définir précisément les bases de votre intrigue.

Écrire à propos de quoi ?

En fonction du sujet de votre livre, le genre et le style d’écriture seront totalement différents :
  • une biographie ou une autobiographie, réelle ou fictive, aura un ton forcément personnel et introspectif ;
  • un roman policier mettra l’accent sur un suspense haletant et des dialogues ciselés ;
  • une romance fait généralement la part belle aux sentiments et aux dialogues ;
  • un conte ou un roman pour enfant doit s’adapter à son lectorat avec un lexique, une histoire et un format adapté…
Vous l’aurez compris : identifier le genre que vous souhaitez développer vous permettra de définir le ton à adopter et les codes que vous devrez prendre en compte.
Écrire à propos de quoi ?

Écrire, pourquoi ?

Si elle peut sembler évidente, la question doit être posée et la réponse clairement identifiée. Pourquoi et pour qui voulez-vous écrire ? Par passion, pour parler d’un sujet qui vous tient à cœur, pour partager vos écrits avec vos proches ou vos amis, pour confronter votre talent à l’avis du public ? Le fait de définir votre ambition et votre cible vous aidera à vous lancer, et à rester motivé jusqu’à l’édition de votre livre.

Conseils pour écrire un livre : partir sur de bonnes bases

Vous avez choisi le genre, le sujet et la cible de votre récit. Il est temps à présent de définir un narrateur, des personnages et un décor pour commencer à écrire votre livre.

Clarifiez vos raisons d’écrire un livre

Avant de commencer à écrire ou même de réfléchir à votre livre, demandez-vous honnêtement quelles sont les raisons qui vous poussent à écrire. Espérez-vous devenir riche et célèbre ? Est-ce nécessaire pour faire avancer votre carrière ? Rêvez-vous de voir votre nom sur une couverture de livre ? Avez-vous simplement une bonne histoire que vous voulez partager avec le monde ? L’écriture d’un livre est tout autant une vocation, un travail et une passion. Demandez-vous pourquoi vous avez besoin d’écrire et pourquoi vous voulez écrire. Gardez vos objectifs en tête pour vous motiver. N’oubliez pas qu’ils doivent rester réalistes. Vous n’allez probablement pas devenir la nouvelle J. K. Rowling avec votre premier roman.

Le choix du narateur

Dans la plupart des récits, deux options sont exploitées en matière de narration. À vous de choisir celle qui sert le mieux votre histoire.
  • le narrateur externe : omniscient, objectif, il peut donner au lecteur des informations dont les personnages n’ont pas connaissance, pour l’aider à mieux comprendre l’intrigue. Le récit est rédigé à la troisième personne ;
  • le narrateur interne : faisant partie de l’histoire, le narrateur est subjectif, fait part de son ressenti et livre un récit plus immersif pour le lecteur. La narration, à la première personne, est souvent confiée au personnage principal.
D’autres types de narration, plus rares, sont possibles :
  • la narration interne multiple : plusieurs personnages du récit assurent la narration. Cette polyphonie permet de varier les points de vue et de rythmer l’intrigue, à condition de bien identifier le narrateur pour éviter la confusion.
  • la narration à la deuxième personne, plus rare, est surtout réservée à la poésie. Dans d’autres circonstances, il est conseillé de la réserver aux textes courts.
    Le choix du narateur

    Bien choisir ses personnages

C’est un élément à soigner absolument lorsque l’on commence à écrire un livre. Le choix des personnages, leur caractère, leur complexité vont permettre au lecteur de s’attacher voire de s’identifier à eux. N’hésitez pas à vous créer des « cartes d’identité » pour chaque personnage en précisant :
  • ses particularités physiques ;
  • son âge, son histoire ;
  • ses liens avec les autres personnages ;
  • sa personnalité.
En synthétisant ces informations, vous pourrez vous y référer pour ne pas vous contredire au fil du récit, apportant ainsi plus de crédibilité aux personnages et à l’intrigue. Enfin, demandez-vous pour chaque personnage secondaire ce qu’il va apporter à l’histoire et s’il est vraiment nécessaire.

Définir un cadre spatio-temporel

La cohérence de votre histoire dépend aussi du respect des lieux et de la chronologie de l’intrigue. Concrètement, si votre personnage est né en 1970 et qu’il dit avoir fêté ses dix ans devant les images du premier homme sur la lune, nous avons un problème, Houston. Pour éviter ce type d’écueil, créez une frise chronologique retraçant précisément les événements de votre récit et la vie de vos personnages. N’hésitez pas non plus à vous documenter, voire à vous faire aider pour éviter les anachronismes .

Comment écrire un livre : conseils de méthodologie

Les contours de votre récit commencent à se dessiner précisément, il est temps de se pencher sur la méthode d’écriture. Voici quelques conseils pour écrire un livre à votre rythme et optez pour ceux qui sont les plus adaptés à votre façon de travailler.

Préparez un espace de travail adapté

Il n’y a pas d’espace de travail idéal pour tous les écrivains. Certains préfèrent un bureau au calme dans une pièce isolée tandis que d’autres travaillent mieux dans le brouhaha d’un café. Cependant, la plupart des écrivains ont tendance à mieux écrire avec peu de distractions et un accès facile aux matériels dont ils ont besoin . Même si vous pourriez rester productif en passant du café au banc dans un parc ou à la bibliothèque, vous pourriez envisager de vous créer un espace de travail que vous utilisez seulement pour l’écriture. N’oubliez pas d’y ajouter les fournitures et les références dont vous aurez besoin. De cette façon, vous éviterez de vous déconcentrer en allant chercher un stylo, une cartouche d’encre ou un dictionnaire. Choisissez une chaise solide et confortable, car vous allez facilement vous déconcentrer si vous pensez à vos douleurs dans le dos !
Préparez un espace de travail adapté

Prenez le temps d’écrire pendant la journée

Il est facile de dire que vous allez écrire lorsque l’inspiration vous vient, mais vous ne pouvez pas vous attendre à tout laisser tomber d’un coup lorsque vous avez un éclair de génie. En plus, c’est une excellente façon de ne rien écrire du tout. Essayez plutôt de bloquer un moment de la journée pour écrire . Un écrivain moyen devrait prendre entre 30 minutes et deux heures pour écrire, au moins cinq jours par semaine, dans l’idéal tous les jours. Trouvez un moment où vous avez tendance à être plus alerte et prolifique, par exemple, de 10 h 30 à 11 h 45 tous les jours. Si vous prenez le temps d’écrire, cela peut vouloir dire que vous allez devoir éliminer certaines activités. Du moment que vous n’empiétez pas sur le temps que vous passez avec vos proches ou à dormir, vous allez surement arriver à le faire marcher.

Commencer par la fin

La façon d’écrire varie d’un auteur à l’autre. Si certains se laissent porter par l’écriture pour concevoir leur intrigue, d’autres aiment construire leur univers dès le départ. Pour ces derniers, l’écriture, c’est un peu comme un voyage : pour arriver à destination, encore faut-il savoir où l’on va. Écrire la fin en premier vous permettra d’éviter les digressions et de mieux canaliser votre récit. Avant de vous lancer, définissez également un plan en plusieurs parties pour avoir une idée précise de la trame à suivre.

Prévoir des plages de de travai…

Écrire un livre, vous en rêvez depuis un moment, mais impossible de trouver le temps nécessaire. Et si vous arrêtiez de remettre à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui ? Réservez des plages dans votre emploi du temps, régulièrement, pour vous consacrer à l’écriture. En soirée, pendant votre pause déjeuner, le week-end, au lever du jour : à vous de trouver le moment propice.

…Sans se mettre la pression

Parfois, trouver du temps ne suffit pas à trouver l’inspiration. Si la régularité aide à gagner en fluidité d’écriture, inutile de rester des heures les yeux rivés sur la page blanche. Si vous êtes bloqué, sortez, aérez-vous l’esprit, concentrez-vous sur une autre activité le temps de laisser vos idées décanter. À l’inverse, il peut arriver qu’une idée fulgurante se manifeste à un moment impromptu, dans les transports en commun, au restaurant…Pensez toujours à garder un carnet sur vous pour noter ces éclairs de génie et les retravailler plus tard. Pour un auteur, commencer à écrire un livre est une étape complexe mais passionnante.
Sans se mettre la pression

Fixez-vous des objectifs journaliers et hebdomadaires

Au lieu d’espérer couvrir dix pages d’encre lorsque l’inspiration vous vient, vous devriez plutôt vous dire que vous allez écrire une page par jour. Fixez-vous un objectif d’écriture en vous basant sur votre vitesse et sur des dates butoirs spécifiques sans le changer une fois que vous vous êtes décidé . Par exemple, si vous vous êtes donné un an pour écrire un brouillon complet d’un roman de 100 000 mots, vous allez devoir écrire 300 mots par jour (plus ou moins une page tapée au clavier). Si vous devez retourner un brouillon de dissertation pour votre doctorat d’environ 350 pages dans un an, vous allez devoir en écrire une page par jour.

Écrivez sans vous inquiéter des fautes

C’est aussi une chose importante lorsque vous écrivez avec une date butoir, vous devez vous concentrer pour écrire quelque chose maintenant et vous vous demanderez plus tard si c’est bon ou si vous devez l’arranger. Pour terminer votre livre, souvenez-vous de ceci : « écrivez rapidement, éditez lentement ». Vous allez toujours passer autant de temps à écrire qu’à éditer votre livre lorsque vous écrivez le premier brouillon, c’est pourquoi vous vous soucierez des erreurs plus tard. Concentrez-vous seulement pour écrire quelque chose que vous réviserez plus tard. Si vous ne pouvez pas vous empêcher de corriger ce que vous écrivez, prenez un petit moment à la fin de chaque séance d’écriture pour le faire. Par exemple, vous pourriez utiliser le dernier quart d’heure de votre heure et demie d’écriture journalière pour corriger ce que vous venez d’écrire.

Analyser vos motivations

Demandez-vous si le livre que vous avez en tête vaut vraiment le coup d’être écrit. “Pourquoi ?” est LA seule question qui vaille à ce stade. Alors, ce roman, est-ce pour laisser un héritage à vos enfants ? Pour raconter aux gens comment vous avez surmonté les coups du sort ? Pour leur raconter comment vous avez réglé vos conflits familiaux ? Voici quelques exemples de mauvaises raisons pour écrire un roman : se faire de l’argent rapidement ; se venger d’un(e) ex ; surfer sur une mode (quand vous aurez fini votre roman, il est probable que celle-ci sera passée…).

Soyez réaliste

Il est très rare – et c’est un euphémisme – qu’un nouvel écrivain reçoive une avance de 200 000 € pour un premier roman. Ne comptez donc pas sur un miracle de ce type. Ne quittez pas votre emploi si vous en avez un. Vous en aurez besoin pour payer les factures, le temps de finir votre livre – ce qui peut prendre un, deux ou trois ans. Et si vous recevez une avance, utilisez-la pour embaucher un correcteur ou quelqu’un qui vous aidera à faire vos recherches.
Soyez réaliste

Documentez-vous

Quel type de livre cherchez-vous à écrire ? Des mémoires ? Un livre confession ? Un roman policier ? Une histoire d’amour ? Un conte pour enfants ? Dans tous les cas, imprégnez-vous des classiques du genre. Non pas pour les copier, mais pour identifier les codes. Libre à vous, ensuite, de les suivre, ou de les faire évoluer. Faites des recherches aussi pour tout ce qui concerne l’action de votre roman. Les recherches vous permettront de faire des descriptions très réalistes. Pour écrire son roman Réparer les vivants (Gallimard, 2015), Maylis de Karangal a assisté à une greffe cardiaque à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. De votre côté, si vous décidez que votre héros principal est un ancien alcoolique sur le chemin de la sobriété. Il est très intéressant d’assister à une réunion des alcooliques anonymes, afin de savoir comment elle fonctionne

Faites de l’écriture de votre livre une priorité

Votre roman doit devenir une véritable obsession. Vous ne devez penser qu’à votre livre, rien qu’à votre livre, juste à votre livre – sans pour autant négliger votre vie en dehors de l’écriture. Si vous souhaitez explorer ou perfectionner certains aspects de votre écriture tels que les personnages, les dialogues, le narrateur, vous pouvez suivre un atelier d’écriture. Il vous donnera un cadre et vous forcera à vous fixer des échéances régulières.

Ecrivez un roman, plutôt qu’un recueil de nouvelles

De nos jours, il est quasiment impossible de vendre un recueil de nouvelles à un (gros) éditeur, a fortiori quand on débute dans le métier. Mieux vaut privilégier la forme romanesque, plus longue, mais plus facilement vendable. Si vous êtes attaché à l’une de vos nouvelles, vous pouvez par exemple essayer de l’étoffer pour en faire un roman.

Retravaillez votre livre avant de le proposer à un éditeur

Il est rare qu’un éditeur achète un manuscrit dont le récit est mal ficelé, juste parce que l’idée est bonne. C’est encore plus vrai quand il s’agit d’un auteur inconnu qui cherche à faire publier son premier roman. Sachez que vous devez retravailler votre roman plusieurs fois avant de le présenter. N’envoyez jamais le premier jet de votre manuscrit dès que vous avez inscrit le point final. Adressez-vous plutôt à un conseiller littéraire professionnel qui vous aidera à perfectionner votre roman. Après avoir lu et analysé votre manuscrit, il vous dira ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et il vous donnera des pistes de retravail.
Retravaillez votre livre avant de le proposer à un éditeur

Demandez des commentaires le plus tôt possible

N’attendez pas d’avoir écrit le livre en entier avant de montrer à quelqu’un ce que vous avez écrit. Proposez un chapitre à une personne de confiance et demandez-lui son opinion générale, c’est-à-dire ce qu’il pense de la clarté et de la qualité de votre travail au lieu de se concentrer sur vos fautes de style et de grammaire . Selon la situation, vous pourriez travailler avec un éditeur, vous trouver un comité de lecteurs pour lire vos brouillons ou contacter un groupe d’autres écrivains avec lesquels vous partagez vos travaux. Autrement, vous pouvez montrer vos brouillons à un ami ou un membre de votre famille qui aiment lire et dont vous vous souciez de l’opinion. Vous allez passer par de nombreux commentaires et de nombreuses corrections avant que votre livre soit publié. Ne vous laissez pas décourager, cela fait partie des étapes nécessaires pour écrire le meilleur livre possible !

Commencez avec une idée captivante

Évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est essentiel pour écrire un bon livre. Que vous écriviez de la fiction ou de la littérature non romanesque, vous avez besoin d’un concept qui vous fascine pendant tout le processus d’écriture et de révision et qui va aussi captiver l’attention de vos lecteurs . Commencez avec une idée générale en premier avant de vous inquiéter des petits détails plus tard. Réfléchissez à des thèmes, des scénarios ou des idées qui vous intriguent. Écrivez-les, réfléchissez-y pendant un moment et trouvez celle qui vous passionne le plus. Par exemple : « que se passerait-il si un homme voyageait dans un lieu où les gens sont tout petits et où ils le prennent pour un géant, puis dans un lieu où les gens sont des géants et où ils le prennent pour une créature minuscule ? »

Isolez-vous pour trouver votre inspiration

Et si, pendant 2 mois, vous vous faisiez une retraite dans un cadre inspirant afin de vous concentrer sur l’écriture d’un roman ? Vous imaginez-vous habiter dans une petite maison en Grèce, ou encore un appartement en Toscane ? Il y a des pépites qui offrent des réductions jusqu’à 50% au mois ! Si vous avez mis un peu de côté, ou même que le RSA ou Pôle emploi vous sponsorisent, vous pouvez tout à fait vous payer ce luxe.Attention ! Pour obtenir ces tarifs, faites votre recherche pour une longue durée (minimum 1 mois), afin d’obtenir jusqu’à 80% de réduction sur le tarif nuit. Dans les filtres, vous mettrez le prix par mois, et non par nuit.

Donnez-vous des consignes

Si vous avez déjà fait des ateliers d’écriture (moi j’adore :D), vous aurez sûrement fait toutes sortes de jeux vous amenant à écrire bien plus facilement. Écrire à partir de rien, c’est difficile, alors donnez-vous des consignes, que vous suivrez comme un jeu.
Voici un jeu que j’aime beaucoup :
Prenez un livre au hasard dans votre bibliothèque, ouvrez-le à la page 15, ligne 8. Prenez la phrase qui s’y trouve, et essayez de l’intégrer à votre chapitre, quel que soit le sujet. Bien-entendu, vous n’avez pas le droit de plagier, donc lorsque votre chapitre sera écrit, il faudra reformuler la phrase.
Donnez-vous des consignes
D’autres jeux :
  • Commencer votre livre par une phrase et le terminer par une autre. (Vous pouvez aller sur Facebook et demander à vos amis « Donnez-moi une phrase que vous inventez et je me lance le défi de la mettre dans mon chapitre. »)
  • Placez les mots furet, roulement, fibre, goût, liste, maison dans votre chapitre.
  • Ne faites que des phrases qui riment, une sur deux.

Votre livre doit résoudre un problème

Votre livre n’est pas forcément un roman. Il peut être aussi un ouvrage didactique ou inspirant, un essai ou un pamphlet. Alors essayez de résoudre un problème pour vos lecteurs. Lorsque ce problème est choisi, il vous faut identifier les différents aspects de ce problème, les différents angles à aborder pour le traiter, la manière dont vous souhaiterez y répondre. Chaque chapitre doit apporter une étape de la solution.

Faites des recherches à propos de votre idée pour maitriser le concept

Si vous écrivez un livre non romanesque, vous allez devoir faire des recherches approfondies sur le sujet pour écrire quelque chose de correct. Cependant, même les romans doivent dans une certaine mesure être ancrés dans la réalité . Par exemple, une aventure de science-fiction dans l’espace sera plus efficace si vous basez les technologies utilisées sur quelque chose de réel. Si vous écrivez un drame policier, vous pourriez faire des recherches pour savoir comment la police mène généralement son enquête lors de crimes comme celui que vous décrivez. Si vous choisissez un contexte à votre histoire, vous aurez moins de peine à l’écrire, car vos recherches sur le sujet apporteront de la matière, des descriptions saisissantes et de la profondeur à vos personnages. Décidez de situer votre histoire d’amour en Arabie Saoudite, et faites des recherches approfondies sur la culture, la politique et la religion. Lisez des témoignages, regardez des films, et lancez-vous dans une histoire qui sera passionnante pour vos lecteurs ! C’est exactement ce que fait Ken Follett, dont les livres vous tiennent en haleine ! Mon livre préféré, Les lions du Panshir, n’est après tout qu’une histoire d’amour, mais vécue dans le contexte de la guerre d’Afghanistan de 1979, ça prend une tout autre allure !
Un autre auteur excellent pour l’utilisation du contexte et reconnu pour la qualité de ses recherches (c’était à l’origine un journaliste) est Jean-Christophe Grangé. Si vous lisez les extraordinaires Le vol des cigognes ou encore Miserere, vous serez stupéfait par la manière dont les intrigues sont portées par des ambiances de pays et de cultures.
Faites des recherches à propos de votre idée pour maitriser le concept

Divisez votre idée en petits morceaux plus gérables

Si vous vous concentrez tous les jours pour écrire sur la Révolution française ou sur les évènements de votre « terre du milieu », vous pourriez vous sentir paralysé(e) par l’immensité de la tâche. Essayez plutôt de diviser un concept large en composants plus petits qui vous semblent plus faciles à gérer . Par exemple, au lieu de vous réveiller un matin en vous disant que vous devez écrire quelque chose à propos de la Révolution française, vous pourriez vous dire : « je vais parler de la prise de la Bastille aujourd’hui ».
Ce sont des morceaux plus faciles à gérer qui pourraient devenir les chapitres de votre livre, même si ce n’est pas obligatoire.
Observez les détails des intrigues cinématographiques pour avoir un aperçu de la structure de l’histoire. Lucy Hay, scénariste et auteure, dit : « Script Lab décompose les intrigues de 5 films célèbres, et si vous écrivez une histoire, il peut être très utile d’examiner ces décompositions en regardant les films. Ensuite, vous pouvez situer les points de l’intrigue dans l’histoire, et voir comment les appliquer à votre travail. Les exercices de composition ou de planification comme celui-ci vous donneront l’habitude de créer un vocabulaire sur le fonctionnement de l’intrigue. »

Utilisez des astuces structurelles

Et si vous n’écriviez pas l’histoire du début à la fin, en suivant une structure linéaire ? Stephen King ou encore Haruki Murakami utilisent dans la majorité de leurs œuvres la structure de récits parallèles. Un chapitre raconte l’histoire d’une personne, le chapitre suivant passe à une tout autre personne, etc., jusqu’à ce que tout le monde se retrouve à la fin, ou encore que la même histoire soit vécue à travers les yeux de différents personnages. Dans le roman en 2 tomes, Dôme, par exemple, tout une ville se retrouve enfermée sous un dôme gigantesque et impénétrable. Chaque personnage va vivre la situation différemment de son côté et prendre des décisions qui impacteront sur l’ensemble de la communauté. (Ne regardez pas la série qui en a été tirée, elle est absolument naze.)
Inspirez-vous de structures déjà existantes pour établir votre trame et agencer vos chapitres :
  • Les structures musicales (fugues, sonates, canons, opéras…)
  • Les structures poétiques (rimes plates, croisées, embrassées…)
  • Jeu de société (Monopoly, Échecs, Go, Solitaire…)
  • Naturelles (fleurs, arbres, araignée, oignon…)
  • Physiques (Anneau de Meobius, théorie quantique, système solaire…)
    Utilisez des astuces structurelles

Créez au moins un personnage inoubliable

C’est une autre partie de votre livre qui est plus facile à dire qu’à faire. Essayez de développer un ou plusieurs personnages complexes et étoffés, pas un « gentil » ou un « méchant » standard. Vous voulez que vos lecteurs s’y identifient et se soucient de ce qui leur arrive . Réfléchissez à certains de vos personnages préférés tirés de livres que vous aimez. Notez certains de leurs traits de caractère et servez-vous-en pour vous aider à créer vos propres personnages uniques. Si vous écrivez des livres non romanesques, approfondissez la complexité et les qualités humaines des personnages réels au centre de votre livre. Donnez-leur vie pour vos lecteurs.

Mettez l’accent sur le conflit et la tension dans votre narration

Introduisez des défis et des obstacles dès le début du livre et faites passer vos personnages par des moments difficiles, des triomphes et des échecs. Le conflit et la tension peuvent être autant externes (par exemple un adversaire fourbe) ou internes (les démons du passé qui hantent votre personnage). Faites tout ce que vous pouvez pour que vos lecteurs ne puissent plus poser votre livre ! Le conflit principal, par exemple l’obsession du capitaine Ahab pour la baleine blanche dans « Moby Dick », peut être un point d’entrée pour toute une gamme de conflits internes et externes. Ne négligez pas les conflits et les tensions dans les œuvres non romanesques, elles vous aident à ancrer votre récit dans la réalité.

Assurez-vous que votre texte fait avancer l’histoire

Il pourrait être utile de vous en souvenir pendant que vous écrivez votre premier brouillon, mais c’est essentiel lorsque vous passez à la correction. Assurez-vous que chaque chapitre, chaque page, chaque phrase et même chaque mot permet de faire avancer l’histoire. Si ce n’est pas le cas, vous devez changer votre histoire ou la rendre plus efficace . Vous devez faire en sorte que vos lecteurs ne se désintéressent jamais de votre livre. Ils doivent être accrochés et continuer à tourner les pages ! Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas utiliser de longues phrases, des descriptions ou même des histoires parallèles qui dévient de l’histoire principale. Vous devez seulement vous assurer que tout ce que vous mettez dans le livre aide à la narration générale.

Continuez de corriger votre livre

Ne vous inventez pas des excuses pour ne pas le publier. En d’autres termes, vous devez vous engager à rendre votre œuvre publique et vous ne devez pas éviter de le faire en vous disant que vous êtes presque prêt(e). Les révisions, les modifications et les corrections sont essentielles pour un bon livre, mais à un moment ou à un autre, vous devez avoir le courage de le publier . Lorsque vous vous décidez à le faire, vous pourriez avoir l’impression d’en perdre le contrôle après tout le temps que vous avez passé à travailler dessus. N’oubliez pas que votre livre mérite d’être vu et d’être lu !Si nécessaire, vous pourriez vous fixer une date butoir en vous disant que quoi qu’il arrive, vous allez remettre votre manuscrit à ce moment-là.
Continuez de corriger votre livre


Engagez un agent littéraire pour une publication littéraire

Vous pouvez soumettre votre manuscrit aux maisons d’édition vous-même, mais vous allez augmenter vos chances de succès si vous travaillez avec un agent. Il aura l’expérience et les contacts dont vous allez avoir besoin pour donner à votre œuvre une meilleure chance de trouver une bonne maison d’édition. À moins que vous en connaissiez déjà un, vous devriez faire une recherche en ligne pour trouver un agent littéraire . Comparez ceux que vous avez trouvés et choisissez le meilleur pour vous et votre manuscrit. Si vous connaissez des auteurs qui ont été publiés, demandez-leur des conseils ou des recommandations. En général, vous allez envoyer un extrait ou le manuscrit en entier à votre agent et il va décider s’il veut s’occuper de vous ou non. Assurez-vous de bien comprendre les instructions de soumission du manuscrit avant de l’envoyer.

Renseignez-vous sur les options d’autopublication

Si votre livre a un public plus restreint à cause de son sujet, il pourrait être difficile de trouver une maison d’édition qui l’accepte. C’est d’autant plus vrai si c’est votre premier livre. Heureusement, il est possible de publier vous-même votre livre. Vous pouvez publier vous-même des copies du livre, ce qui vous permet d’économiser de l’argent, bien que cela vous fasse aussi perdre beaucoup de temps. Vous allez être responsable de toutes les étapes, deDepen l’obtention des droits d’auteur à la création de la couverture en passant par l’impression. Vous pouvez passer par des maisons d’autoédition, mais vous allez souvent devoir payer plus d’argent pour le faire que votre livre ne vous rapportera. La publication d’un livre électronique est aussi une bonne option, car les couts sont minimes et votre livre sera tout de suite accessible à un public plus large. Comparez les différentes maisons d’édition en ligne avant de choisir celle que vous préférez.

Confrontez-vous à l’idée d’être critiqué

Et soyez gentil avec vous-même. Tout le monde craint les critiques, alors qu’il n’y a absolument aucun moyen de les éviter. Et même si vous ne vous affichez pas, on vous critique dans votre dos, vous pouvez en être certain. Alors, brandissez vos écrits et clamez par cet acte « Je me prétends bon dans ce que je fais ». Et attendez les remarques, il y en aura, plein ! Prenez les constructives pour vous améliorer et les destructrices pour connaître un peu mieux la nature humaine et sa capacité incroyable de haine et d’aigreur. (Et vous inspirer pour votre prochain « méchant » personnage !) Mais aussi, recevez des compliments, et soyez totalement émerveillé par cette force acquise dans les encouragements et les retours inespérés.
Avertissements: Évitez de plagier (c’est-à-dire de copier) le travail d’un autre auteur. Même si vous le faites de la manière la plus astucieuse possible, quelqu’un va éventuellement s’en rendre compte.

Conclusion

Confrontez-vous à l’idée d’être critiqué
Trouvez le moment de la journée où vous vous sentez le plus productif et organisez-vous pour écrire à ce moment-là. Gardez un carnet et un crayon près de votre lit et tenez un journal de vos rêves. Qui sait, un de vos rêves pourrait vous inspirer ou vous donner une idée pour une histoire ! Parfois, vous devriez vous mettre à écrire et éventuellement, l’histoire prendra forme dans votre tête. Si vous voulez ajouter un fait réel à votre histoire, faites des recherches en premier.

JeunInfo

Webmaster & blogueur fondateur du site : JeunInfo

COMMENT ECRIRE UN LIVRE

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Publication publiée :31 août 2022
  • Post category:DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
  • Temps de lecture :39 min de lecture
  • Dernière modification de la publication :23 avril 2023