COMMENT VAINCRE SON ADDICTION AUX RÉSEAUX SOCIAUX

Comment vaincre son addiction aux réseaux sociaux ?

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Comment vaincre son addiction aux réseaux sociaux ?

Vous souffrez d’une maladie dénommée « j’ai-du-mal-à-me-déconnecter ». Notre époque est le terrain de jeu d’une ère nouvelle, très tournée à l’utilisation d’Internet et la présence sur les réseaux sociaux. Une présence, au début ludique et parfois à but pédagogique, qui finit par devenir compulsive et incontrôlable. Cela au point d’en devenir dépendant. Bonjour l’addiction ! Les médias sociaux peuvent nous faciliter la vie en nous permettant de communiquer avec nos proches et de partager avec eux les moments les plus importants de notre vie. Néanmoins, en cas d’absence de contrôle rigoureux, ce moyen de communication peut devenir une addiction pouvant vous faire perdre beaucoup de temps et même affecter vos performances au travail et vos relations. Si vous vous éloignez des réseaux sociaux, évaluez la situation et développez de bonnes habitudes, vous parviendrez à résoudre ce problème pour avoir une vie beaucoup plus équilibrée. Nous sommes de plus en plus nombreux à devenir accros à nos smartphones et autres tablettes numériques. Une e-dépendance qui peut être pesante, mais qui se soigne.
Vous n’en pouvez plus de vérifier votre smartphone toutes les trois minutes dans l’attente fébrile d’un courrier électronique ou d’un SMS ? Le burn-out numérique vous menace ? Des thérapies contre l’addiction aux nouvelles technologies existent, du peint anti-wifi aux vacances 100% “offline“.

Pourquoi en sommes-nous accros ?

La France compte 38 millions d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux, soit plus de 60 % de la population. Depuis qu’ils sont entrés dans nos vies, difficile pour certains de s’en passer. Facebook, Instagram, Twitter et autres plateformes, ces réseaux sociaux nous obsèdent au point de nous rendre parfois accros. Des addictions aux effets néfastes, comme l’altération du lien avec les autres, le manque de sommeil, ou encore la baisse de notre réflexion… Comment expliquer cette emprise ?
Pourquoi en sommes-nous accros ?
Les réseaux sociaux nous suivent partout. Que ce soit sur nos smartphones, nos ordinateurs, ou nos tablettes, l’accès en devient de plus en plus simplifiée. Mais bien plus qu’une application disponible partout, c’est l’architecture même de ces sites qui nous absorbe. “C’est un phénomène mondial, les réseaux sociaux sont faits pour nous faire réagir, explique Dominique Boullier, spécialiste du numérique. Nous pousser à réagir, encore et toujours, au gré de l’actualité défilante sur nos écrans, presque instantanément… Une emprise amplifiée par ces fameuses notifications, qui apparaissent à n’importe quel moment et nous rappellent la présence des réseaux sociaux, même lorsque l’on est à table ou entre amis.
À ces envies de réagir s’ajoute aujourd’hui l’envie chez les jeunes de produire du contenu. S’afficher, gérer son image au travers de ces réseaux sociaux, devenir de petits médias, voilà une activité qui prend du temps et nécessite une présence constante. Initialement crées pour rassembler, ces réseaux sociaux voir leurs fonctions évoluer. “On oublie aujourd’hui ce qui en faisait les avantages avant” témoigne Jérôme Colombain, journaliste. Et si ces réseaux sociaux assouvissent également un besoin voyeur, observer l’autre, ils permettent aussi à la jeune génération de se couper du cocon familial parfois pesant. Mais l’utilisation est parfois telle qu’elle brouille totalement leur rapport direct aux autres… Alors, comment trouver le juste milieux ?

L’addiction aux réseaux sociaux : bien plus qu’un truc banal !

De base, les réseaux sociaux ont pour objectif de pallier au problème de distance dans les relations humaines, tout comme les appels et SMS par téléphone. Il ne s’agissait que de garder le contact, de rapprocher les hommes. Mais aussi, sous l’angle professionnel, ils permettent de partager son travail, de faire connaître sa boite et de proposer ses services. Bref, il y a eu un réajustement des modèles économiques depuis l’avènement des réseaux sociaux. Ils ont changé notre façon de communiquer avec les autres, voire même notre manière de nous comporter en société. Cependant, s’ils s’avèrent utiles à bien d’égards, il convient ici de prévenir sur leurs effets pervers. En effet, de plus en plus de chercheurs alertent sur les effets inquiétants des réseaux sociaux sur le cerveau, et sur leurs dangers pour les adolescents en particulier. Des études ont même pu démontrer qu’il existe un lien entre une addiction à des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter, et une faible estime de soi. Ce cas apparaît comme étant le plus courant, comparé à d’autres comme la difficulté de se déconnecter par obsession professionnelle. Il s’agit plus ici d’une addiction au travail. Revenant à nos moutons, ce phénomène s’explique de la manière suivante :
L’addiction aux réseaux sociaux : bien plus qu’un truc banal !
face aux multiples publications centrées sur la vie des autres, la personne dépendante réalise des centaines de comparaisons, qui finissent par l’amener à penser que sa vie est ennuyeuse, misérable et vide. Sans se rendre compte que le temps qu’elle pourrait passer à l’enrichir, elle le consacre à observer celle des autres. Tout cela en voulant paraître comme elles. C’est ainsi que, d’un autre côté, l’estime de soi des personnes dépendantes aux RS se voit affectée lorsqu’elles commencent à créer une réalité qui n’est pas la leur, afin d’impressionner les autres, d’enchainer des likes et des commentaires, des retweets. Toutes ces choses qui semblent à l’immédiat faire du bien, ne permettront pas de renforcer l’estime qu’on a de soi sur le long terme. Le pire dans l’histoire c’est qu’on finit par devenir prisonnier de l’opinion et du jugement de personnes qui ne nous demanderont jamais en cours de journée si on a mangé. On termine sur la question avec quelques propos du philosophe Gilles Lipovetsky. Dans une interview réalisée pour Le Temps, il raconte les travers de nos sociétés hyper-modernes, où le désir frénétique de posséder et de plaire confine à l’obsession. Selon lui :
Les réseaux sociaux illustrent l’individualisation extrême, caractéristique de la société hyper-moderne. Leurs règles obéissent à une logique affective: mise en scène de soi, attente de valorisation et de gratification intime, course au «like» qui offre une satisfaction, une sécurisation de type narcissique. Nous ne dirons pas que toutes les personnes dépendantes arrivent à ces extrêmes. Mais on n’en est jamais loin, tant que l’on ressent un irrésistible besoin de toujours dire quelque chose, publier quelque chose, afin d’attirer l’attention et de susciter l’intérêt des autres. Du coup, les réseaux sociaux, c’est mal en fait ? Pas exactement. Nous avons parcouru, lu toutes sortes de publications et d’articles sur le bien et le mal qui règnent sur les réseaux sociaux. Surtout le mal. Mais tout cela peut se résumer ainsi.
Les réseaux sociaux, c’est un peu comme l’argent ou l’intelligence tout dépend de l’utilisation qu’on en fait. Utilisés à bon escient, cela peut avoir d’excellents effets et résultats. Comme dit plus haut, une mauvaise utilisation des réseaux sociaux entraine des dérives. C’est ce qui se passe d’ailleurs quand on use abusivement de quelque chose, ou que l’on fait une pratique de manière abusive. L’addiction naît, et il n’est pas facile de s’en défaire. Ainsi donc, il convient d’envisager comment se défaire d’une dépendance aux RS.

Cyberdépendance, nomophobie… les écrans envahissent nos vies

Cyberdépendance, nomophobie... les écrans envahissent nos vies
“Les gens se connectent sans arrêt, partout, dans toutes les positions – au lit, au restaurant, dans les salles d’attente“, constate Remy Oudghiri, directeur de l’institut de sondage français Ipsos et auteur d’un livre sur la “e-dépendance“. Les écrans ont colonisé les années 2010. Aux États-Unis, près de la moitié des adultes disposent d’un smartphone, et plus d’un tiers arborent une tablette numérique. “Ce surgissement soudain des possibilités infinies de connexion, après une période initiale d’enthousiasme, conduit chaque utilisateur à réfléchir sur la façon de savourer l’existence tout en profitant de leur connexion. La question se pose de savoir comment éviter la dépendance“, ajoute M. Oudghiri. D’après une enquête d’Ipsos, près d’un tiers des Français éprouvent le besoin de déconnecter, et des tendances comparables se dégagent dans d’autres pays. En 2006 déjà, Ipsos avait mis en avant que 54% des Français avaient le sentiment de passer moins de temps ensemble en raison des avancées des nouvelles technologies. Et le chiffre est passé à 71% l’année dernière.
Des chercheurs français ont créé par exemple un papier peint spécial qui bloque la transmission des ondes wifi. Un fabricant, Ahlstrom, envisage de lancer ce produit sur le marché l’année prochaine. L’intérêt est grand, en particulier dans les écoles pour empêcher les élèves et les étudiants de passer trop de temps pendus à leur téléphone pendant les cours, d’après un porte-parole de cette société.

Astuces pour lutter contre son addiction aux réseaux sociaux

Il se pourrait que vous ayez déjà essayé pas mal de choses dans ce sens, motivés par des vents défavorables. Il s’agit par exemple d’une situation financière désastreuse, d’une peine de coeur, de désespoir, de disputes, de colère, etc. Être guidé par ces vents fait germer des émotions enclines à faire prendre des décisions radicales. Cela peut durer une semaine, un mois, ou bien plus. Dans une certaines mesure, on adopte des comportements plus modérés, s’étant remis en question sur sa vie, sur ce qui nous nuit, nos addictions. Ici aussi, nous avons parcouru la toile et réfléchit sur comment mettre un terme à l’addiction aux RS. Avant, le préalable est de reconnaître qu’effectivement on a une addiction. Il existe ainsi une multitude de méthodes sur la question.

Relisez vos anciennes publications

Avant de commencer à lutter contre votre addiction aux réseaux sociaux, vous devriez vous efforcer d’appréhender la situation. Essayez de relire toutes vos publications de la semaine ou du mois écoulé. Notez le nombre de messages que vous publiez afin d’évaluer la fréquence de vos publications. Demandez-vous si toutes vos publications étaient indispensables. Par exemple, si vous avez publié une photo concernant un repas que vous avez mangé ou votre visite chez le coiffeur, demandez-vous si ces publications ont été une source de joie pour vous ou pour qui que ce soit d’autre.

Surveillez le temps que vous passez en ligne

Surveillez le temps que vous passez en ligne
Si vous n’êtes pas certain de l’ampleur de votre problème, vous pouvez essayer de connaitre combien de temps vous passez sur les réseaux sociaux. Cochez une case dans un carnet chaque fois que vous consultez un site. Cependant, pour connaitre de façon plus élaborée et plus précise votre utilisation des réseaux sociaux, vous devez télécharger une application conçue à cet effet. Certaines applications telles que QualityTime peuvent vous aider à calculer le temps que vous passez sur chaque site de réseaux sociaux . Décidez combien de temps vous consacrez aux réseaux sociaux et si vous dépassez ce délai, réduisez ce temps.

Reconnaissez l’existence de votre dépendance

Pensez aux moments où d’autres personnes vous ont constamment fait des remarques sur votre utilisation des réseaux sociaux. Pensez aussi aux moments où vous n’arrivez pas à assumer vos responsabilités. Si vous remarquez que cela devient une habitude, il est crucial que vous admettiez que vous avez un problème. Faites des concessions et engagez-vous à améliorer la situation. N’oubliez pas que vous devez tout d’abord surmonter votre déni pour pouvoir reconnaitre l’existence de votre problème.Évitez de vous connecter pendant quelques heures et évaluez ce que vous ressentez. Si vous vous sentez nerveux, il se pourrait que vous ayez une addiction.

Faites le point sur vos besoins

Parfois, une addiction aux réseaux sociaux peut se manifester à cause de l’oisiveté ou à cause de l’absence d’affection ou de relations. Mettez par écrit ce que vous pensez de la situation afin d’explorer la racine du problème. Ensuite, élaborez un plan pour remédier à la situation. Si votre problème provient du fait que vous vous ennuyez, trouvez des choses amusantes à faire dans la vraie vie.

Recherchez une aide extérieure

Pour certaines personnes, le besoin d’utiliser constamment les réseaux sociaux peut se faire sentir pour des raisons indépendantes de leur volonté. Si vous n’arrivez pas à échapper à cette dépendance, essayez de consulter un thérapeute bien formé dans ce domaine. Il existe aussi des groupes de soutien pour les personnes confrontées aux mêmes problèmes que vous. Il peut être utile d’avoir l’impression que vous n’êtes pas seul à vivre cette situation et de discuter des solutions possibles au problème .Souvenez-vous qu’il n’y a rien de mal à rechercher de l’aide.
Recherchez une aide extérieure

Le créneau de la “Désintoxication numérique“

Dans le secteur du tourisme, des hôtels se sont engouffrés dans le créneau de la “désintoxication numérique“. La chaîne hôtelière Westin à Dublin par exemple propose à ses clients de remettre leurs smartphones et leurs tablettes à la réception. L’hôtel leur offre aussi un kit pour planter un arbre et un jeu de société. Le prix: 175 euros la nuit. D’autres sociétés ont élaboré leurs propres formules. L’Américain Digital Detox organise ainsi des retraites sans Internet dans des coins isolés des États-Unis ou des pays comme le Cambodge. “Cela fleure bon le marketing“, pour Thierry Crouzet, un bloggeur qui a volontairement déconnecté pendant six mois. “Il y a des tas d’endroits qui sont tranquilles. Vous n’avez pas besoin de réserver un tour opérateur pour le Pôle Nord.“ Ce journaliste de 49 ans a écrit un livre sur son expérience intitulé “J’ai débranché“, après avoir subi ce qu’il appelle un “burn-out numérique“ à force de vérifier la nuit ses courriers électroniques, blogs et comptes Twitter. “Je vois beaucoup d’amis blogueurs qui lèvent le pied. Presque tout le monde s’arrête un peu. Nous prenons conscience que la technologie ne nous nourrit pas“, ajoute-t-il.
Dans le monde du travail, des entreprises prennent aussi les devants pour que leurs salariés ne soient pas reliés à la toile 24 heures sur 24. Le fabricant automobile allemand Volkswagen, par exemple, a décidé de ne plus envoyer de courriers électroniques à ses salariés de 18 h 15 à 7 heures. Et pour ceux qui ne peuvent décidément pas résister à l’appel des réseaux sociaux, le site anti-social.cc propose un logiciel qui bloque l’accès aux sites qui vous déconcentrent et vous empêchent d’être efficace au travail, moyennant 15 dollars, soit 11,34 euros. Les cures de désintoxication d’Internet commencent à fleurir aux États-Unis, par exemple avec reSTART, qui se présente comme la première offre d’un programme de retraite anti-Internet aux États-Unis. D’après son site, la plupart des cas traités ont entre 18 et 28 ans, et éprouvent des difficultés pour finir leurs études en raison d’une utilisation intensive d’Internet. D’autres ont du mal à établir ou maintenir des relations sociales normales dans la vie réelle.

Désactivez vos comptes

Après avoir bien évalué votre problème, prenez une pause et éloignez-vous des réseaux sociaux pour vous vider l’esprit et commencer à rompre avec vos mauvaises habitudes. Désactivez votre compte Twitter, Instagram, Facebook, Snapchat et tout autre réseau social que vous pourriez avoir. C’est une excellente façon de vous donner un peu d’espace pour vous libérer de votre addiction sans avoir à supprimer vos comptes .Durant cette pause, définissez un calendrier afin de savoir quand et si vous allez restaurer vos comptes. Trouvez des activités saines visant à remplacer l’objet de votre addiction aux réseaux sociaux.
Désactivez vos comptes

Supprimez toutes les applications sur votre téléphone

En plus de désactiver vos comptes, vous devez désinstaller les applications sur votre téléphone afin de résister et de vaincre à la tentation. Pendant cette période de réflexion personnelle et de désaccoutumance, le fait de ne plus voir vos applications sur l’écran d’accueil de votre appareil peut être utile .

Changez vos mots de passe

Si vous pensez que vous ne pouvez pas rompre avec cette habitude par vous-même, confiez votre compte à quelqu’un de confiance. Dites-lui de changer votre mot de passe pour que vous ne puissiez plus accéder à votre compte, même quand vous en avez envie. Dites-lui de vous donner le mot de passe après la fin de la période préétablie . N’oubliez pas de ne donner votre mot de passe qu’à un membre de votre famille ou à un de vos amis en qui vous avez fortement confiance. Confier vos mots de passe est très délicat et cette situation peut finir en désastre si vos informations se retrouvent entre de mauvaises mains. Envisagez l’abandon des réseaux sociaux pendant au moins trois semaines, car il faut habituellement 21 jours pour développer une nouvelle habitude.

Tenez-vous-en à une limite de temps

Allez sur les sites de réseaux sociaux uniquement à la fin de votre journée de travail ou durant vos moments de pause. Au travail, évitez de prendre des pauses pour consulter vos comptes de médias sociaux, car vous deviendrez surement improductif. Vous pourriez constater que deux heures se sont écoulées et que vous êtes encore sur Internet, alors que vous avez des choses à faire. Connectez-vous seulement une fois que vous êtes totalement libre de toute responsabilité. Fixez une heure limite pour consulter vos comptes de réseaux sociaux à la fin de la journée.Réglez un chronomètre sur votre téléphone.

Modifiez les paramètres de notification sur votre téléphone

Il se peut que vous ayez développé une addiction aux médias sociaux parce que vous recevez sans cesse des notifications provenant de vos amis qui font des commentaires ou des publications sur votre mur. Pour éviter cette éventualité, vous pouvez configurer les paramètres de notification de vos comptes. Ainsi, vous ne recevrez plus d’alertes et vous pourrez consulter vos applications en toute tranquillité lorsque vous n’êtes pas occupé . Par exemple, vous pouvez désactiver les notifications des mentions j’aime et ne recevoir que les notifications de commentaires. Il existe bien d’autres moyens de vous éloigner des réseaux sociaux.
Modifiez les paramètres de notification sur votre téléphone

Supprimez quelques personnes de votre liste d’amis

Plus vous suivez des gens ou avez des amis sur les réseaux sociaux, plus votre fil d’actualités sera long et plus vous passerez des heures à vérifier les nouvelles et les informations de vos amis pendant que vous pourriez faire quelque chose de plus utile. Passez un peu de temps à supprimer certaines personnes de votre liste d’amis et laissez juste vos vrais amis ou vos connaissances.

Établissez des priorités

Si vous avez une tâche importante à faire, désactivez temporairement votre compte. Vous pouvez également télécharger Cold Turkey, une application qui vous permet de bloquer de divers sites addictifs. N’oubliez pas que même si les réseaux sociaux peuvent vous faciliter la vie, vous devez quand même prendre soin de vos relations et vous acquitter de vos responsabilités . Voyez si l’un de vos amis proches, votre partenaire ou un membre de votre famille s’est plaint de votre manque d’attention parce que vous êtes constamment accroché à votre téléphone.

Limitez vos abonnements

Vous pourriez avoir trois comptes de réseaux sociaux, voire dix. Afin de pouvoir limiter le temps que vous passez à les consulter, vous pouvez choisir d’en supprimer quelques-uns et de ne garder que ceux qui vous tiennent le plus à cœur. Par exemple, si vous appréciez moyennement Instagram, mais que vous aimez Facebook, pensez à supprimer votre compte Instagram .

Évitez de publier des informations sur tous vos déplacements

Savourez chaque moment de votre vie au fur et à mesure qu’elle se déroule et ne vous sentez pas obligé de faire des publications sur chaque instant de votre vie. Vivez le moment présent et appréciez les personnes qui font partie de votre vie ainsi que les circonstances de la vie.
Évitez de publier des informations sur tous vos déplacements

Faites une liste de choses sur lesquelles vous pourriez passer du temps

N’oubliez pas que chaque minute que vous passez sur les réseaux sociaux peut être utilisée pour une autre activité plus productive. Parmi ces activités, vous pouvez apprendre une nouvelle langue, jouer d’un instrument, sortir avec des amis, faire du sport, apprendre une nouvelle recette ou lire un bouquin. Pensez à vos relations qui ont été fragilisées par votre dépendance. Il se peut que votre enfant ou votre proche se soit senti négligé à cause de votre problème. Votre dépendance pourrait nuire à votre vie et à vos relations et vous empêcher d’atteindre vos objectifs.

Sortez de la maison

Le moyen le plus efficace et certainement le plus amusant de vaincre votre addiction aux réseaux sociaux est de sortir de chez vous pour vous amuser. Appelez vos amis et allez voir un film ou allez diner avec eux. Allez jouer au bowling, allez à la piscine, faites du shopping ou promenez-vous. Non seulement ces activités sont saines et amusantes, mais elles vous aideront à vaincre votre addiction tout en vous relaxant .

Appelez des gens au lieu de consulter vos comptes

Vous pourriez avoir développé cette addiction parce que vous préférez ce moyen de communication au téléphone. Peut-être que vous consultez les sites de médias sociaux parce que vos amis ne répondent pas vite à vos appels et vous avez ainsi développé une dépendance à partir de là. Toutefois, vous devez essayer d’avoir des conversations avec vos proches par téléphone plutôt que par le biais des médias sociaux .

Passez plus de temps en famille

Pour éviter de retomber dans vos vieilles habitudes et pour vous en tenir à votre engagement, efforcez-vous de passer plus de temps avec vos amis et votre famille. Essayez de rendre visite à vos grands-parents et de faire une course pour eux et sortez avec votre mère. Sortez avec vos frères, vos sœurs et vos amis et résistez à l’envie d’utiliser votre téléphone, même s’ils le font .
Passez plus de temps en famille

Épanouissez-vous sur le plan professionnel

Une fois que vous aurez plus de temps libre, vous pourriez mieux vous consacrer à d’autres choses. Peut-être envisagez-vous de changer de carrière ou de poursuivre vos études. Prenez tout votre temps pour mener des recherches sur des écoles et consulter des offres d’emplois. Ce dont vous avez besoin maintenant pour avoir une vie plus saine, plus heureuse et moins dépendante d’Internet est sans aucun doute un changement.

Conclusion

Essayez de ne pas vous connecter pendant une journée, pendant trois journées, puis pendant une semaine et voyez ce que ça donne. Pensez à la satisfaction que vous éprouveriez si vous n’aviez pas cette dépendance. Chaque fois que vous êtes tenté de vous connecter, dites-vous NON et essayez de vous contrôler. Essayez de vous adonner à des activités normales, comme écouter de la musique. Cela vous permettra de vous concentrer et de ne pas vous distraire. Essayez d’apprécier le calme que vous pourrez obtenir si vous arrivez à lutter contre votre addiction aux réseaux sociaux. Cela vous aidera à vous sentir bien à propos de votre décision. Essayez de passer plus de temps dans la nature ou de faire des activités physiques. Ce ne sera pas facile au début, mais ça ira mieux avec le temps.

JeunInfo

Webmaster & blogueur fondateur du site : JeunInfo

COMMENT VAINCRE SON ADDICTION AUX RÉSEAUX SOCIAUX

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Publication publiée :18 août 2022
  • Post category:DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
  • Temps de lecture :31 min de lecture
  • Dernière modification de la publication :23 avril 2023