COMMENT RECONNAITRE SES TORTS

Comment reconnaitre ses torts?

Comment reconnaitre ses torts ?

Le mauvais orgueil est de croire qu’on ne peut avoir tort, et c’est une faiblesse de n’oser reculer quand on fait fausse route » écrivait Fénelon. Il nous arrive à tous de nous tromper, de ne pas prendre la bonne décision. Mais pourquoi est-ce si difficile d’accepter ses torts ? Qu’a t-on à gagner à faire amende honorable ? Lorsque l’on a blessé quelqu’un involontairement, il n’est pas toujours facile de reconnaitre sa culpabilité. Il peut être plutôt effrayant de s’exposer lorsque l’on doit s’excuser, mais cela en vaudra la peine une fois que votre relation ira mieux. Vous faites déjà un pas dans la bonne direction en choisissant de régler le problème au lieu de l’ignorer. Maintenant, vous devez simplement trouver la bonne façon de vous excuser et de réparer votre relation avec cette personne. L’une des clés du succès (et trop souvent négligée) est la capacité à reconnaître ses erreurs ou ses mauvais choix. Il arrive souvent qu’en tant qu’entrepreneur aux prises de mille soucis et difficultés vous preniez à la va vite une décision ou que tout simplement vous fassiez de mauvais choix stratégiques.Admettre une faute ne vous décrédibilise pas. Il s’agit d’un signe de sagesse et de force qui représente un élément essentiel d’un bon leadership.
Ce comportement aura tendance à renforcer l’état d’esprit de votre équipe. Rappelez-vous que l’échec non porté au pilori revient à laisser la créativité s’exprimer et donc ouvre de nouvelles opportunités.

pourquoi est-ce si difficile de reconnaître ses torts ?

Reconnaitre ses torts, « c’est perdre pour certains le pouvoir que l’on garde sur l’autre » analyse Jean François Marmion, psychologue. «Tant qu’on n’avoue pas, on laisse planer l’ambiguïté et on a cette sorte de pouvoir sur la personne » continue t-il. Un mélange d’ego, de rigidité, mais surtout de contrôle que chacun souhaite conserver en refusant d’admettre s’être trompé, et d’exposer alors à l’autre ses failles, ses faiblesses. Et si ces réactions s’apparentent à de la mauvaise fois, refuser d’avoir tort résulte aussi de mécanismes psychologiques étudiés et prouvés. « Le biais de complaisance consiste à se trouver constamment des excuses à soi-même, lorsqu’on se rend compte qu’on a tort » témoigne ». Et d’ajouter : « Quand ça nous concerne, on accuse toujours des facteurs extérieurs ; mais quand ce sont les autres, c’est toujours de leur faute ».
pourquoi est-ce si difficile de reconnaître ses torts ?

On se grandit en acceptant ses torts

Accepter ses torts semble donc d’une grande complexité. Mais au fond, que perd t-on vraiment à faire son mea-culpa ? « C’est une question de sécurité intérieure, de peur » argumente Jean-François Marmion, avant d’insister : « Mais il ne faut pas ! Bien au contraire, admettre que l’autre à raison nous grandit vis-à-vis de cette personne ». Un regard de l’autre qui interroge, et auquel on ne souhaite pas soumettre ses propres failles, de peur justement d’être jugé négativement. « Les gens vont vous juger favorablement si vous admettez », continue le psychologue. « Ils vont voir que vous faites preuve d’une grande humilité » continue t-il. Et si l’un à le courage et l’humilité nécessaire pour reconnaître s’être trompé, il appartient à la personne en face de ne pas en rajouter. » Il faut faire preuve de noblesse des deux côtés ; si on accepte les excuses, on ne cherche pas derrière à mettre l’autre dans une position de faiblesse », conseille Jean-François Marmion. Et pour ceux qui ont encore du mal à franchir le pas, le psychologue a un message : « Essayez, vraiment, une fois, vous verrez, ça fait un bien fou ».

Comment reconnaitre ses torts ?

Prenez un point de vue objectif pour comprendre ce qu’il s’est passé

La situation était-elle vraiment en noir et blanc (vous aviez tort et l’autre avait raison) ou le problème était-il plus compliqué que cela ? Il peut être difficile de reconnaitre ses torts lorsque vous n’êtes pas sûr de qui est responsable de la situation présente. Pensez à ce qu’il s’est passé et décidez qui doit s’excuser. Si votre rôle est clair et si vous savez que vous devez vous excuser, vous pourrez reconnaitre vos torts de manière plus directe (ce qui ne veut pas dire que ce sera plus simple). Par exemple, si vous avez emprunté la voiture de quelqu’un sans sa permission et si vous l’avez abimée, il devrait être plus facile de trouver qui doit s’excuser. D’un autre côté, cela peut ne pas être aussi clair. Par exemple, vous ne vous êtes pas parlé depuis des mois avec votre ami et vous vous êtes dit tous les deux des choses qui ont rompu votre relation. Il pourrait être plus difficile de trouver qui a commencé et qui est responsable.

Faites face à vos sentiments partagés

Lorsque vous avez fait du tort à quelqu’un, vous pourriez ne pas vraiment sentir que vous avez envie de vous excuser. Les gens dissimulent généralement leur honte sous de l’agressivité ou sous des techniques de défense et en créant des excuses pour leur comportement. Il peut être très difficile d’avouer à quelqu’un que vous lui avez fait du mal, mais, si vous voulez reconnaitre vos torts, vous devez vous concentrer sur la résolution du problème, et pas sur des sentiments qui pourraient assombrir encore plus la situation. Posez-vous les questions suivantes pour mieux comprendre ce que vous ressentez. Essayez-vous de dissimuler des sentiments de honte parce que vous avez peur d’être diminué en tant que personne si vous avouez que vous avez fait quelque chose de mal ? Ne vous inquiétez pas, en fait, en vous excusant au sujet d’un mal que vous avez fait, vous devenez une meilleure personne aux yeux des autres, mais une personne pire.
Vous êtes conscient de vos erreurs, mais vous êtes convaincu que vous devez vous défendre pour sauver votre honneur ? Tout ce que vous arriverez à faire est de vous forger une nouvelle réputation de personne entêtée qui s’énerve facilement.Avez-vous peur que cette situation entre en conflit avec votre respect propre et le respect que vous avez envers les autres ?
Faites face à vos sentiments partagés

Traiter ses « erreurs sans tabou »

En tant que dirigeant, vous êtes responsable de ce qui se passe dans votre entreprise, c’est-à-dire des hauts et des bas que traverse votre entreprise et ne jamais faire porter « le chapeau aux autres ». Votre défi est de considérer les problèmes avec sang-froid et de trouver des solutions pour y remédier. Féliciter les employés qui prennent des risques et admettent leurs erreurs est aussi un bon moyen de d’encourager et de promouvoir la cohésion d’équipe. En faisant preuve de tolérance et d’empathie, vous créez une culture qui traite les erreurs sans tabou. Des entrepreneurs qui ont pris des décisions malencontreuses sont légions et n’hésitez pas à les citer pour montrer que l’erreur est source de réussite.

Ne jamais noyer le poisson quand vous êtes la source de la difficulté

Lorsque vous donnez de fausses excuses, il y a de fortes chances pour que les personnes qui vous écoutent se rendent compte de vos faiblesses. Pour communiquer, rien de plus simple : il vous suffit d’être vous-même. Évitez donc de passer par un script et soyez le plus naturel possible. La franchise et l’honnêteté sont les meilleures armes. Vous éviterez de passer pour un lâche. Non ce n’est pas la faute à Voltaire ! Vous éviterez les commentaires « off » en affrontant la réalité et en l’expliquant. Certes, il vous faudra mettre de coté votre ego mais vous verrez que les résultats obtenus par une telle attitude sont probants. Un bon aveu consiste aussi à expliquer ce qui s’est passé et les raisons de cet échec. Expliquez ce que vous avez appris, l’origine du dysfonctionnement et en quoi cette expérience vous permettra d’avancer. N’oubliez pas qu’une erreur peut toujours se reproduire, surtout quand elle est banale. Afin de limiter la même erreur, n’hésitez pas à mettre en place des processus.

Mettez-vous à la place de l’autre

Quel est son point de vue par rapport à ce qu’il s’est passé entre vous ? Pensez-vous qu’il ressente la même rancœur, la même colère ou la même frustration que vous ? Pourrait-il être blessé, perplexe, confus ou vexé ? Oubliez votre propre douleur et votre propre perception de ce qu’il s’est passé et essayez de le voir depuis le point de vue de l’autre.Changez votre façon de penser. Si vous vous sentez toujours en colère, lésé, énervé et si vous sentez que vous ne pourrez pas lui pardonner, réalisez que votre relation avec cette personne compte plus que d’avoir raison en permanence.

Écrivez les raisons qui vous poussent à reconnaitre vos torts

Cela peut vous aider à transformer des émotions en raisons sur du papier. Cela vous permet de mettre de l’ordre dans vos inquiétudes, dans la réalité et dans vos propres interprétations de la situation pour pouvoir comprendre comment reconnaitre vos torts. Reconnaissez le mal que vous avez fait. Ne soyez pas arrogant ou têtu, mais soyez plutôt honnête. Même si vous pensez que vous avez tous les deux une part de responsabilité, vous devez arriver à un point où vous êtes le plus intelligent des deux.Lisez vos raisons que vous avez écrites. Y a-t-il quelque chose qui en ressort particulièrement ? Pouvez-vous voir des modèles ? Par exemple, vous pourriez trouver un modèle de comportement qui vous fait vous comporter de manière égoïste avec cette personne ou avec d’autres personnes en de nombreuses occasions. L’évènement en lui-même n’est pas aussi important que la motivation négative, alors essayez de vous concentrer sur cet aspect, car vous voulez montrer à la personne à qui vous allez présenter vos excuses que vous avez compris.

Mettre en place un processus

Mettre en place un processus
Si admettre ses erreurs est une bonne chose, ne faire qu’en parler ne les fera guère avancer. Il s’agit de réagir rapidement et de mettre en œuvre des actions concrètes. Lorsque vous décrivez votre projet pour transformer la situation, n’hésitez pas à expliquer votre plan de manière précise à vos employés et demander leur avis afin de les impliquer.

Remercier les collaborateurs

Lors de vos « aveux », vous avez surement oublié les dommages collatéraux que vous avez pu causer. N’oubliez pas que vous avez pu blesser ou heurter un membre de votre équipe. N’oubliez pas non plus de les remercier de leur sérieux. Ne dit-on pas « faute avouée, faute à moitié pardonnée ». Si votre erreur a conduit à un préjudice, faites preuve d’empathie. Terminez tout de même sur bonne note avec les leçons apprises et comment vous envisagez d’utiliser cette expérience comme une occasion de grandir.

Reconnaissez vos torts l’esprit en paix

Si vous sentez que vous êtes encore en colère ou sur la défensive, il vous faudra probablement attendre encore un peu avant de reconnaitre vos torts. Il n’y a aucune raison de vouloir reconnaitre vos torts tout en transportant autant de bagages émotionnels. Vos excuses n’auront pas l’air aussi sincères parce qu’elles ne seront pas sincères. Faire face à votre propre rancœur est une façon pratique et constructive d’avancer, car cela vous permet de comprendre exactement ce qui vous a énervé.Si cela est nécessaire, donnez-vous suffisamment de temps pour vous calmer et pour attendre que les blessures guérissent. Cependant, n’attendez pas trop de temps, car plus vous attendez, plus la colère grandit et plus l’autre personne aura du mal à vous refaire confiance et vous aurez alors beaucoup plus de mal à vous réconcilier. Acceptez le fait que vous vous êtes vous aussi mal comporté et que maintenant est le bon moment pour les dégâts que votre comportement a engendrés. Accepter ne signifie pas approuver, cela signifie que vous devez reconnaitre les choses comme elles sont.Acceptez que la colère soit un sentiment normal, quoi qu’il se soit passé, mais ne vous servez pas de cette colère comme d’une excuse.
Choisissez de dépasser cette colère, souvenez-vous que ce processus concerne votre erreur, pas votre réputation qui aurait pu être supposément ternie.

Décidez de ce que vous êtes prêt à faire pour réparer les dégâts que vous avez provoqués

Dépassez le désir de dissimuler votre honte et pensez plutôt à ce que vous pouvez faire pour réparer ce que vous avez fait. La façon de reconnaitre ses torts est différente d’une personne à l’autre. Vous seul savez quelle est la bonne manière de réparer les torts que vous avez faits. Reconnaitre vos torts pourrait simplement signifier prendre des risques et vous excuser pour votre comportement. Parfois, il faut plus qu’une excuse pour reconnaitre ses torts. Vous pourriez avoir à faire suivre vos mots d’actions. Par exemple, si vous avez détruit le bien d’une autre personne, vous pourriez résoudre le problème en payant pour sa réparation ou son remplacement.
Décidez de ce que vous êtes prêt à faire pour réparer les dégâts que vous avez provoqués

Choisir le bon timing

Si le meilleur timing est de reconnaître ses torts sur-le-champ, au moment où l’erreur apparaît au grand jour, il est des situations où le temps peut jouer en votre faveur mais attention le silence « éternel » peut être perçu comme une lâcheté et même comme un manque de respect de la part des équipes. Cette attitude est souvent très mal perçue et de plus si elle est accompagnée par « la langue de bois », elle laissera place aux rumeurs. Ne laissez jamais une situation s’enliser !

Un « droit à l’erreur » pour les chefs d’entreprise : ouverture du site oups.gouv.fr

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a lancé le site internet oups.gouv.fr, destiné aux particuliers comme aux entreprises, répertorie les erreurs administratives les plus fréquentes et les conseils pour les éviter. La loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance (ESSOC) prévoit plusieurs mesures destinées à rénover les relations entre le public et l’administration, à travers notamment la mise en œuvre du droit à l’erreur. Le site oups.gouv.fr répertorie les erreurs administratives et les principales difficultés rencontrées par les usagers comme les entreprises, et les conseils pour les éviter.

Décidez de ce que vous allez dire

Répétez les conversations difficiles avant de les avoir, car cela vous aidera à vous mettre en pilote automatique si vous vous sentez submergé par vos émotions. Relisez votre liste de raisons, pensez aux façons dont vous auriez pu faire les choses différemment et trouvez des solutions pour avancer. Préparez ensuite des notes dans votre tête ou même sur du papier, pour savoir quoi dire lorsque vous parlerez de nouveau à cette personne. N’oubliez pas les choses suivantes. Soyez prêt à prendre la responsabilité pour ce que vous avez fait. Il vaudrait mieux que vous réfléchissiez à ce que vous avez fait de mal pour pouvoir l’accepter. Cela permet de montrer vos remords pendant tout le reste de la discussion. Vous pouvez commencer par dire : je suis désolé de t’avoir blessé, j’avais tort de penser/dire/faire, etc. Vous pourrez faire baisser la tension en reconnaissant que vous lui avez causé de la souffrance. Prenez conscience que si ce n’est pas la première fois que vous blessez quelqu’un et si cette personne a déjà entendu vos excuses dans le passé, un simple je suis désolé ne va pas suffire. C’est un mot trop facile à dire lorsqu’il n’est pas soutenu par un vrai changement. Pensez à ce que vous allez faire pour que l’autre comprenne clairement que vous êtes sincèrement désolé en lui promettant de ne plus le faire ou de ne pas répéter cette erreur .

Rencontrez cette personne, face à face

Même s’il peut être possible de reconnaitre ses torts par email ou par téléphone, il vaut beaucoup mieux que vous vous voyiez en face à face pour le faire. Cela montre que vous avez envie de vous retrouver près de cette personne et de discuter directement avec elle. Si vous souhaitez reconnaitre vos torts auprès des membres de votre famille que vous n’avez pas vus depuis longtemps, envisagez de les rencontrer sur un terrain neutre plutôt qu’au domicile de l’un ou de l’autre. Cela permettra d’apaiser certaines tensions qui peuvent émerger lorsque quelqu’un se retrouve sur le territoire d’un autre.Si vous ne pouvez pas vous voir en personne, envisagez d’écrire une lettre à la main au lieu de la taper sur l’ordinateur. C’est une façon beaucoup plus personnelle de coucher vos sentiments sur du papier en utilisant votre propre écriture manuscrite.
Rencontrez cette personne, face à face

Le droit à l’erreur, kesako?

Le principe du droit à l’erreur repose sur un a priori de bonne foi et atteste de la possibilité pour chaque Français de se tromper dans ses déclarations à l’administration, sans risquer une sanction dès le premier manquement, chacun pouvant rectifier – spontanément ou au cours d’un contrôle – son erreur lorsque celle-ci est commise de bonne foi et pour la première fois.

Commencez par vous excuser

Dites à l’autre personne que vous souhaitez reconnaitre vos torts pour les erreurs que vous avez faites et commencez la discussion en les citant, en suivant ce que vous avez déjà répété et les sentiments que vous avez surmontés. Gardez à l’esprit les points suivants. Votre but doit être de terminer cette conversation pendant laquelle vous reconnaissez vos torts en ayant une relation plus forte que ce qu’elle était avant votre mauvais comportement. Démarrez la discussion avec cet état d’esprit, en voulant vraiment rétablir le lien avec cette personne et faire en sorte que les choses soient encore meilleures maintenant que ce qu’elles étaient auparavant. Faites attention à votre langage corporel, au ton de votre voix, votre posture et votre attitude. Si vous êtes vraiment désolé, tous ces éléments devraient vous aider à transmettre vos excuses sincères. Le contact visuel est important, car il signifie que vous pensez vraiment ce que vous dites et que vous n’essayez pas de l’éviter. Évitez d’employer tu ou vous lorsque vous lui parlez. Dites toujours je pense, je crois, j’ai pensé, etc. Vous ne voulez pas l’accuser. Évitez d’ajouter des phrases pour vous justifier. Cela vous met en mode de combat.

Simplifiez les choses et soyez direct

De longues excuses vont devenir ennuyeuses et elles pourraient se retourner contre vous. Expliquez-vous clairement, gentiment et efficacement. Personne ne veut pas passer la journée à supporter ce niveau de malêtre.

Donnez-lui suffisamment de temps pour assimiler

Évitez de faire des suppositions à propos de ce qu’il ressent ou ce qu’il pense. Bien que vous ayez essayé de vous mettre à sa place comme cela était suggéré dans les étapes précédentes, vous l’avez tout de même en utilisant votre propre connaissance et compréhension du monde. Donnez-lui un peu d’espace, un peu de temps et de liberté pour exprimer ses plaintes, puis continuez à partir de là. Même si vous avez l’impression que ce qu’il voit de la situation n’est pas correct, vous n’aiderez en rien la discussion en lui disant qu’il n’a aucune raison de se sentir comme il se sent.
Donnez-lui suffisamment de temps pour assimiler

Faites suivre vos mots par des actions

L’expression de vos regrets sincères sera beaucoup plus forte si vous pouvez faire des promesses sur les changements que vous allez faire et vous y tenir. Commencez par trouver des façons de compenser le manque que vous avez créé. Par exemple, si vous avez cassé quelque chose, offrez-lui-en un nouveau. Si vous avez insulté quelqu’un, donnez-lui une liste de ses qualités et expliquez-lui que vous étiez jaloux de sa réussite. Si vous avez ruiné un évènement, offrez-lui d’en organiser un nouveau pour vous faire pardonner. Que ce soit de l’argent, du temps ou de l’attention que vous avez pris à quelqu’un, faites ce que vous pouvez pour le lui rendre. Expliquez-lui la façon dont vous souhaitez faire des changements dans votre propre comportement. S’il existe une façon de lui démontrer que vous tiendrez cette promesse, utilisez-la. Par exemple, vous pourriez dire à cette personne que vous ne conduirez plus jamais un 4×4 après l’accident que vous avez provoqué et qui a tué le mouton qu’elle avait gagné, puis montrez-lui l’annonce que vous avez postée pour vendre le 4×4. Soyez honnête en expliquant à l’autre ce que vous avez appris de cette expérience. Cela aide l’autre personne à réaliser que vous avez vraiment appris une leçon et que vous êtes vraiment désolé.
Si cela est nécessaire, vous pourriez aussi proposer une punition au cas où vous ne tiendriez pas cette promesse. C’est une solution de dernier recours et son efficacité dépend vraiment de la gravité de votre erreur. Par exemple, vous pourriez lui dire que si vous ne tenez pas votre promesse, il pourra vendre toute votre collection Star Wars.

Demandez-lui comment il aimerait que vous reconnaissiez vos torts

Si la réponse qu’il vous offre est réaliste, cela peut vous donner une bonne façon de vous lier de nouveau. Cette option ne sera pas toujours appropriée, alors pensez bien au contexte de votre erreur. Faites surtout très attention si vous pensez que l’autre personne pourrait profiter de l’occasion pour vous manipuler. Vous êtes venu pour reconnaitre vos torts, pas pour devenir un esclave éternel.

Ne recommencez pas la même erreur

Blesser quelqu’un deux fois de suite de la même manière est la meilleure façon de perdre la confiance de cette personne. Si vous voulez conserver votre amitié, assurez-vous de ne plus jamais blesser intentionnellement cette personne. Assurez-vous de faire votre mieux pour être un ami gentil et de confiance. Il est impossible d’être parfait, mais vous pouvez faire de votre mieux pour qu’il ait confiance en vous.

Résolvez le problème pour pouvoir avancer

Quels que soient les résultats de vos tentatives pour reconnaitre vos torts, il est important de ne pas vous apitoyer sur votre sort ou de chercher à rendre quelqu’un d’autre responsable. Même si vous n’êtes pas arrivé à réparer les dégâts, vous avez fait de votre mieux. Concentrez-vous sur le futur et ne ressassez pas en permanence ce qu’il s’est passé. Même si vous n’arrivez pas à vous réconcilier avec l’autre, car il a décidé qu’il n’était pas possible de réparer cette relation, promettez-vous de ne plus jamais blesser une autre personne de la même façon .
Résolvez le problème pour pouvoir avancer

Tirez des leçons de ce qu’il s’est passé

Utilisez votre expérience acquise grâce à cette erreur pour avoir plus de compassion envers les personnes qui font la même erreur. Maintenant, vous pouvez mieux les comprendre et vous pourriez avoir suffisamment d’expériences pour les aider à obtenir un résultat positif, sans les juger . Pardonnez-vous à vous-même (c’est bien la chose la plus importante lorsque vous reconnaissez vos torts) pour vivre dans le présent, et pas dans le passé. Alors même si vous ne pouvez pas vous réconcilier, vous serez toujours reconnaissant de vous être pardonné. En vous pardonnant, vous pourrez aussi guérir.
Avertissements : En vivant votre vie en étant convaincu que vous avez toujours raison, vous allez engendrer de nombreux problèmes personnels. N’oubliez pas que tout le monde a son avis, certains sont simplement différents des nôtres. Cela ne veut pas dire que vous avez tort, simplement que vous êtes différent. En utilisant votre opinion, votre avis et votre point de vue, vous devez comprendre que blesser une autre personne est non seulement nuisible, mais cela vous empêche aussi de voir les choses depuis son point de vue tout en vous mettant sur le chemin d’une vie remplie de disputes si vous refusez de garder l’esprit ouvert. Faites des efforts en reconnaissant à la fois votre opinion personnelle et l’opinion de l’autre, simplement en disant : ton opinion/avis/point de vue est différent du mien. Il n’y a pas de vrai ou de faux, seulement une tolérance plus ou moins grande.

Conclusion

Les disputes font partie de la vie dans la plupart des relations. Lorsque vous savez bien les gérer, le résultat d’un malentendu ou d’une dispute peut en fait vous rapprocher l’un de l’autre et peut vous aider tous les deux à mieux comprendre et à mieux pardonner les défauts de l’autre. Si vous voyez vos interactions négatives sous ce jour-là, vous serez plus enclin à les accepter comme des leçons à propos de vous-même et comme des opportunités pour faire grandir votre relation, plutôt que comme des interactions à éviter à tout prix. Soyez en paix avec vos propres erreurs avant de les reconnaitre, cela aidera aussi les autres à avancer. Reconnaitre des torts peut aussi évoquer le désir de reconnaitre les torts de quelqu’un d’autre en son nom, souvent un membre de la famille ou un ami qui se sent responsable, mais qui ne semble rien faire pour réparer les dégâts qu’il a provoqués.
Tirez des leçons de ce qu'il s'est passé
Cependant, si vous souhaitez reconnaitre les torts d’une autre personne, vous devez faire attention de ne pas vous approprier sa propre honte ou culpabilité, car cela pourrait infecter votre vie et vous donnez une mauvaise image de ce qu’il s’est passé. Souvenez-vous que vous n’êtes responsable que de votre propre comportement.

En savoir plus sur JeunInfo

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur JeunInfo

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut